Reflets obscurs de Céline Delhaye


Prémices, Calice, Supplice.
Trois mots qui reflètent l’existence de Roxane. Plongée dans un monde de violence depuis l’enfance, elle croise le chemin de celui qui l’aidera à trouver un sens à sa vie : Thomas Virel. Un garçon aux yeux noirs qui deviendra sa lumière, son souffle d’espoir. Un meilleur ami populaire, ouvert à toutes les conquêtes dans le but d’oublier son amour secret, quitte à briser les barrières de Roxane avant de l’abandonner. Un homme qui recroisera sa route, un soir, dans une ruelle, alors qu’elle échappe à son bourreau. Dès cet instant, il se jurera de la sauver, quoiqu’il en coûte, même s’il doit y laisser sa peau.

Mon avis : Hello, hello ! Nouvelle chronique aujourd’hui avec mon avis sur Reflets obscurs de Céline Delhaye. Au delà d’une romance, ce livre est un parcours de vie, celui de Roxanne, l’héroïne… En tout cas, en refermant ce roman, c’est ce que j’en garderai profondément encré en moi.

On va donc suivre Roxanne dés ses 12 ans, dans un quotidien infernal, où elle est sous l’emprise d’un père violent. Sa bouffée d’air frais ? Son meilleur ami, Thomas, rencontré sur les bancs de l’école et de qui elle tombe amoureuse au fil de ses années d’adolescence. Un amour qu’elle pense à sens unique, jusqu’à ce qu’il l’abandonne dans le pire moment de son existence… Mais, le destin est bien décidé à les faire se recroiser bien des années plus tard…

Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est la manière dont l’autrice nous montre que la violence psychologique peut être insidieuse et lente. Elle peut s’installer de façon subtile pour atteindre un climat malsain de peur absolue. Et j’ai trouvé ça hyper bien géré. Le roman se divise en trois parties : Prémices, Calice et Supplice et si j’ai eu plus de mal sur la deuxième partie (pas mal d’ellipses, et je n’aime pas trop ça), c’est vraiment dans la troisième que le roman monte en puissance, et où chaque page nous fait trembler pour Roxanne. Et je n’ai pas pu le lâcher jusqu’à atteindre le mot fin.

Pour ce qui est de la romance, le héros se présente un peu comme le sauveur, mais j’ai aimé son côté profondément humain qui fait des erreurs (même si parfois, olala, je l’aurais jeté par la fenêtre lui aussi 😂). Il est déterminé, buté et n’imagine pas toute la souffrance de l’héroïne (ce qui est au fond très réaliste vu que nous, lecteurs, sommes dans les pensées de Roxanne, mais lui ne peut pas deviner ses ressentis). J’avoue simplement que j’aurais aimé une fin légèrement différente (mais je n’en dit pas plus pour ne pas spoiler).

En tout cas, la plume de Céline Delhaye fut une très belle découverte et j’ai très envie de lire N’oublie pas de vivre dont celui-ci est le spin-off. ⠀


 

5 thoughts on “Reflets obscurs de Céline Delhaye

  1. J’apprécie que tu pointes le fait que le héros se présente comme le sauveur et que tu aies eu envie de le jeter par la fenêtre, parfois, parce que ce n’est pas le genre de héros que j’aime. En tout cas, tu donnes assez envie de découvrir cette histoire ^^

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.