a toi pour l'éternité

Célibataire, belle, libre et indépendante, Judith est pourtant peu sûre d’elle et pleine de doutes : à trente-six ans, elle n’a toujours pas trouvé l’amour. Jusqu’au jour où elle croise, dans un supermarché, le chemin de Hannes… qui lui marche sur le pied. L’incident est banal et l’histoire pourrait bien s’arrêter là, mais Hannes fait très vite irruption dans le magasin de lampes de Judith et, avec des discours enflammés et des attentions de tous les instants, il ne tarde pas à s’immiscer aussi dans sa vie. Car même s’il est un peu envahissant, Hannes est un homme parfait, le rêve de toute belle-mère, à en croire ses proches et ses amis…

Mon avis :  Après une petite panne livresque, je retrouve mon goût de lire avec cet ouvrage ! Dés que j’ai vu ce roman, je ne pouvais que le lire, en plus j’avais follement envie de lire du contemporain. En effet, ayant adoré Quand souffle le vent du nord et La septième vague de cet auteur, je me devais de lire celui-ci.

N’étant pas tout à fait à la hauteur de ces prédécesseurs, j’ai tout de même bien apprécié ce roman, je l’ai d’ailleurs lu très rapidement. Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est la tournure des événements. Au vue de la quatrième de couverture, on s’attend à un roman d’amour, ou du moins un peu sentimental, mais en fait, ce roman va bien au delà de ça…et je n’en dis pas plus pour ne pas vous spoiler…Mais en tout cas, si vous avez peur de lire ce livre parce qu’il est « sentimental », ne vous arrêtez pas là, car ce n’est pas du tout ça.

J’ai beaucoup aimé la vision de l’auteur, mais surtout l’écriture, légère malgré le sujet, et agréable. On retrouve donc bien l’auteur de Quand souffle le vent du nord et son écriture bien aérée, et qui touche avec ces beaux mots. De plus, le livre est assez court et donc va droit au but.

Par contre, ce qui m’a fait assez bizarre dans le roman, c’est la construction des dialogues…pour ceux qui le liront, je pense que vous me comprendrez. L’auteur introduit ces dialogues vraiment au dedans du texte, en mettant « Lui : », « Elle : », et du coup ça fait un peu bizarre. Mais bon après tout, ce n’est qu’un détail. Ce qui m’a également gênée, c’est que j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à Judith, qu’on a du mal à comprendre au début, qui à force d’hésiter en devient énervante, même si après, tous ces comportements se justifient. J’aurais également apprécié voir plus d’actions, plus d’événements étonnants ou même incohérents, je trouve que l’auteur aurait pu encore aller plus loin dans le personnage de Hannes…

En bref, une bonne lecture étonnante !

« Même le plus grand amour a besoin d’air pour s’épanouir. »