Coin Littéraire…

Be my baby de Lily Tortay

Elle vient de déménager… et la tentation habite juste à côté.Cette nouvelle colocation est la meilleure chose qui pouvait arriver à Rose. Quoi de mieux que d’avoir deux super nanas comme colocataires quand on cherche à oublier son ex-petit ami possessif ? En plus, cet appartement parisien avec terrasse est sublime, et Rose adhère déjà à 100 % au principe des soirées cosmopolitan. Sans oublier que Charles, le voisin, est absolument canon. Mais ses colocataires l’ont bien mise en garde : il séduit toujours la petite nouvelle avant de lui briser le cœur. Alors, si Rose veut une chance de rester dans cette colocation, elle ferait mieux de croiser le voisin le moins possible…A propos de l’auteurRêveuse à temps complet, Lily Tortay voue une passion à la musique (celle qui fait saigner les oreilles), aux salons de thé (pour finir le plus souvent dans un pub) et aux petits carnets multicolores (dans lesquels elle n’écrit jamais). Son rêve ultime : dégoter le lasso de Wonder Woman (celui qui fait dire la vérité).

Mon avis : Hello, hello! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur Be my baby de Lily Tortay. Une nouveauté Harlequin que j’ai dévoré ces derniers jours et que j’ai beaucoup apprécié ! Une jolie romance qui se lit facilement et dans laquelle on se sent bien. Et puis, c’est une histoire d’amour mais pas que car Be my baby est aussi une histoire d’amitiés, de famille et de pardon.

J’ai beaucoup aimé les personnages, surtout Rose, notre héroïne. On développe beaucoup d’empathie pour elle, et l’histoire avec son ex m’a bien tenu en haleine! Charles, le (super) héros de cette histoire, m’a semblé parfois un peu excessif dans ses comportements, comme s’il n’arrivait pas à gérer ses émotions. Et même si parfois ça m’a gêné, j’ai quand même beaucoup aimé ce personnage et sa « dévotion » pour la femme qu’il aime.

J’ose avouer que le dernier tiers m’a un peu frustré car l’auteur développe un sujet vraiment intéressant qui se résout un peu trop vite. Du coup, j’avoue que j’aurais apprécié 100 pages de plus (que voulez-vous, quand on est bien dans une histoire, on n’a pas envie que ça s’arrête. :p)

Vraiment, pour moi, c’était un joli moment, que je recommande (j’ai même versé une petite larmichette à la fin 🙈).

« Je ne sais pas si le bonheur, c’est d’être assis sur un canapé dans les bras de son petit-ami, mais en tout cas, ça y ressemble. « 

Calder & Eden, mon avis sur la duologie de Mia Sheridan

Calder a grandi au sein d’une communauté religieuse au coeur des Etats-Unis. Ses membres obéissent aux ordres d’un gourou qui a banni tout progrès technique et les isole du reste du monde. Si Calder n’a pas eu la même enfance que les autres petits Américains, il est plutôt heureux de grandir là, entouré de sa famille et de ses amis. Mais le jour où Eden arrive dans la communauté, les choses vont commencer à changer pour lui. Cette petite fille doit devenir, à l’âge adulte, la compagne de leur leader et elle est la clef d’une prophétie plutôt inquiétante pour la communauté. Il est interdit à Calder, simple travailleur agricole, de fréquenter Eden qui grandit auprès des membres les plus puissants de la secte. Pourtant, il va se nouer entre eux une relation amicale qui se transforme au fil des années en un amour fusionnel et profond. Quel avenir ont-ils dans une communauté où leur passion est interdite ? Mais est-il possible d’y résister ?

Mon avis : Coucou tout le monde! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur Calder & Eden, la duologie de Mia Sheridan sortie l’année dernière. Cette auteure fait sans aucun doute partie de mes préférées. J’ai eu plusieurs coups de cœur pour certaines de ses œuvres et c’est toujours un véritable plaisir de retrouver sa plume. J’ai un peu traîné pour me procurer ces deux romans-ci, mais une fois que j’ai plongé dedans, je n’ai plus pu en sortir. J’ai tout simplement adoré. 🙂

Quelle histoire d’ailleurs! Je pense que je vais avoir un peu de mal à exprimer mon ressenti en détails… Mia Sheridan a toujours le génie de nous sortir des histoires fortes, différentes même, où la romance n’est pas le seul élément central. Dans Calder & Eden, il va surtout être question de secte, et d’une histoire d’amour interdite au sein de cette communauté. C’est une histoire haletante, frissonnante même… Un vrai page turner qui m’a fait lire très tard et puis très tôt le matin, dès mon réveil. C’est un peu le genre de livre qui vous obsède, qui vous tient en haleine et dont vous passez votre temps à avoir peur pour les personnages.

