Gods of love d’Eugenie Dielens

Peut-il vraiment réparer tous les cœurs brisés ?
Éros et l’amour, c’est une histoire qui dure. Cela fait des millénaires qu’il l’insuffle aux âmes meurtries et leur redonne goût à la vie, laissant des esprits soulagés dans son sillage. Il est fait pour ça, il est né pour ça. Ironiquement, ce sentiment lui est pourtant interdit. Alors à force d’assister aux histoires des autres, c’est presque par nécessité qu’il vole au secours des cas les plus désespérés, pour leur apporter ce que lui ne pourra jamais vivre.
Lorsqu’il rencontre Kaléa, il sent qu’il pourra lui procurer l’aide dont elle a besoin: le cœur brisé, la jeune femme refuse farouchement de se laisser bercer par ses beaux mots et sa voix envoûtante. La faire de nouveau aimer devient un défi personnel qu’Éros est prêt à relever. Peu importe le prix. Mais si, avant de vouloir guérir le cœur des autres, Éros devait avant tout apaiser le sien ?

Mon avis :  Hello, hello ! Nouvelle chronique avec mon avis sur Gods of love d’Eugenie Dielens. Première fois que je lis cette autrice et malheureusement, j’en ressors plutôt déçue ! 🥺 Bon, pour tout vous dire, je partais déjà dubitative concernant le résumé et l’incursion de la mythologie dans notre monde. Mais passons, j’avais envie de tenter et de me laisser surprendre... Et pour le coup, vraiment, je confirme que c’est quelque chose qui n’est pas faite pour moi. 🤷‍♀️Au delà de ce côté mythologique pas assez étoffé (je ne me suis pas sentie happée par ce qu’il se passait), ce qui m’a posé le plus de problèmes, ce sont mes ressentis envers les personnages. Je n’ai pas accroché avec eux.

Quand je ne m’attache pas et que je ne me soucie pas de leur sort, c’est très mauvais signe avec moi vu que c’est ce que je recherche dans une lecture. Le rythme est lent, et les rebondissements tardent à arriver. Et puis j’avoue, je n’ai pas cru à la romance. Je ne peux rien détailler de peur de vous spoiler mais pour moi, le lien à peine naissant entre les personnages ne méritait pas une telle dévotion d’Eros, notre héros. Je n’ai pas compris ses réactions, et ça m’a perdue malheureusement. 😞 Il m’a manqué de l’intensité, des sentiments forts, de l’émotion. Bref, tout ce que j’aime ressentir quand je lis. Et quand rien ne me traverse, je décroche très vite (et j’ai d’ailleurs terminé en diagonale, pour connaître la fin et vous faire un avis complet)…

Je retiendrai tout de même le personnage de Kaléa, qui est intéressante, par rapport à toute l’introspection qui la concerne, surtout en rapport avec une partie de sa vie, centrale au roman. Je n’ai pas ressenti d’attachement mais j’ai compris où l’autrice voulait nous amener la concernant.

Sachez que j’ai vu des avis très positifs sur cette histoire et comme toujours, je vous invite à vous faire votre propre avis ! Personnellement, j’avais surtout craquer pour cette sublime couverture. 🤩⠀

« Parfois, les plus grands malheurs sont les prémices des plus grands bonheurs. »⠀

D’autres chroniques :

Le temps d’une chronique
Alice Neverland
La citadelle de mes lectures

 

8 thoughts on “Gods of love d’Eugenie Dielens

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.