T’as qu’à maigrir, tome 3 de Mo Gadarr

Challenge numéro 3 : (Se) Découvrir. Slim tente d’oublier ses mauvaises expériences en poursuivant sa carrière naissante de mannequin grande taille. Si sa petite fille lui manque atrocement, c’est aussi le cas d’Ulrich qu’elle tente d’oublier par tous les moyens. Mais son agent, son tout nouvel admirateur ainsi que son ex ne font qu’aggraver le chaos de l’existence de notre héroïne toute en rondeurs. Et Slim a sa manière bien à elle de gérer l’ensemble. Une bouchée de brioche par-ci. Une cuillerée de glace chocolat-noisette par-là, et c’est la balance qui s’en mêle et qui s’emballe pour finalement la ramener au point de départ. Et face à lui….Quant à Ulrich, il poursuit son chemin sans se retourner sur ses souvenirs et surtout pas sur le spectre de Slim dont il peine à chasser l’image de son cœur. Seulement, quand on lui annonce qu’il va devoir s’occuper d’une starlette montante dans l’univers de la mode, il ne se doute pas de ce qui l’attend. Si notre nutritionniste bourru croit avoir tout vécu, il a oublié une chose : même en fuyant, on n’échappe pas à son passé. Et encore moins à Slim…Et si les apparences étaient-elles vraiment trompeuses ? Nos héros pourront-ils (s’)aimer pour (se) découvrir ?

Mon avis : Hello, hello ! Nouvelle chronique aujourd’hui avec mon avis sur le tome 3 de T’as qu’à maigrir de Mo Gadarr. Ça y est, après 3 tomes, il m’aura bien fallu dire au revoir à Slim et à Ulrich. Ils auront fait palpiter mon cœur, m’auront énervés et m’auront fait mourir d’amour pour eux… J’ai adoré ce troisième opus.

Au travers de cette trilogie, et bien avant d’être une romance, l’autrice fait le pari de traiter d’un sujet délicat : le surpoids et l’image de soi qui en découle ! Un sujet pour moi difficile vu que c’est mon quotidien, à chaque fois que je pose mon regard dans un miroir et que je détourne les yeux. Alors oui, si j’ai tant aimé cette saga, c’est aussi parce qu’en Slim, il y a une part de moi, de ce que je cache, de cette faille que je m’évertue sans cesse à dissimuler derrière un joli sourire. Au fil des tomes, et c’est là que je trouve que l’autrice parvient à tirer son épingle du jeu, elle nous prouve que les apparences sont souvent bien trompeuses et que c’est dans les failles de ceux que l’on considère comme parfait que l’on se retrouve le plus… ⠀

Cette saga est un hymne à l’acceptation de soi, une revendication, un droit à la vie, à l’amour, qu’importe son tour de taille. Mo Gadarr remet au centre avec brio les êtres humains imparfaits que nous somme , avec le droit de se trouver belle, même dans une taille qui n’est pas considérée dans la « norme ». ⠀

Alors, simplement, merci à l’autrice. Car même si cette histoire n’est pas parfaite, c’est dans ses petites imperfections qu’elle m’aura transpercé le cœur. Une trilogie que je n’oublierai pas. 💘⠀

« Je la laisse partager mon oxygène alors que son pouvoir de fée m’a déjà transformé en statue de sel. »⠀

D’autres livres de l’autrice :

T’as qu’à maigrir. 1
T’as qu’à maigrir. 2
Black Feelings. Saison 1

25 thoughts on “T’as qu’à maigrir, tome 3 de Mo Gadarr

  1. Il est plus que temps de reconnaître la beauté à multiples facettes ! Ronde, mince, féminine ou garçon-manqué, quelle importance? l’important, c’est de s’aimer soi-même, point. De mon côté, j’ai eu le problème inverse: j’ai souffert d’être « trop mince » (hé oui, ça existe aussi). Mon entourage ne comprenait pas parce « tu sais, il ya des filles qui rêveraient d’être comme toi ! ». Genre on a le droit de complexer pour le poids en « trop », mais pas pour celui qui manque ! Ça m’énervait !!!

  2. Cette saga a l’air vraiment inspirante…
    Quant à ta phrase, je la trouve très belle et juste : « elle nous prouve que les apparences sont souvent bien trompeuses et que c’est dans les failles de ceux que l’on considère comme parfait que l’on se retrouve le plus »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.