Kitty Shakespeare, étudiante en cinéma, est fermement décidée à tirer profit de son nouvel emploi de jeune fille au pair au service de Jonas, sept ans, fils de l’éminent producteur Everett Klein. Certes, ce n’est pas la carrière qu’elle espérait poursuivre en quittant Londres pour L.A., mais comme les entretiens d’embauche la paralysent, c’est sa dernière chance d’impressionner un personnage influent d’Hollywood. Si elle s’occupe bien de son fils, il se penchera sûrement sur son travail. C’est sans compter sur Adam, l’irrésistible frère de Everett. Car entre eux, ce n’est pas vraiment le coup de foudre. Adam Klein a beau être séduisant, il est également grincheux et grossier, et il n’est guère disposé à se remettre en question pour une baby-sitter. Pas après les épreuves qu’il traverse depuis un an. Tout ce qu’il veut, c’est s’isoler dans son chalet, à l’écart de son frère qui a détruit sa vie. Si seulement il parvenait à ignorer Kitty qui fait tambouriner son coeur… A la veille de Noël, Kitty et Adam réalisent que le grand amour n’est jamais simple. Mais le chemin qui mène à un happy end n’est-il pas semé d’embûches ?

Mon avis : Coucou tout le monde ! Ce lundi, je reviens vous parler du troisième tome de la saga des Shakespeare Sisters écrit par Carrie Elks, et publié chez Hugo New Romance. Bon sang, qu’est-ce que j’aime cette saga, et pour moi, ce tome 3 est un peu l’apothéose (on verra ce que donne le tome 4 mais pour l’instant, j’ai trouvé mon préféré). J’adore quand une saga monte en qualité au fil des tomes et c’est tout à fait le cas avec celle-ci. Et puis, vous connaissez ce sentiment d’avoir envie de relire un livre directement après l’avoir terminé ? Bah pour moi, ça a été le cas avec La magie de l’hiver car c’est un coup de cœur.

Dans cette histoire, on se retrouve en hiver, aux alentours de noël dans une famille éclatée par un mystère qu’on découvrira par la suite au fil de la lecture. Kitty, notre héroïne, va prendre part à la période de noël dans cette famille pour s’occuper de Jonas, un petit garçon adorable se retrouvant un peu au milieu de tout ça. Et puis, évidemment, elle va tomber sous le charme d’un des membres de cette famille, le séduisant Adam Klein (et ce bellâtre est responsable en grande partie du coup de cœur que j’ai ressenti).

J’ai trouvé l’écriture de Carrie Elks particulièrement belle dans ce tome. J’ai d’ailleurs relevé un grand nombre de citations (que je répertorie sur Babelio, n’hésitez pas à m’y suivre). Ce livre est d’un romantisme absolu, et j’ai adoré ! Certaines scènes ont fait naître des milliers de papillons dans mon ventre (je suis neuneu, et j’assume!). On assiste à une renaissance du personnage d’Adam, grâce à Kitty qui est la soeur Shakespeare que j’aime le plus pour le moment car elle est généreuse et a un vrai bon fond. Elle sait revenir aux choses essentielles, et elle m’a beaucoup touchée.

Le roman se dévore très vite, on ne sait pas le lâcher et c’est un régal, du début à la fin. J’ai vraiment l’impression que ce tome vient confirmer mon amour pour cette saga, et pour Carrie Elks. Je vous conseille fortement cette histoire (et donc la saga) car j’espère qu’elle pourra vous faire vivre de doux moment et vous transporter comme elle l’a fait avec moi.

« Je n’ai rien contre l’amour. Ni contre ceux qui courent après ce fantasme. Tant qu’on ne se laisse pas aveugler au point de basculer dans la noirceur, tout va bien. Après tout, il y a des méchants dans les meilleurs contes de fées. L’amour ne consiste pas à faire comme s’ils n’existaient pas, mais plutôt à les déjouer. »

Les autres Shakespeare Sisters :

Les promesses de l’été. L’histoire de Cesca
A la grâce de l’automne. L’histoire de Juliet

Rendez-vous sur Hellocoton !