Book&Film : Couleur de peau : miel

Image

« Ils sont 200 000 enfants coréens disséminés à travers le monde depuis la fin de la guerre de Corée.Né en 1965 à Séoul et adopté en 1971 par une famille belge, Jung est l’un d’entre eux.Adapté du roman graphique Couleur de peau : Miel, le film revient sur quelques moments clés de la vie de Jung : l’orphelinat, l’arrivée en Belgique, la vie de famille, l’adolescence difficile… Il nous raconte les événements qui l’ont conduit à accepter ses mixités. Le déracinement, l’identité, l’intégration, l’amour maternel, tout comme la famille recomposée et métissée, sont autant de thèmes abordés avec poésie, humour et émotion…Réalisé dans un étonnant mélange d’images réelles et dessinées, entre présent et souvenirs, utilisant à l’occasion des archives historiques et familiales, « Couleur de peau : Miel » est un récit autobiographique d’animation qui explore des terres nouvelles. »

Mon avis : Avant de parler des différents supports, j’aimerais aborder l’histoire…une histoire intense, profonde et pleine d’émotions. La vision de Jung sur son adoption est très intéressante, et profondément touchante. Le film est plus intense encore que les bandes dessinées, car là, on voit Jung partir en Corée à la recherche de ses origines, et on est d’autant plus passionné par son histoire.

Quand il a créé les bandes dessinées, il n’était pas encore parti en Corée. Par contre, l’écriture, malgré que c’est une bd, est superbe. Il y a pleins de phrases choc et touchantes que je ne suis pas prête d’oublier (et pourtant je ne suis pas une amatrice du genre de la bd). Dans un premier temps, je conseillerai d’abord le film, car il est plus parlant. Il faut également signifier que c’est un docu-fiction (on voit des images en dessin animé, et des images de la vie réelle) et que cela rend l’histoire de Jung encore plus réelle.

Le point négatif est, à mes yeux, le fait que l’on ne voit pas le point de vue de la fratrie de Jung. En effet, il aurait été encore plus intense de voir ce qu’ont pensés la famille de Jung de cette adoption, et comment ils l’ont ressentis. Certains passages du film m’ont également fait m’interroger, et je trouve que certaines questions ne trouvent pas de réponse, également dans la bd, et ça c’est un peu dommage.

En bref, une histoire vraie bouleversante !

Le truc en + : Le réalisateur Laurent Boileau avait été très touché en découvrant la bande dessinée de Jung en 2007. Il avait alors contacté ce dernier pour lui proposer de réaliser un film documentaire pour la télévision centré sur son retour en Corée, pour la première fois depuis son adoption. Cependant, au fur et à mesure de leurs rencontres, Jung etBoileau ont finalement décidé d’adapter le roman graphique en prenant soin de l’emmener plus loin.

« J’étais une pomme différente qui aurait tant voulu ressembler aux autres pommes du panier. »

2 thoughts on “Book&Film : Couleur de peau : miel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.