Scrap Metal. 1, Mis à la casse de Jana Rouze

Tout commence par une lettre laissée à la hâte par un mort. Trois mots inscrits d’une écriture tremblante livrent le nom d’un homme public et une ville. Pour Sauvage, l’ancien sectateur qui la reçoit, c’est la fin d’une existence pitoyable : celle d’un enfant enlevé à l’âge de cinq ans, vendu à une secte réputée parmi les plus dangereuses. Il va pouvoir retrouver le jumeau dont il a été séparé, combler le vide de son existence, et se venger. Entre la lettre et sa vengeance, il y a la fille de l’homme qui a été dénoncé. Hope n’appartient pas à son monde. Dans ses yeux de sectateur, c’est une Wog, une étrangère du monde extérieur. Sectateurs et Wogs ne se mélangent pas, ne se touchent pas. Jamais. Sauf quand leur malheur est étroitement lié.

Mon avis : Hello, hello! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur le premier tome de Scrap Metal de Jana Rouze, sorti le 12 mars dernier chez Hugo New Romance. Un bon petit pavé de plus de 700 pages qui me faisait un peu peur au premier abord, il faut l’avouer. Mais, au final, je l’ai lu très rapidement et j’ai adoré ma lecture !

Dans cette  histoire un peu particulière, mêlant le milieu sectaire à celui de la Formule 1, Jana Rouze va nous embarquer, et ce, dés la première page. J’avoue que j’étais, au départ, un peu perdue. Je ne comprenais pas très bien qui étaient les personnages et ce qui se jouait entre eux. Et puis, au fur et à mesure, tout prend sens. Le vocabulaire utilisé est bien expliqué pour ne pas nous perdre, et au final, j’ai même appris des choses sur le milieu des sectes.

La grande force du roman, c’est certainement ses personnages. Sauvage d’abord, héros fort et ancré dans ses croyances. C’est un homme qui ne fait pas la demi-mesure (bon il m’a juste agacé par rapport à sa vision du corps de Hope – mais bon, ce côté macho, c’est un peu ce qui le définit également). Hope, quant à elle, est une jeune femme bien loin du cliché de la cruche qui ne sait pas ce qu’elle fait. Je l’ai beaucoup aimé, je me suis attachée à elle et j’ai beaucoup aimé tous les chapitres sous son point de vue. A côté de nos héros gravitent d’autres personnages intéressants tels que Caitlin ou Azz.

Intensité est sûrement le maître mot de ce livre. Je découvrais Jana Rouze avec cette histoire et pfiouuu, quelle plume, quelle histoire travaillée, millimétrée. On sent que c’est un roman qui a demandé des recherches et une implication totale de son auteure. D’ailleurs, ce premier tome dans l’univers des sectes est très différent ce que j’ai lu auparavant. D’ailleurs, il y a tout un langage à apprivoiser mais bravo Jana Rouze, car pas une fois, elle ne m’a perdue ! Je recommande ✅ ! Et puis, au vu de cette fin, vivement la suite. 😱

PS : Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus sensibles, il faut le savoir.

« On dit souvent qu’on est ce qu’on pense. Moi je crois qu’on est ce qu’on accomplit. »


18 thoughts on “Scrap Metal. 1, Mis à la casse de Jana Rouze

    1. Ahaha mais comme je te comprends ! J’ai pris quelques notes pour ne pas avoir à le relire avant la sortie du deux !
      Tu as lu la saga Effet de vague ? Je me tâte à me la procurer 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.