Image

Thomas a laissé partir Marie, à force de ne pas s’engager. Un an plus tard, toujours inconsolable, il se retrouve avec un bébé sur les bras. Il va se servir de cet enfant pour reconquérir la femme de sa vie… 

Mon avis :  Je me rappelle que quand j’avais vu la bande-annonce de La stratégie de la poussette, je me suis dis que ça avait l’air sympa. Et c’est ce mot qui résume bien ce film, sympa ! La réalisation est rythmée et on ne ressent pas spécialement de lenteurs. Les quiproquos et diverses situations rendent le film agréable à regarder.

L’alchimie entre les deux acteurs principaux, Charlotte Le Bon et Raphaël Personnaz, passe vraiment très bien et j’ai été séduite par leur couple (en plus, ce sont des acteurs que je vois rarement, donc du coup, ça change un peu). C’était marrant aussi de voir Camelia-Jordana (de la nouvelle star, vous vous souvenez?!), je l’ai trouvé plutôt pas mal dans son petit rôle. J’ai également beaucoup aimé les musiques de la bande originale, très « anglaise ».

Par contre, au début du film, on trouve cette histoire complètement irréaliste, et franchement c’est embêtant ! (Franchement quelle femme, même immature, laisserait son bébé à son voisin sans même que personne de la famille s’inquiète…Fin, je sais pas, là, j’ai pas du tout adhéré). Quand on arrive vers la fin du film, de nouveau, on sombre dans le surréalisme, ça en devient risible (Genre, je viens rendre visite à quelqu’un avec mon bébé, et puis pouf je m’endors comme par magie, et voilà que mon invité s’enfuit avec le bébé…mais purée, et je ne vous spoile pas, c’est un moment pas trop important…). La toute fin m’a également  déçue, trop prévisible, et ça coule trop de source, et ce, sans raison (Genre *pouf, voilà, c’est fini!). Un peu baclé à mon goût donc !

En bref, une comédie française parmi d’autres… 🙂

Le truc en plus : A un moment donné dans le film, l’acteur Raphaël Personnaz apparaît déguisé en poisson géant. Un clin d’œil aux Monty Python selon Clément Michel, qui se revendique comme un grand fan de cette troupe d’humoristes britanniques.