L’écume des jours, réalisé par Michel Gondry

Ecumedesjours

L’histoire surréelle et poétique d’un jeune homme idéaliste et inventif, Colin, qui rencontre Chloé, une jeune femme semblant être l’incarnation d’un blues de Duke Ellington. Leur mariage idyllique tourne à l’amertume quand Chloé tombe malade d’un nénuphar qui grandit dans son poumon. Pour payer ses soins, dans un Paris fantasmatique, Colin doit travailler dans des conditions de plus en plus absurdes, pendant qu’autour d’eux leur appartement se dégrade et que leur groupe d’amis, dont le talentueux Nicolas, et Chick, fanatique du philosophe Jean-Sol Partre, se délite. 

Mon avis : Voilà, j’ai enfin vu L’écume des jours et j’en attendais beaucoup ! Ayant bien apprécié Eternal sunshine of the spotless mind du même réalisateur, Michel Gondry, je m’attendais bien sûr à un truc déjanté mais là…franchement, je n’ai pas vraiment adhéré.

Bon, la première partie (environ la première heure du film) est assez sympathique tout de même. En effet, elle est très colorée et assez rythmée…mais passé cette heure, la seconde partie du film (environ une heure également) part totalement en cacahuète. Avec mon copain, on s’est regardé environs 10 fois, en levant les yeux au ciel tellement on comprenait pas ce qu’il se passait ! En plus, cette seconde partie est vraiment lourde et ennuyeuse, j’avais tout le temps envie de foutre des baffes à Audrey Tautou, que j’ai pas trouvée géniale dans ce film..Elle survole son personnage, et ne dégage aucune émotion.

Ensuite, il faut savoir que je suis assez sensible, et certaines scènes, plutôt gores, m’ont vraiment dérangées (Oui, d’accord, c’est pas grand chose, mais moi, je vois pas l’intérêt, je trouve pas ça poétique du tout). Pareil pour le trip de la souris..non mais WTF ?! Si quelqu’un a lu le livre et sait m’expliquer ce que fait cette souris dans ce film, je suis preneuse 😀 !

Les seuls points forts du film sont pour moi Romain Duris et Omar Sy qui apportent de la légèreté quand il le faut mais également des tendances plus dramatiques vers la fin ! Dommage que leur talent n’ai pas suffit à me transporter.

Voilà, la seule chose que je retiens de ce film, c’est peut-être de se dire que le bonheur n’a qu’un temps, qu’il est provisoire, temporaire…mais ce n’est pas mon genre d’être pessimiste.

tumblr_mzi5p73MKa1qmdmsio1_500

Le truc en + : Dans le roman, l’univers décrit est très riche et très original. Pour lui coller, le réalisateur a choisi de rester au plus près des images qui se sont manifestées à lui lors de la première lecture du roman. L’équipe, plutôt que d’imaginer un univers pré-défini, a préféré se concentrer sur les détails. Michel Gondry est connu pour être un ultra-créatif et a mis à profit ses talents d’inventeur tout au long du tournage.

22 thoughts on “L’écume des jours, réalisé par Michel Gondry

  1. Il sera intéressant de comparer les deux adaptations de L’ÉCUME DES JOURS puisque celle de Charles Belmont de 1968 sortira en DVD à l’automne.
    Casting : les très jeunes Marie-France Pisier, Jacques Perrin et Sami Frey.
    Sélection officielle au Festival de Venise 1968.
    Prévert en disait : « Belmont a gardé le coeur du roman, ce film est merveilleusement fait. En plus, c’est drôle ! »
    Renoir : « Ce film a la grâce »
    En décembre 2011 Télérama : « Une comédie solaire délicieusement surréaliste. Adapter Vian ? un tabou dont Charles Belmont est joliment venu à bout ».
    En juin 2012 Michèle Vian dans Le Monde : « C’est très joli. Charles Belmont avait compris quelque chose. Il était fidèle à l’esprit. Et la distribution est éclatante ».
    Et le Passeur critique le 24 avril 2013 : « Cette fraîcheur de ton offre au roman original la traduction à l’écran d’une fuite existentielle débordante de vie magnifiée par une bande son jazzy d’une élégance rare et d’un montage à son unisson. Élégant le film l’est tout du long dans un dégradé de nuances. »
    On peut voir photos, extraits et avis critiques sur le blog :
    L’oeuvre du cinéaste Charles Belmont
    charlesbelmont.blogspot.fr

      1. Bonjour, Je tombe sur cet échange assez ancien… Le DVD n’est pas sorti encore en 2016, StudioCanal et Tamasa le promettent toujours pour bientôt… En revanche j’ai réalisé un documentaire de 40 mn sur l’adaptation de Charles Belmont. #Écume 68. Ce serait pour un bonus…

  2. J’aime tellement le livre que j’ai très peur d’être déçu.
    Le WTF est normal pour L’écume des jours c’est un univers fantasque et loufoque…

  3. Tiens, moi j’ai préféré la seconde partie à la première ! Comme quoi hein !

    Mais pareil pour la souris. J’ai lu le livre il y a trop longtemps pour que je m’en souvienne, mais sa présence dans le film est asse… perturbante !

  4. On a déjà beaucoup parlé de ce film donc je vais pas redire tout ce que je t’es déjà dit. Et de toute façon nos avis sont les mêmes ^^ Et le trip de la souris…. J’ai pas compris non plus mdr

  5. J’ai trouvé ce film un tantinet long sur la fin. Il avait bien commencé, j’étais bien embarquer et puis à partir de la deuxième partie, c’est vrai que le rythme semble un peu plus cassé, et le côté sombre de l’histoire ne fait qu’accentuer cette effet de lourdeur.
    Dommage pour cette deuxième partie qu’on aurait pu raccourcir, mais ça reste un bon film très bien réalisé, j’ai beaucoup aimé les effets spéciaux « maisons ».

  6. Comme toi, j’ai été très déçue par cette adaptation : du carton pâte, trop de trop… J’étais tellement triste ! Moi qui suis une grande admiratrice de Boris Vian… Sinon, en effet, la souris est aussi présente dans le livre, comme la plupart des éléments. Mais je crois finalement que toutes ces riches inventions qui font tout le charme du roman ne sont définitivement pas faites pour l’image.

    1. Oui c’est peut-être ça, ça me motive davantage à lire le livre. Je me dis qu’utiliser ma propre imagination pour créer cet univers sera mieux !

  7. Disons que le film suit presque à la lettre le roman… Ceci étant, je suis d’accord avec toi, le réalisateur aurait pu raccourcir le film qui est particulièrement long. Je l’ai apprécié, mais la fin est longue.

    Dans le roman, la souris a le même « second rôle », elle est juste là pour « faire joli », disons que c’est comme un animal de compagnie! Comme toi, le rôle et le jeu de Omar Sy m’ont beaucoup plu!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.