Ce qu’il y a de magique également avec la plume de l’auteure, c’est la force des scènes d’amour. Je pense qu’il n’y a qu’avec elle que je dis ça, mais les scènes les plus magnifiques de ces livres sont celles où les personnages se retrouvent (dans le tome 2, j’ai d’ailleurs pleuré comme un bébé à deux reprises). L’amour transperce chacune des pages et c’est ce qui fait que c’est le genre de lecture qu’on n’oublie pas.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai adoré ! Et c’est sans hésiter que je vous recommande cette duologie !

« Je songeai que même si la vie pouvait se montrer horrible et sidérante, terrible et tragique, elle était aussi pleine de moments d’une beauté bouleversante. »

Les couvertures VO

D’autres livres de Mia Sheridan :

Toi plus que tout
L’honneur de Preston
La promesse
Archer’s voice

Hell’s wings. 1, Shadow de Lily Hana

Abandonnée à la naissance, Lexie a eu une enfance difficile. Jusqu’au moment où, à 16 ans, elle s’est liée d’amitié avec Zaïa et a décidé de prendre son destin en main. Pour survivre, les deux jeunes femmes se sont offertes aux regards des hommes devant une webcam. Quand toutes les économies amassées grâce à son travail de strip-teaseuse sont dérobées, Lexie est contrainte de rejoindre aux États-Unis la seule personne en qui elle a confiance : son meilleur ami, membre du redoutable gang de bikers des Hell’s Riders. Elle y rencontre Shadow, un homme à l’envoûtant regard. Lexie ne le sait pas, mais il a fait partie de ses admirateurs et il rêve de posséder ce corps qui l’a tant fait fantasmer sur Internet. Mais avec ce biker à l’âme torturée, le jeu de la séduction va se révéler particulièrement dangereux… Dans le monde sans pitié des bikers, les sentiments ont-ils une place ?

Mon avis : Hello les loulous! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur un bouquin qui sort demain, le 16 janvier, chez Juno Publishing, une maison d’édition que j’affectionne particulièrement. Malheureusement, avec ce titre, ça ne l’a pas vraiment fait avec moi et je vous expliquer pourquoi! 🙂

Dans Shadow, on rencontre deux personnages plutôt écorchés vifs, ou en tout cas qui n’ont pas été épargnés par la vie. J’avoue que l’univers des bikers n’est pas celui que j’affectionne le plus (bon, à part pour la saga Black Riders de C.J. Ronnie qui doit être ma préférée du genre!) et ce pour plusieurs raisons : la considération de la femme déjà… Alors, évidemment, je sais qu’il faut se mettre dans la tête qu’on est dans un univers spécifique, mais j’arrive pas trop à m’y faire. Et puis, je vous avoue qu’avec cette histoire, j’ai eu du mal avec l’omniprésence des scènes de sexe un peu too much.

Evidemment, je pense que ce premier tome de la saga Hell’s wings pourra plaire aux fans d’univers semblables. Il regorge des ingrédients habituels selon moi. Et puis, les personnages sont sympas et j’ai apprécié leur façon d’évoluer ensemble.

Et puis, je vous avoue que malgré tout, je lirai très certainement la suite, car j’ai apprécié les autres personnages dont on parle dans ce premier tome, et malgré tout, j’ai envie de laisser sa chance à cette saga. C’est une saga qui a du potentiel, et j’espère qu’il sera plus exploité dans la suite.

