L’amour comme antidote – Un recueil de nouvelles caritatif

On ne réalise vraiment ce qui est précieux qu’en temps de crise. Face à la situation exceptionnelle que nous traversons, nos autrices de romance se sont mobilisées afin de témoigner leur soutien à toutes celles et ceux qui prennent des risques chaque jour pour notre santé. À travers ces dix histoires, elles nous invitent à garder espoir et nous offrent autant de possibilités d’évasion. Surtout, elles nous rappellent que pour surmonter cette épreuve, nous devons rester unis. Pour que toujours, l’amour et la vie triomphent.

Mon avis : Hello tout le monde! Je suis contente de venir vous parler aujourd’hui afin de vous chroniquer L’amour comme antidote. Quelle belle action caritative que ce joli recueil de nouvelles ! Je l’avais pré-commandé et j’ai pris beaucoup de plaisir à le découvrir. J’aime beaucoup les auteures participantes que je connaissais pour la plupart. Evidemment, comme toujours, avec les nouvelles, il y en a qu’on aime, d’autres beaucoup moins mais ce qui est sûr, c’est qu’on passe un joli moment ! Et puis, comme je le dis toujours, pour moi, c’est juste parfait si vous voulez découvrir la plume d’un auteur avant de vous plonger dans un roman. 🙂

Quand je chronique des recueils de nouvelles, j’aime vous sélectionner mes préférées pour vous en parler davantage. Alors, dans celui-ci, j’ai d’abord adoré Il suffirait d’un mot de Juliette Bonte. Nouvelle très très courte mais qui pourrait être la scène de fin d’un film romantique. Vous savez le genre de scène qui vous donne le cœur tout mou (et en plus, avec mon schéma préféré, celui des meilleurs amis ♥). Et puis, la plume de Juliette, je l’adore et j’étais super heureuse de la retrouver. Ensuite, j’ai adoré Ose, vis, aime de  Caro M. Leene. Une nouvelle sur un toit en Italie, avec une rencontre. Lena, serveuse et amoureuse du dessin, et Raphaël, interne en pédiatrie. Une conversation, une attraction, bref, tout ce que j’aime, et en plus, dans le pays de mon cœur. A la fin, je n’avais qu’une envie : « ENCORE! ». Et enfin Toccata et fugue en Elle majeur de Lena Forestier (auteure que je découvrais), qui se passe également en Italie, à Florence. Dans cette nouvelle, j’ai surtout aimé les descriptions italiennes. C’est comme si on y était. J’avais l’impression de déambuler dans les rues, comme les personnages. Un petit bonbon à déguster !

Bref, je recommande sans hésiter !

N’hésitez pas, c’est une très belle action.

9 thoughts on “L’amour comme antidote – Un recueil de nouvelles caritatif

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.