Les Matriochka sont des poupées russes qui s’emboîtent les unes dans les autres. Chaque poupée en cache une autre. Anna est une jolie femme de 24 ans, mais qui est-elle vraiment et combien de femmes se cachent en elle ? Est-ce une simple vendeuse de poupées sur le marché de Moscou ? Un top model qui défile à Paris ? Une tueuse qui ensanglante Milan ? Un flic corrompu ? Un agent double ? Ou tout simplement une redoutable joueuse d’échecs ? Il faudra attendre la fin de la partie pour savoir qui est vraiment ANNA et qui est “échec et mat”.

Mon avis : Hello, hello ! Aujourd’hui, on parle cinéma avec mon avis sur le dernier film réalisé par Luc Besson, Anna. Pas particulièrement fan des films d’espionnage et n’ayant pas vu énormément de films de ce réalisateur – shame on me – je suis allée au cinéma sans réel intérêt (et avec la peur d’être déçue) mais au final, j’en ressors plutôt séduite. Je n’ai pas vu le temps passé et j’ai réellement apprécié mon visionnage au cinéma.

Anna est un film assez passionnant dans sa construction et sa réalisation. Il est clair que le talent de Sasha Luss n’y est pas pour rien car elle porte littéralement le film sur ses épaules. On s’attache à son personnage et on suit son parcours avec beaucoup d’intérêt. Le film se veut sérieux, réaliste et l’ambiance y est assez froide. Le visuel est vraiment très bien, quelle que soit la région dans laquelle on se trouve. Les scènes de combat sont plutôt belles et bien chorégraphiées. Ce que j’ai vraiment aimé également, c’est la chronologie mise en place dans le film. Elle n’est pas linéaire, on a droit à des retours en arrière très fréquents. Du coup, ça rend l’ensemble très rythmé et on a droit à des révélations tout au long du film.

Au delà du mannequin Sasha Luss, qui interprète Anna, il faut également mentionner la qualité du reste du casting. Luke Evans, Cillian Murphy et Helen Mirren sont tout 3 excellents et apportent vraiment un plus au film, spécialement le personnage d’Olga (Mirren), qui est assez étonnante dans ce rôle.

Bref, que du positif en somme. J’aurais peut-être apprécié une fin un peu différente mais pour moi, c’est un bon film que j’ai pris plaisir à voir ! 🙂

Le truc en + : La compositeur fétiche de Luc Besson, Eric Serra, collabore à nouveau avec le cinéaste après avoir cédé sa place à Alexandre Desplat pour Valérian. Le musicien a notamment remporté le César de la meilleure musique de film pour Le Grand Bleu en 1989.