« Rester vivant – La collection des ados non formatés » – Le Muscadier

Hello, hello ! Aujourd’hui, nouvel article où je vais vous parler d’une maison d’édition, et d’une collection en particulier ! Ce qu’il y a de chouette avec les services presse, c’est que l’on découvre parfois des bouquins intéressant que l’on n’aurait certainement pas acheté en temps normal. Et par ce biais, j’aime sortir de ma zone de confort et découvrir des choses dont on entend peu parler. Et aujourd’hui, je mets à l’honneur la maison d’édition Le Muscadier et la collection Rester vivant.

Le Muscadier publie des livres traitant de questions de société (littérature ado engagée, débats, essais) ainsi que des livres de santé publique en partenariat avec l’Inserm. Son objectif est de fournir à ses lecteurs des clés pour décrypter le monde dans lequel ils évoluent, pour y prendre une part active, pour devenir des citoyens à part entière. Des citoyens capables de penser par eux-mêmes, de désobéir et d’alerter quand il le faut. De prendre les bonnes décisions pour eux-mêmes, pour leurs proches et pour la planète. Des personnes empathiques, ouvertes à l’autre, qui prônent le vivre-ensemble plutôt que l’individualisme. Des humanistes qui refusent le prémâché quotidien, le prêt-à-penser et tous les types de formatage, qu’il soit médiatique, politique ou religieux.

La collection Rester vivant est constituée de nouvelles et de romans qui parlent du monde d’aujourd’hui, en abordant sans détour les questions écologiques, sociales et éthiques qui émergent au sein de la société dans laquelle nous évoluons. Elle s’adresse en priorité aux pré-ados, aux ados… et plus généralement à tous les lecteurs qui résistent encore à l’asservissement des esprits, quel que soit leur âge. Ces livres ont pour ambition, en plus d’attiser l’imaginaire du lecteur, d’éveiller son sens critique et de poser un regard incisif sur nos comportements individuels et collectifs.

Pourquoi Manon, 16 ans, réputée pour être une fille très sage, s’est-elle enfuie de chez elle un soir de juin ? Pourquoi sa mère a-t-elle attendu si longtemps avant de signaler sa disparition ? Pourquoi Salomé, qui était pourtant sa meilleure amie, n’a-t-elle plus aucune nouvelle d’elle ? Et pourquoi Valentin ne veut-il pas révéler jusqu’où il a accepté d’aller par amour pour Manon ? Si chacun confie ce qu’il sait, peut-être percera-t-on, au final, l’énigme de cette étrange disparition – celle d’une jeune fille qui rêvait juste d’être elle-même, en toute liberté.

Je voulais juste être libre traite de sujets plutôt difficiles mais dans une forme particulière. Construite comme une pièce de théâtre en 5 actes, cette histoire est comme un Cluedo géant dans lequel il faut résoudre une intrigue. Claire Gratias maintient le suspens jusqu’à la fin, et dévoile ses personnages au fil des pages. On sent que le roman est destiné aux ados car il aurait mérité d’être un peu plus étoffé pour entrer davantage dans la tête de tous les protagonistes, et donc mieux comprendre les raisons du délit, mais il se lit facilement et suscite un vrai intérêt chez le lecteur. Dans ce roman, on passe très rapidement d’un personnage à l’autre, il ne faut donc pas se laisser déstabiliser car ça rythme parfaitement le récit.

Par ailleurs, j’aime beaucoup l’objet livre en tant que tel. C’est agréable à lire, aéré, et ça fait du bien de voir ce genre de livres dans le paysage de la littérature ado.

Juliette, 16 ans, est la fille du commandant du pénitencier. Elle est fiancée à un officier deux fois plus âgé qu’elle pour lequel elle n’éprouve aucun sentiment amoureux. Roméo, 22 ans, est un bagnard condamné aux travaux forcés. Franc et charmeur, il est souvent victime de son incorrigible impétuosité. Tout les sépare mais, un soir, leurs destins se croisent. Un amour impossible ? Et pourtant…

Yves-Marie Clément nous offre ici une réécriture de Roméo et Juliette mais dans un tout autre contexte vu qu’on va nous parler ici du bagne de Saint-Laurent-du-Maroni en Guyane française. Dans ces conditions difficiles, deux êtres que tout oppose vont s’aimer. J’avoue que j’ai moins aimé ce bouquin-ci car il m’a moins parlé. Néanmoins, je trouve plutôt intelligent de nous parler de sujets importants, porteurs de faits historiques, au travers d’une histoire connue de tous.

Juliette et Roméo se lit très vite et est très intéressant, sans aucun doute.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce contenu a été publié dans Coin Littéraire.... Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à « Rester vivant – La collection des ados non formatés » – Le Muscadier

  1. Audrey dit :

    Je n’ai encore jamais rien lu de cette maison d’édition mais j’ai repéré un ou deux livres qui me tentent bien 🙂

  2. Laura dit :

    Merci pour ces deux jolies découvertes 🙂
    Et de nous faire découvrir des nouvelles maisons d’éditions & collections.
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.