po

1810. Après le naufrage de ses navires, un marchand ruiné doit s’exiler à la campagne avec ses six enfants. Parmi eux se trouve Belle, la plus jeune de ses filles, joyeuse et pleine de grâce. Lors d’un éprouvant voyage, le Marchand découvre le domaine magique de la Bête qui le condamne à mort pour lui avoir volé une rose. Se sentant responsable du terrible sort qui s’abat sur sa famille, Belle décide de se sacrifier à la place de son père. Au château de la Bête, ce n’est pas la mort qui attend Belle, mais une vie étrange, où se mêlent les instants de féerie, d’allégresse et de mélancolie. Chaque soir, à l’heure du dîner, Belle et la Bête se retrouvent. Ils apprennent à se découvrir, à se dompter comme deux étrangers que tout oppose. Alors qu’elle doit repousser ses élans amoureux, Belle tente de percer les mystères de la Bête et de son domaine. Une fois la nuit tombée, des rêves lui révèlent par bribes le passé de la Bête. Une histoire tragique, qui lui apprend que cet être solitaire et féroce fut un jour un Prince majestueux. Armée de son courage, luttant contre tous les dangers, ouvrant son cœur, Belle va parvenir à libérer la Bête de sa malédiction. Et se faisant, découvrir le véritable amour.

Mon avis : La belle et la bête est un film que j’attendais au tournant et qu’il me tardait de voir dés sa sortie. Samedi soir, avec mon chéri et ma meilleure amie, nous sommes donc allés découvrir cela.

Je vais commencer par les points positifs qui justifient ma note. Visuellement, le film est juste MAGNIFIQUE ! Les costumes, les décors, les couleurs, tout est là pour nous en mettre plein la vue… Franchement, on reste bouche-bée devant tant de beauté visuelle, et je trouve ça génial, surtout pour un film français !

Maintenant voilà, le scénario coince complètement… Je suis fan de la version de Disney, j’adore la façon dont Belle tombe amoureuse de la bête (parce que pour le coup, je trouve ça subtil). Dans cette adaptation française, l’histoire d’amour est pour moi totalement reléguée au second plan, on n’est jamais émus, ni même touché par cette histoire d’amour qui pourtant est hors du commun. Les protagonistes principaux comme secondaires n’ont aucune profondeur… On n’apprends pas à les connaître, tout comme ils n’apprennent pas à se connaître entre eux… On voit davantage la vie « antérieure » de la Bête plutôt que de la découverte de Belle… Je trouve également que les petits personnages peuplant le château ne sont pas du tout exploités…c’est vraiment dommage.

J’ai lu de mauvaises critiques autour de Léa Seydoux, moi, personnellement elle ne m’a pas gênée, même si elle se retrouve un peu effacée par la présence écrasante de Vincent Cassel (rien que sa voix est envoûtante…). Mon plus grand regret est surtout que la morale de cette histoire n’est pas du tout respectée. La belle et la bête, le conte originel, nous montrait à quel point on ne doit pas se fier aux apparences, que parfois on peut être surpris, et tombé amoureux d’une personne qui est aux antipodes de notre idéal…mais dans ce film, on n’est loin de ça, et c’est bien dommage.

La Belle et la bête est donc pour moi bien loin de ce que j’attendais… Il reste un divertissement correct mais  n’aura pas réussi à me transporter, ni même à me prendre un peu aux tripes.  Bref, une déception pour moi, mais qui vaut son pesant d’or visuellement.

Le truc en + : La Belle et La Bête de Christophe Gans est jusqu’à présent la neuvième adaptation du conte au cinéma. Une dixième adaptation est prévue, elle sera réalisée par Guillermo del Toro et son casting comprendra notamment Emma Watson.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !