Pourquoi Elsa est-elle née avec des pouvoirs magiques ? La jeune fille rêve de l’apprendre, mais la réponse met son royaume en danger. Avec l’aide d’Anna, Kristoff, Olaf et Sven, Elsa entreprend un voyage aussi périlleux qu’extraordinaire. Dans La Reine des neiges, Elsa craignait que ses pouvoirs ne menacent le monde. Dans La Reine des neiges 2, elle espère qu’ils seront assez puissants pour le sauver…

Mon avis : Hello tout le monde, on se retrouve aujourd’hui pour parler d’un long-métrage très attendu pour cette année 2019, La reine des neiges 2. Après le succès planétaire du premier opus, je crois que nous étions nombreux à attendre le deuxième, en étant impatients mais également avec une certaine réserve (Disney ne s’est jamais vraiment bien illustrée dans les deuxièmes films, il faut le dire). Mais vraiment, j’en ressors ravie, j’ai passé un excellent moment, et j’étais très impatiente de vous en parler.

Dans cette nouvelle aventure, nous allons donc retrouver nos personnages qui coulent plutôt des jours heureux, jusqu’à ce qu’une nouvelle menace plane autour d’Arendelle. Elsa semble être appelée par une voix mystérieuse, et notre fidèle équipe va donc se mettre en quête de sauver leur royaume… J’ai trouvé l’intrigue plus mature que dans le premier opus. Les caractères des personnages s’affirment et je me suis d’autant plus prise d’affection pour Elsa et Anna. Olaf, Kriztof et Sven sont surtout là pour apporter une bonne dose d’humour au métrage, et il faut dire que tout s’équilibre très bien. Le film ne se sabote jamais et sait rester sérieux quand ça doit l’être.

Côté chansons, ça m’a fait le même effet que pour le premier film, ça chante énormément (et vous savez, un phrasé très proche du langage parlé, et parfois, ça m’a un peu agacé, mais il faut s’y faire, on est devant La reine des neiges). Pour un premier visionnage (oui parce que je vais sans doute aller le revoir), je n’ai pas trouvé que les chansons surpassaient le premier film (Bon, en même temps, c’est difficile de dépasser l’effet Libérée, délivrée) mais dans l’ensemble, on est dans quelque chose de similaire à ce qu’on avait déjà vu. Du coup, on est dans une jolie continuité.

Voilà, je n’ai pas envie d’en dire plus, car l’intrigue doit être découverte au fur et à mesure, avec toutes les surprises dont elle recelle. Pour moi, c’était un superbe moment cinéma, et je ne peux que vous le recommander. 🙂

Le truc en + : Jennifer Lee et Chris Buck mettent en scène cette suite de La Reine des Neiges après avoir déjà réalisé le premier. Depuis le premier long métrage des Walt Disney Animation Studios, Blanche-Neige et les sept nains (1937), aucune femme avant Jennifer Lee n’avait été au poste de réalisatrice. Etant nouvelle dans le monde de l’animation à l’époque, elle avait cependant laissé cette partie du travail à son co-réalisateur Chris Buck tandis qu’elle se concentrait sur le développement de l’histoire et les comédiens.