« Certaines personnes disent n’avoir jamais connu l’amour, alors qu’il n’y a pas plus faux. L’amour est partout, dans un regard, un souffle, au bout des lèvres de deux amants. Mais il est aussi dans le regard d’une mère, le rire d’une amie, les larmes d’un homme ayant perdu ce qu’il a de plus cher au monde. L’amour est tout autour de nous, chaque seconde, chaque jour. »

Histoire d’@ de Laure Manel

Il est parti sans se retourner vers New-York qui lui tendait les bras. Et l’a laissée dans une incompréhension majeure. Douze ans après, il réapparaît derrière son écran, et commence alors une correspondance par mail, comme une conversation. L’occasion d’évoquer les souvenirs, et de se parler de leur vie. Mais quand le passé resurgit, comment le présent pourrait-il ne pas être ébranlé ? Un roman épistolaire moderne qui rend hommage à l’amitié, questionne l’amour, et interroge les choix de vie.

Mon avis : Hello, hello! Nouvel article aujourd’hui où je vais vous parler de mon premier coup de cœur littéraire de l’année. Et on est que le 11 janvier, autant dire que c’est du rapide ! Pour la petite histoire, sachez qu’en fait, ce nouveau roman (paru directement en poche) est en fait le tout premier roman écrit par Laure Manel, et sorti d’abord en auto-édition. Histoire d’@ est un roman épistolaire (du 21ème siècle bien sûr, ce ne sont que des mails – et parfois SMS) et il faut savoir que j’adore ça – et que j’en lis bien trop peu à mon goût.

Laure Manel a su me toucher d’une manière que je n’avais pas vu arriver. D’ailleurs, je n’ai pas pu m’empêcher de lire et pour l’anecdote, j’ai lu une grande partie de ce livre dans mon bain 😂😂, et il était glacial quand j’ai terminé cette histoire, mais honnêtement, impossible de m’arrêter aha. Histoire d’@ est totalement addictif et passionnant à lire. J’ai tellement aimé les personnages, Cyril et Mathilde, et leurs échanges. C’est sensible, et une nouvelle fois, l’auteure pose question quant à nos choix. Une thématique qui semble plaire à l’auteure et que l’on retrouve dans son précédent roman L’embarras du choix ! Comme à chaque fois, la plume de l’auteure fait mouche et a un côté addictif qui nous tient vraiment en haleine. Je n’avais qu’une envie, que les deux personnages puissent se voir, d’une manière ou d’une autre et tout s’est enchaîné à la perfection pour moi.

Bref, Laure Manel fait définitivement partie de mes auteures contemporaines préférés et je ne peux que vous encourager à lire ses romans, en commençant, pourquoi pas, par celui-ci. 😍

« Je te souhaite d’aller mieux et que ton bonheur redevienne flamboyant. Aimer, c’est aussi ça : vouloir que l’autre soit heureux, même de loin, même si ce n’est ni avec ni grâce à nous. »

Vous reconnaissez ce film culte ? aha

D’autres livres de Laure Manel :

L’embarras du choix
L’ivresse des libellules
La délicatesse du homard
La mélancolie du kangourou

Cooper Training. 3, Harry de Maloria Cassis

Après plusieurs années d’absence, Maddie est de retour à San Diego. Elle s’épanouit aussi bien dans son métier de tatoueuse qu’à travers ses nouvelles amitiés. Il ne lui manque qu’une chose pour être heureuse : une histoire d’amour durable. Pour Harry, il n’est pas question de penser à quoi que ce soit d’autre que la marque Cooper Training, qu’il cherche à faire fructifier par tous les moyens avec ses frères. Se mettre en couple est la dernière de ses priorités. Il y a six ans de cela, Harry et Maddie étaient fous amoureux l’un de l’autre. Il a pourtant suffit d’une nuit pour les éloigner… Lorsque leur chemin se croise à nouveau, les souvenirs refont surfaces. Bien que la tension entre eux soit indéniable, de l’eau a coulé sous les ponts depuis leur séparation. Parviendront ils à tourner la page pour écrire un nouveau chapitre à leur histoire d’amour ?

Mon avis : Coucou tout le monde! Aujourd’hui, 9 janvier, c’est jour de sortie chez Hugo New romance avec le troisième tome de Cooper Training de l’excellente (et adorable) Maloria Cassis. C’est un des livres que j’attendais le plus en ce début d’année, et je suis ravie d’avoir pu le lire en avant-première grâce à la maison d’édition. Il a d’ailleurs été ma première lecture de 2020, et c’est ce qui s’appelle commencer en beauté.

