Calla Flectcher avait tout juste 2 ans quand sa mère a quitté l’Alaska, fuyant la vie trop rude, et laissant derrière elle le père de Calla. Calla a aujourd’hui 26 ans et mène une vie bien remplie à Toronto. Lorsqu’elle apprend que les jours de son père, très malade, sont peut-être comptés, elle entreprend le voyage jusqu’à son village natal. Elle va alors découvrir le quotidien  » à la dure « , les journées qui comptent peu d’heures de clarté, les nuits à la belle étoile… Elle va en profiter pour mieux connaître son père, à qui elle tient beaucoup malgré les erreurs qu’il a commises. Tandis qu’elle tente de s’adapter à ce nouvel environnement, Jonah – le pilote fier, débraillé et détestable qui l’aide à maintenir la compagnie d’hydravions de son père opérationnelle, a clairement hâte de renvoyer cette fille de la ville chez elle, persuadé qu’elle n’est pas du tout faite pour survivre à la rudesse de l’Alaska. Jonah a sûrement raison, mais Calla est déterminée à lui prouver le contraire. Elle va rapidement créer un lien très fort et inattendu avec le pilote : de l’amitié, ou peut-être quelque chose de plus profond ? Mais Calla ne compte pas rester en Alaska et Jonah ne compte pas partir. Va-t-elle, comme sa mère bien des années plus tôt, laisser une chance à cette histoire ?

Mon avis : Coucou les loulous! Aujourd’hui, on parle lecture avec mon avis sur Alaska Wild de K. A. Tucker, un livre qui me faisait très envie au vu des nombreux avis que j’avais lu sur différents blogs. En plus, j’avais beaucoup aimé le roman précédent de l’auteure donc je n’ai pas hésité à me plonger dans celui-ci ! Et…comme vous pouvez le voir, c’est un coup de cœur pour moi. J’ai été plongée dans cette histoire et j’ai ressenti énormément d’émotions à la lecture de ce roman.

Je trouve que K. A. Tucker a toujours le don de nous écrire de bons personnages, avec un réel background et auxquels on peut donc très facilement s’attacher (et même aux plus rustres d’entre eux aha). Le contexte de cette histoire est émouvant et on ne peut déposer le roman, tant on a envie de connaître la suite des événements. Ce que j’adore également dans cette histoire, c’est qu’en fait, on n’est pas vraiment dans une romance. Attention, bien évidemment, il y en a une mais ce n’est pas du tout le genre premier du roman. L’auteure aborde différents thèmes, comme la famille ou le pardon. Et on ne peut être que profondément touché par ce que traversent les personnages.

Comme toujours, j’ai apprécié l’écriture, qui est fluide et addictive. Dés que Calla pose le pied en Alaska, on se sent directement dans l’ambiance et j’ai d’ailleurs ressenti ce lieu presque comme un personnage à part entière. L’auteure laisse également une belle place aux personnages secondaires, ce qui ajoute vraiment un plus à l’histoire. Et puis enfin, au delà de l’émotion ressentie, j’ai également beaucoup aimé les petites touches d’humour posées ci et là (surtout dans la relation Calla/Jonah).

Bref, un livre que je vous conseille très fortement ! 🙂

« A mes yeux, ce n’était qu’un yéti et il me mettait hors de moi. Mais maintenant que je le connais mieux, je me demande, en dépit de sa barbe impossible, comment je n’ai pas pu être attirée plus tôt par lui. Son regard pétille, comme s’il lisait mes pensées. »

La couverture VO!

D’autres livres de K. A. Tucker :

Une lueur d’espoir
Respire