Save the raven de Mel Guent

NATE. La noirceur d’âme. Comment une thématique, aussi grande soit-elle, peut-elle me caractériser depuis l’enfance ? J’ai beau m’inspirer des plus grands poètes pour survire, aucune issue salvatrice n’est faite pour moi. Et que dire de l’amour, que je croyais être ma résurrection dans ce monde impitoyable ? J’ai beau tenter de déployer mes ailes de charognard par-delà les terres hostiles que représentent ma vie, je pense réellement que seule la mort est mon alliée dans cette guerre sans fin contre la violence. Foutu espoir de merde!
STELLA. Solitude. Voilà ce que représente mon quotidien! J’ai beau m’évertuer à sauver des vies pour me sentir vivre, mon cœur, lui, est mort avec mes parents depuis bien trop longtemps. J’aspire mon oxygène dans les sourires des patients et me nourris d’interactions sociales, mais si seulement ils avaient conscience que c’est uniquement grâce à eux que je subsiste aujourd’hui. Je ne me pardonnerai jamais ce que j’ai fait et aucune victime ne pourra alléger ma culpabilité. Foutu espoir de merde!

Mon avis : Hello, hello ! Nouvelle chronique aujourd’hui avec mon avis sur Save the raven de Mel Guent. J’ai adoré ce livre. Plus de 600 pages, une histoire forte et poignante, une lecture que j’ai dévoré en moins de temps qu’il ne faut pour le dire… J’en suis moi-même bluffée d’ailleurs. Dans ce roman, il va être question de violences conjugales faites aux hommes. Sujet plutôt inédit, vu qu’on a souvent tendance à voir le contraire… Et waw, c’était touchant, bouleversant. Surtout que l’on sait, grâce à l’autrice, que c’est inspiré de faits réels.

On rencontre donc Nate, jeune homme en souffrance et complément sous l’emprise psychologique et physique de sa petite amie. Chaque jour est un véritable calvaire et la violence fait partie inhérente de son quotidien. On alterne son point de vue avec celui de Stella, infirmière et bénévole dans une association venant en aide aux victimes de ce type de violence. Et en souhaitant aider Nate, tout son monde va s’écrouler et s’en retrouver chamboulé.

Ce roman, c’est un cri d’espoir, un cri d’amour. Une histoire qui nous montre que même dans la noirceur, la vie peut mettre sur notre chemin des êtres salvateurs. Elle nous montre où puiser notre force. L’histoire n’est pas simple évidemment, et j’ai trouvé la psychologie des personnages riche et bien travaillée. J’avais peur de ce côté sauveur, et peut-être trop évident concernant le lien Nate/Stella, mais j’ai trouvé la construction très belle, où rien ne m’a semblé en trop.

Par contre, vous allez peut-être sourire, mais je n’ai pas pleuré. Et je n’arrive pas à mettre le doigt sur ce qui m’a empêché d’être pleinement dans l’intensité des événements. Tout était très beau mais au niveau du ressenti, je n’ai pas bien su l’exprimer (alors que vraiment, j’aurais du pleurer). Et puis, il y a un rebondissement qui m’a aussi semblé un peu en trop. Et peut-être qu’il m’aura manqué quelque chose par rapport à l’enfance de Nate.

Mais à part ces détails, j’ai adoré. C’était très puissant. ❤️⠀

« Quand tu n’as connu que la violence, elle en devient ton alliée, ton code de conduite, ta béquille pour tenir encore debout. »


12 thoughts on “Save the raven de Mel Guent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.