Après ma lecture, difficile de savoir lequel des frères Cooper est mon préféré, mais j’avoue que j’ai été très sensible au charme de Harry. 😏 (Bon aller, j’avoue, je crois que Julian reste quand même mon crush absolu de la saga). Pour tout vous dire, je pense que c’est Maddie qui a surtout fait palpiter mon petit cœur de romantique. J’ai adoré son personnage, autant dans le passé que dans le présent, on s’attache vraiment à elle….et puis on ne peut qu’être touché face à son combat pour aider les femmes ayant subi une mastectomie. Et puis, la plume de Maloria est, comme à son habitude, merveilleuse ! Un style enjoué et sensible qui donne un côté purement addictif à la lecture.

Un tout petit bémol m’empêche de mettre la mention coup de cœur au roman, et ça concerne un sujet traité dans le bouquin autour de la sexualité (j’ai pas vraiment envie de le dire, pour ne rien spoiler). J’ai trouvé la résolution en chouïa trop facile. Mais au delà de ça, j’ai adoré !

Un excellent moment. Si vous ne connaissez pas encore les frères Cooper, je ne peux que vous conseiller de les découvrir ! Pour ma part, j’ai été très triste de les quitter ! C’est vraiment pour moi une saga incontournable de chez Hugo New romance. En plus, elle est en format poche, donc plus d’excuse ! ^^

« L’espoir est un poison qui peut faire très mal. « 

D’autres livres de Maloria Cassis :

Cooper Training. 1, Julian
Cooper Training. 2, Calvin

Si seulement. 1 de Magali Inguimbert

Cela fait bien longtemps qu’Alyssa attend d’intégrer l’université de ses rêves. Depuis sa tendre enfance, elle veut devenir étudiante dans cette université de prestige, au point que Yale est devenue son surnom. Quelques jours à peine avant son départ, elle apprend que son voisin va y entrer aussi. Luke est à la fois son ami d’enfance et celui qu’elle a toujours aimé. Et même s’ils se sont un peu éloignés à l’adolescence, Alyssa est ravie de savoir qu’ils se croiseront en cours et sur le campus. Peut-être comprendra-t-elle mieux ce qui les a séparés ces dernières années et, qui sait ? Luke la regardera différemment, comme la jolie jeune femme qu’elle est devenue.

Mon avis : Hello tout le monde! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur le premier tome de Si seulement de Magali Inguimbert. Nouvelle parution d’Hugo New romance (prévue pour le 9 janvier), j’ai beaucoup apprécié ma lecture et j’ai d’ailleurs déjà hâte de lire le deuxième tome.

Dans ce roman, nous rencontrons donc Alyssa (surnommée « Yale ») à la veille de son départ pour l’université. Amoureuse de Luke, son voisin, depuis toujours, elle se réjouit de le voir intégrer la même institution qu’elle, surtout que le beau jeune homme semble tout d’un coup se souvenir de son existence. Le vrai sujet de ce roman ne vous sera pas dévoiler tout de suite, et je suis contente de l’avoir découvert par moi-même au fil de ma lecture. Si seulement est une histoire pleine d’émotions, où l’on tombe facilement sous le charme des personnages.

A partir d’un événement en particulier, je n’ai pas su m’arrêter et j’ai lu la deuxième partie du livre d’un seul coup. J’ai été touchée par la relation entre les personnages, et l’investissement des personnages secondaires. La plume de Magali Inguimbert est fluide et très sympa à lire. Et j’ai apprécié le fait que l’histoire n’aille pas là où on l’attend forcément !

Néanmoins, certains petits détails m’ont un peu embêté, vis-à-vis du comportement des personnages et il y a un côté un peu lisse qui pourra peut-être déranger. Mais chez moi, les émotions ont pris le pas sur tout, et je citerai en petite mention spéciale la lettre de Luke qui est juste parfaite. Comprendront ceux qui liront aha.

Une belle et tendre histoire qui m’aura laissé éreintée, avec le cœur à vif. Je vous le conseille !

