La datcha d’Agnès Martin-Lugand

 » L’homme venait de me déposer dans un décor de rêve, dont je n’aurais même pas soupçonné l’existence. L’hôtel en lui-même était imposant, majestueux ; les pierres, les grands volets, les immenses platanes tout autour de la cour, la fontaine couverte de mousse qui lui conférait un aspect féerique. Je ne tiendrais pas deux jours, je n’étais pas à ma place. Devais-je fuir immédiatement, retrouver ma vie d’errance dont je connaissais les codes, où je savais comment survivre, ou bien rester et tenter ma chance dans ce monde inconnu, étranger, mais qui exerçait sur moi une attraction aussi soudaine qu’incontrôlable ? « 

Mon avis : Coucou tout le monde ! Nouvelle chronique aujourd’hui à propos de La datcha, le nouveau roman signé Agnès Martin-Lugand. Je commence le mois d’avril avec un coup de cœur, que demander de plus ? Rien qu’en écrivant ces lignes, j’ai encore le ventre tordu d’émotions et le cœur au bord des lèvres. 🥺 Malheureusement, je ne pourrai pas vous dire grand chose par peur de vous gâcher le plaisir de cette histoire.⠀

Sachez que ce roman va nous parler d’amour, à tout niveau. Les liens du cœur, les liens du sang, les amours qui réparent, ceux qui détruisent. Les amours perdus aussi… Tant de choses que l’autrice met en exergue avec ses mots, ses personnages. Hermine est fabuleuse, le soleil de cette histoire, celle avec qui tout va démarrer. Et elle m’a chamboulé, autant par sa force que par ses faiblesses. Elle nous crie le besoin d’aimer et d’être aimé. Elle est parfaitement imparfaite, et son bagage émotionnel m’a arraché les larmes à plusieurs reprises… ⠀

Il y a une telle mélancolie, une telle nostalgie qui se dégage de la plume de l’autrice. Si j’avais beaucoup aimé Nos résiliences l’an dernier, j’ai encore davantage aimé celui-ci… Il m’a touché au plus profond de mon cœur. La datcha est un roman qui nous donne envie de serrer dans nos bras ceux qu’on aime, de ne pas laisser le temps et les non-dits ruiner des relations… ⠀

En soit, le roman n’est pas parfait et peut-être aurais-je apprécié creuser davantage le passé d’Hermine. Mais c’est peut-être dans cette imperfection que j’y ai trouvé ce que je cherchais. Bref, un coup de cœur. ❤️⠀

« Ne méritais-je pas d’être aimée, sans condition, sans rupture, sans séparation ? Ne méritais-je pas de vivre sans ce vide permanent au fond du ventre et du cœur ? Sans être seule à chaque instant, sans vivre avec la terreur que quelqu’un s’en aille. »

D’autres chroniques : 

Les lectures de Lily
Petite souris book
Entre deux pages

D’autres romans d’Agnès Martin-Lugand :

Les gens heureux lisent et boivent du café 
La vie est facile, ne t’inquiète pas 
Entre mes mains le bonheur se faufile
Nos résiliences

20 thoughts on “La datcha d’Agnès Martin-Lugand

  1. Je vais devoir attendre, j’offre le Martin-Lugand à ma maman chaque année pour la fête des mères et je le lis après.
    J’ai hâte!
    Passe une belle journée, bisettes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.