Enzo n’est pas un chien comme les autres. Philosophe dans l’âme, il aime s’instruire devant la télévision et écouter attentivement les leçons de vie de son maître, Denny Swift, un pilote automobile. Aujourd’hui, Enzo se souvient de tout ce que sa famille et lui-même ont traversé au cours des années…

Mon avis : Hello, hello! Aujourd’hui, je vous retrouve afin de vous parler d’un film faisant l’ode à nos amis à 4 pattes, d’une façon sensible et intéressante, et surtout en compagnie d’un superbe casting. The art of racing in the rain est une comédie dramatique pleine de bons sentiments qui m’a fait passé un joli moment, sans pour autant être le film de l’année.

Dans la lignée de Mes vies de chien ou encore Marley & moi, le film nous présente donc la vie d’Enzo, de sa vie de jeune chien jusqu’à sa fin, et ce en passant par toutes les étapes de la vie de Denny, son maître adoré (joué par le p-a-r-f-a-i-t Milo Ventimiglia). En soi, le film n’est pas très palpitant dans le sens où il nous raconte un parcours de vie, semé de rencontres, d’embûches mais aussi de petits bonheurs. Le film est parfois poussif niveau drama, on sent que certains événements sont là pour nous faire tirer des larmichettes mais dés qu’il est question d’amour pour un animal, j’en ai vite le cœur tout mou. J’ai également beaucoup aimé le personnage d’Eve, joué par Amanda Seyfried.

The art of racing in the rain est un peu long selon moi. Il tire en longueur, surtout vers le milieu du film. Et je pense que c’est simplement car il manque de rebondissement. Mais à côté de ça, j’ai été attendrie par l’histoire. En plus, les événements nous sont narrés par le chien (avec la voix de Kevin Costner) et ça rend donc l’ensemble vu d’un chouette point de vue.

Bref, pour moi, il n’est pas indispensable de voir ce film au cinéma mais si vous aimez les animaux, il pourra vous mettre du baume au cœur, et c’est tout ce qu’on lui demande. 🙂

Le truc en + : Ce film est l’adaptation du livre éponyme de Garth Stein.