« Il y aura un avant et un après mais la magie de ce baiser est comme une goutte d’eau, parfait, unique, et aucun autre n’aura jamais sa beauté. »

Love never dies de Delinda Dane et Ludivine Delaune

Everly Hastings, fille d’un richissime homme d’affaires et maman célibataire, n’aurait jamais cru en arriver là… Lorsque la vie ne tient qu’à un fil, l’espoir est tout ce qui lui reste. Elle ne reculera devant rien, allant même jusqu’à flirter avec l’illégalité… Puisque son unique chance de sauver son fils, c’est lui… Malcolm Blake. Deux mètres de testostérone, désagréable, grossier, cet ancien des forces spéciales ne pense qu’avec son entrejambe et… son flingue. Entre eux, c’est le choc des titans, un combat où tous les coups sont permis.

Mon avis : Hello tout le monde! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur Love never dies de Delinda Dane et Ludivine Delaune. J’ai eu l’opportunité de le lire grâce aux éditions BMR qui le réédite et qui le sortira en numérique le 8 janvier prochain. Ça fait tellement longtemps que j’entendais parler de cette histoire que je suis ravie de l’avoir découverte…même si, pour tout vous dire, j’en ressors légèrement déçue.

En fait, j’ai adoré toute la première partie, qui consiste surtout dans le voyage, quand nos protagonistes sont sur la route. J’ai aimé le piquant des dialogues et l’émotion dont est composé chaque personnage. Toute cette partie est complètement addictive et rythmée juste comme il faut.

Mais voilà, j’ai trouvé que dans un deuxième temps, l’histoire s’accélère et va bien trop vite pour que l’on puisse s’émouvoir, pour ma part en tout cas. Je n’ai pas versé une seule larme alors que vu l’histoire, j’aurais du capter davantage les émotions. Mais vraiment, ça va trop vite… Evidemment, le sujet dont traite le bouquin est fort et important, et ça fait plaisir qu’il soit abordé dans la romance!

Bref, pas un mauvais moment, c’est clair, mais une légère déception. Je lirai sans aucun doute Hope never dies, le tome compagnon de cette histoire, qui sort le 22 janvier chez BMR ! 🙂

« Aussi diamétralement différents l’un de l’autre que possible, nous respirons le même air. Elle, aussi belle que le jour, et moi, plus sombre que la nuit elle-même. »

No love, no fear – L’intégrale d’Angel Arekin

Depuis l’enfance Rine, Maël et Yano étaient amis. Quand Maël et Yano réalisent qu’ils sont tous les deux amoureux de Rine, ils font un pacte : ne jamais rien tenter avec elle. Mais ni l’un ni l’autre ne tiennent parole, et une tragédie se charge de mettre fin au trio. Des années plus tard, alors que Rine entre à la fac, elle se trouve confrontée à Yano, qui semble lui vouer une haine sans bornes. Alors qu’elle veut tout faire pour s’affranchir de leur passé, il la met au défi de parvenir à l’oublier. Il l’entraîne dans un jeu étrange pour la ramener à lui et la garder sous son emprise. Mais qui possède vraiment l’autre ?

Mon avis : Hello tout le monde! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur la saga No love, no fear que j’ai eu l’opportunité de lire grâce aux éditions BMR, dans le cadre de la sortie de l’intégrale en numérique. Ça fait un petit moment que j’avais envie de découvrir Angel Arekin et je suis ravie de dire que c’est maintenant chose faite. Surtout que j’ai ressenti un véritable coup de cœur lors de ma lecture, surtout à partir du deuxième tome. L’auteure nous livre une histoire forte et intense en émotions. Une romance pas comme les autres qui ne laisse pas indifférent.

L’histoire va surtout nous parler de 3 personnages, Yano, Rine et Maël et de l’amitié presque amoureuse qui les unissaient étant plus jeune. Le récit, complexe et bien amené, est à la fois sombre et touchant. Nous alternons entre les points de vue de Rine et de Yano, entrecoupé d’interludes sur leur passé. Plusieurs thèmes sont abordés comme la loyauté en amitié, la filiation, la confiance en soi, et j’en passe, et des meilleurs…et j’avoue que ça remet beaucoup de choses en perspective, ça m’a beaucoup questionné, tout au long de la saga…. Angel Arekin nous livre une saga puissante en tous points. C’est marrant car d’habitude, j’aime les histoires plus légères, un peu doudou mais là vraiment, j’ai été addicte à cette histoire, sans plus savoir m’arrêter.

