RolePlay. 1, Eros de Gabarelle Corentin

Gabrielle, une jeune franco-américaine de vingt-trois ans, quitte sa ville natale de New Haven pour s’installer à Paris. Elle y fait la connaissance d’un beau brun au regard intrigant prénommé Maxence. Ce dernier l’initie aux jeux de rôles. Les deux amants réinventent leurs débuts lors de rendez-vous secrets. La passion va prendre le dessus et les entraîner vers une relation dévorante, proche de l’addiction. Seront-ils prêts à accepter ce ravissement à l’autre ? 

Mon avis  :  Coucou tout le monde ! Je reviens aujourd’hui avec une nouvelle chronique sur le premier tome de RolePlay, Erosroman autobiographique, écrit par Gabarelle Corentin. et sorti en auto-édition.J’ai beaucoup aimé cette histoire et suis donc ravie de vous en parler aujourd’hui (et en plus, je tiens à le mentionner, j’aime particulièrement la couverture du roman, quel joli travail d’auto-édition).

Dans ce roman, on va donc faire la connaissance de Gabrielle, jeune femme quittant les USA pour s’installer à Paris, afin de commencer un nouveau travail, et donc une nouvelle vie. Sa rencontre avec Maxence (d’abord dans sa ville natale, et puis à Paris) va l’amener à découvrir une relation qu’elle n’imaginait pas pouvoir avoir…. Et je peux vous dire qu’on est très vite envoûté par les sentiments s’installant rapidement entre Gabrielle et Maxence. Même si la jeune femme parvient rapidement à mettre des mots sur ce qu’elle ressent, c’est surtout Maxence, avec sa grande capacité à souffler le chaud et le froid, qui va donner un côté addictif à l’histoire et va aussi parfois fortement nous agacer. J’ai été fascinée par ce personnage, et j’ai déjà hâte de lire la suite pour en apprendre davantage sur lui…

Sensualité, découverte de soi, amour naissant sont les termes qui pourraient résumer cette histoire. La plume de Gabarelle Corentin m’a conquise. C’est sensuel et érotique mais jamais vulgaire et/ou trash. C’est quand même pour les amateurs du genre, mais j’ai apprécié ce côté plutôt classe et travaillé ! En plus, on découvre l’univers du jeu de rôle sans que ça prenne toute la place dans le roman.

Bref, ce fut un très bon moment, je lirai la suite sans hésiter (car impossible de rester sur cette fin 😱).

« Le mot « érotisme » provient d’Eros, oui. Il y a plusieurs termes pour désigner l’amour en grec ancien. Il y a Agapè, qui peut être considéré comme l’amour de son prochain ou l’amour inconditionnel et désintéressé. Ensuite, il y a Storgê qui représente l’amour de la famille, par exemple l’amour qu’une mère peut porter à son enfant. Philia pour l’amitié… Il existe encore d’autres termes pour qualifier l’attachement, mais celui qui te convient est Eros, car il désigne la passion. C’est ce que tu es en train d’éprouver pour le moment. »

D’autres chroniques :

La cocci-lectrice
Book hémisphère
Nostralectio

20 thoughts on “RolePlay. 1, Eros de Gabarelle Corentin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.