Sachez que le quatrième tome est assez différent, mais m’a semblé arriver telle une évidence, pour faire la lumière sur certaines choses (que je ne peux vous révéler bien sûr). Pour moi, il est aussi indispensable que les trois premiers, et j’ai également ressenti un coup de coeur en le lisant. Attention, c’est pour un public plutôt averti. L’intensité est très forte, que ce soit dans la sexualité ou les rapports de force entre les personnages. Mais vraiment, waw, je suis bluffée. 😱

J’ai lu l’intégrale en service presse mais j’ai tellement aimé que j’ai investi. aha 🙂

« Il n’existe qu’un seul amour comme le nôtre dans toute une vie. On peut aimer à nouveau, mais on n’aimera jamais autant, avec cette intensité, cette passion, cette rage et cette tendresse. C’est impossible. Et je refuse d’avoir une vie sans relief, sans passion, une vie pleine de rancœur et d’amertume. »

LIRE AVEC LES PLUS PETITS… #20

Coucou ! On se retrouve aujourd’hui pour un article consacré aux plus petits. J’ai lu quelques livres jeunesse et j’avais envie de vous en parler. C’est parti ! 🙂

Ivan et Maria, à l’automne de leur vie, se désolent de n’avoir jamais eu d’enfants. Un jour d’hiver, alors que la neige était abondante, ils eurent une idée : ils allaient faire un bonhomme de neige. De leurs mains, ils façonnèrent un petit être qui soudainement s’anima. Ils l’appelèrent Snégourotchka, la fille des neiges.

La fille des neiges est un conte russe populaire. Dans ce livre, il est illustré par Aleksey Zuev. Quand j’ai eu l’occasion de sélectionner ce livre lors de la dernière Masse critique de Babelio, je n’ai pas hésité longtemps car il y a plusieurs années, j’avais lu un roman s’inspirant de ce même conte russe. Avec le temps, ma mémoire me fait un peu défaut, donc je ne me rappelle pas tout à fait des détails donc j’ai pris plaisir à redécouvrir cette histoire, à travers le vrai conte. C’est assez triste et ne convient pas pour les tout-petits mais c’est une bonne manière de faire découvrir un conte traditionnel russe à un enfant – ou à un adulte en fait. Si je l’achetais pour ma bibliothèque, je ne le conseillerai pas avant 8 ans. 🙂
Les illustrations ont un côté vintage assez sympa, ça fait du bien ce petit retour aux sources. Et puis, perso, j’aime beaucoup la couverture. C’est un joli objet livre.

Plus d’infos, ici.

Aloush est le plus jeune de sa famille. Il est très proche de son grand frère, Ramez, qui est son idole. Chaque jour en se rendant à son travail, Ramez dépose Aloush à l’école. Il l’emmène jouer au basketball, le conduit au cinéma, et lui permet même de regarder le soccer avec ses amis. Mais soudainement, Ramez n’a plus de temps pour son petit frère : il est amoureux! Aloush se sent délaissé et contrarié et essaie de se débarrasser de cette « menace » en réalisant une série de farces. Aloush réussira-t-il à récupérer son frère?

Mais quelle histoire mignonette ! J’ai beaucoup aimé. Mon grand-frère et moi est un bel album jeunesse parlant de la jalousie et de la difficulté de voir une personne de sa famille prendre son envol. C’est subtil et bien écrit, et au final c’est un sujet dont on ne parle pas beaucoup j’ai l’impression. Dans cette histoire, la différence d’âge entre les deux frères est importante et bien traitée ! Concernant l’objet livre, j’aime beaucoup les illustrations et l’agencement du texte. Bref, un bon moment. Je recommande.

Simon fête son anniversaire ! Il a invité ses amis pour le goûter et prépare un gâteau au chocolat avec sa maman pour l’occasion. Mais pendant que tout le monde s’amuse, qui surveille la cuisson du gâteau ?

Joli petit album jeunesse sur le thème de l’anniversaire. Parfait pour les petits, il y a de l’humour et les illustrations sont très jolies. J’aime beaucoup la colorisation des dessins, c’est plein de peps et dynamique ! Le petit plus, c’est la recette de gâteau à la fin du bouquin, parfait pour une cuisine à quatre mains. 🙂 Et si vous appréciez ce petit ours blanc très mignon, il existe d’autres titres ! 🙂

Point lecture – Des livres de saison !

Hello tout le monde! Nouveau point lecture aujourd’hui où je vous parle de deux livres que j’ai beaucoup aimé ! Attention, beaux mâles en vue ! 😉

Il déteste Noël, elle adore… ça démarre mal ! À Liverpool, le Barbershop Hipster Maniac est une institution. Tenu par trois amis barbus et tatoués, c’est l’endroit idéal pour écouter du bon rock, se faire tailler la barbe et boire un coup ! Sauf que pour Line, c’est aussi le début des ennuis. Pour commencer, à son arrivée dans le quartier, elle a embouti la voiture de Jordan, l’un des trois barbiers. Ensuite, elle a découvert qu’ils étaient voisins de commerce… et de palier ! Impossible donc d’échapper à cet homme au regard de braise, au corps imposant de muscles et de tatouages… et au caractère insupportable ! Il l’attire, la repousse, joue avec elle, mais le pire, c’est qu’il déteste Noël… alors que c’est la période préférée de Line ! À coups de décorations lumineuses, de baisers enflammés et de répliques cinglantes, la guerre est déclarée !

Mon avis : Première lecture avec My Hipster christmas de Mag Maury. Une lecture qui me tentait déjà l’an dernier mais que je n’avais pas pris le temps de découvrir. Mais cette année, vu qu’il est sorti en format papier, je n’ai pas résisté très longtemps. Et j’ai beaucoup aimé.

Pour le coup, on est loin de l’histoire de noël basique (que j’aime beaucoup!) mais on est plutôt dans une romance plus complexe qui a réussi à me toucher. Je me suis fortement attachée aux personnages principaux. Lui est brisé, déteste la période des fêtes et n’est absolument pas prêt à rencontrer l’amour. Et Line redémarre une nouvelle vie et est une petite boule d’énergie prête à tout déménager. Leur rencontre va donc provoquer des étincelles, et surtout, de nombreuses péripéties et émotions. Et puis, j’ai également bien apprécié la place laissée aux personnages secondaires. (Certains mériteraient même un spin-off). Toute la petite bande d’amis est très touchante et c’est un plaisir de les suivre.

Bref, My hipter christmas fut un très bon moment que je recommande.

« Plus amères sont les larmes qui ne coulent pas », dixit un ancien proverbe gaélique. Cela n’est que trop vrai. Elles imprègnent votre corps comme un poison qui ronge tout sur son passage. »

D’autres livres de Mag Maury :

No love, no limits

Le jour où tout a commencé ? Celui où je me suis embourbée dans la neige, en pleine nuit, à 600 km de Paris, après avoir été plaquée devant l’autel. La Reine des neiges, c’était moi, version robe en lambeaux et pieds gelés. C’est là que j’ai cru voir un grizzly. Un plantigrade genre Chabal, debout sur ses pattes arrière et plein de poils, qui a rugi : « Qu’est-ce que vous faites sur ma propriété ? ». Hourra ! il y avait un habitant dans ce coin perdu. J’ai avisé la propriété : en fait, c’était un vieux chalet. Mais si je ne voulais pas mourir de froid, j’avais intérêt à convaincre l’autochtone de m’héberger pour la nuit…

Mon avis : Et puis, deuxième lecture avec Laisse tomber la neige ! de Cécile Chomin. Quel chouette moment! Deuxième roman de l’auteure que je découvre et je ne suis pas déçue. Totalement de saison, on a droit ici à une jolie romance qui se déguste tel un bonbon acidulé. J’ai beaucoup aimé les personnages et leur façon d’interagir. Les dialogues ne manquent pas de piquant et c’est un vrai plaisir à lire. Et pour tout vous dire, j’ai eu un petit coup de foudre pour le personnage de Hugo. J’ai aimé sa façon de se voiler la face, tout en tombant peu à peu sous le charme de Claire. J’ai dévoré cette histoire presque d’une traite ! 🙂

Je recommande sans hésiter. 🙂 Un livre doudou parfait pour cet hiver.

« Il y a des souvenirs que l’on doit garder pour soi, comme un égoïste. On y repense les matins de chagrin et les soirs de blues et c’est ce qui nous aide à tenir . »

D’autres livres de Cécile Chomin :

7 bonnes raisons de rester célibataire (ou pas)