Arthur, un amour de milliardaire, réalisé par Jason Winer

Arthur Bach est un homme qui s’est toujours fié à deux choses : sa fortune quasi-illimitée et le bon sens terre à terre de sa nourrice de toujours pour faire face à toutes les situations. Il doit cette fois affronter son plus grand défi, choisir entre un mariage arrangé qui lui permettrait de continuer à vivre luxueusement, et un avenir incertain avec ce que l’argent ne peut pas acheter : Naomi, la seule femme qu’il ait jamais aimée. Avec l’imagination de Naomi et les quelques conseils peu orthodoxes de Hobson, Arthur prendra le plus grand risque de sa vie et apprendra enfin ce que veut dire être un homme.

vraiment_bon

Mon avis : Arthur, un amour de milliardaire est une comédie américaine drôle, portée par des bons acteurs (et pourtant pour moi, c’était pas gagné..Russell Brand quoi!). Un film mignon, et également qui peut faire réfléchir sur les choix qu’on fait dans la vie (au second degré bien évidemment). Cela peut également montrer tout ce qu’on peut faire par amour, et la fleur bleue que je suis adore ça ! Ensuite, le super gros plus du film est l’actrice Helen Mirren, brillante comme toujours.

Bon, comme toujours dans la plupart des comédies américaines actuelles, on voit des gags lourdaux… Parfois, on soupire devant certaines scènes en attendant les suivantes. J’aurais également aimé que la relation d’Arthur et Naomi soit plus profonde, et plus creusée.

En bref, une comédie à voir sans prise de tête et qui nous fait passer un bon moment.

Le truc en + : Arthur, un amour de milliardaire est le remake du film Arthur réalisé en 1981 par Steve Gordon.

Glee, saison 1 à 4

Professeur d’espagnol au sein du lycée McKinley dans l’Ohio, William Schuester décide de prendre la direction du club de chant de son établissement, laissé bien mal en point par son prédécesseur. Ravivant dans le même temps ses chants à succès de sa jeunesse et la jalousie de sa femme envers sa collègue, Will va déployer tout son enthousiasme afin de constituer un nouveau groupe, composé de plusieurs élèves qui ne manquent pas de personnalité : footballeurs, handicapés, intellos, homosexuels, pom-pom girls, etc. Tout ce petit monde va tenter de cohabiter tant bien que mal afin de ramener le Glee Club au prestigieux rang qu’il tenait bien des années auparavant. (Source : Wikipedia)

(suite…)

Le monde de Charlie, réalisé par Stephen Chbosky

Charlie a bien du mal à s’intégrer dans son nouveau lycée. A fleur de peau, il ne semble pas « raccord ». Son professeur de Lettres croit en son potentiel et voit en lui un génie. Mais Charlie continue de se replier sur lui-même… jusqu’au jour où deux camarades, Patrick et la ravissante Sam, le prennent sous leur aile.

excellent

Mon avis : Le monde de Charlie est pour moi un film novateur, bien éloigné des traditionnelles comédies dramatiques pour adolescents. Emma Watson, Logan Lerman et Ezra Miller forment un trio d’acteurs exceptionnel, avec une prestation digne des plus grands.

De plus, ce film est très poétique sous de nombreux aspects (grâce aussi à la musique je trouve). J’ai été vraiment touchée par cette histoire, par ces adolescents (et spécialement par Charlie), et également impressionnée par ce scénario très bien mis en valeur.

D’un autre côté, j’aurai aimé une fin encore plus explicite, mais la subtilité est certainement un choix du réalisateur, et je peux comprendre ce choix.

En bref, Le monde de Charlie est un film tout en poésie qui je suis sûre ne vous laissera pas indifférent.

Le truc en + : Stephen Chbosky a su qu’Emma Watson serait l’héroïne parfaite du Monde de Charlie en la voyant dans la scène où elle pleure sur les marches après le bal de Noël dans Harry Potter et la Coupe de Feu.

Les Saphirs, réalisé par Wayne Blair

Australie, 1968, trois sœurs aborigènes : Gail, Julie et Cynthia et leur cousine Kay, sont découvertes par Dave, musicien irlandais au caractère bien trempé, amateur de whisky et de soul music. Dave remanie le répertoire du groupe, rebaptisé « The Sapphires », et organise une tournée dans les zones de guerre du Vietnam du Sud. Dans le delta du Mékong où elles chantent pour les marines, les filles déchainent les foules, esquivent les balles et tombent amoureuses.

coup_de_coeur

Mon avis :  Les Saphirs est un film superbe, et qui plus est inspiré d’une histoire vraie. Dans ce film, j’ai retrouvé la plupart des ingrédients que j’adore : La musique, l’amour, le contexte très profond et qui m’a fortement touchée.

De plus, les acteurs sont très bons (J’ai trouvé très sympa de voir Chris O’Dowd dans un autre genre que dans le film Mes meilleures amies qui était un vrai flop pour moi), et surtout sont tout en émotions ! Ce film n’est pas connu du tout, et je me demande bien pourquoi ! Dans un tout autre contexte et histoire, ce film m’a fait pensé à La couleur des sentiments, et m’a tout autant touché.

J’ai constaté quelques longueurs par ci, par là, mais ce film est pour moi à voir et fait maintenant partie des films que j’adore.

En bref, un film magnifique qui m’a éblouie.

Le truc en + : Le tournage s’est déroulé du mois d’août au mois de septembre 2011 en Australie et au Vietnam, plus particulièrement à Hô-Chi-Minh-Ville, anciennement connue sous le nom de SaïgonLes Saphirs est d’ailleurs le premier film sur la guerre du Vietnam dont le tournage fut autorisé dans la ville, et cela depuis plus de 10 ans !

Now is Good, réalisé par Ol Parker

Tessa vient d’avoir seize ans et se sait condamnée. Dans quelques semaines, elle mourra d’une leucémie. Partagée entre la révolte et l’angoisse, l’injustice et les aspirations propres à son âge, Tessa décide de tout connaître de la vie avant de mourir, y compris les transgressions, la célébrité… Aidée de sa meilleure amie, de ses parents qui acceptent tout, Tessa se lance alors dans une course contre la montre, contre la mort, pour vivre !

excellent

Mon avis : Now is good est un film émouvant, qui m’a prise aux tripes, avec une Dakota Fanning au sommet de son art. J’ai également beaucoup apprécié la présence de la belle Kaya Scodelario (apperçue dans la série Skins Uk). Ce film conte une superbe histoire d’amour, pas seulement entre un jeune homme et une jeune femme, mais également l’histoire d’amour d’une famille en détresse devant la maladie d’un de ces membres.

Evidemment, ce film ne révolutionne pas le genre. Des histoires de jeunes femmes malades, on en a déjà vu plusieurs (Le temps d’un automne en pôle position) mais dans ce cas-ci, le sujet est traité diffèremment et d’une façon très adulte.

En bref, un film brillant à ne pas manquer pour les amateurs du genre, et pour les fans de Dakota Fanning, vous ne serez pas déçu.

Le truc en + : Jeremy Irvine s’est vu offrir le rôle de Peeta Mellark dans la saga Hunger Games, mais il a refusé pour tourner dans ce film.

La vie et moi de Cecelia Ahern

Un jour, en rentrant du travail, Lucy Silchester trouve une enveloppe dorée par terre sur le tapis. À l’intérieur, une invitation… pour un rendez-vous avec la Vie. Sa Vie. Une vie qu’elle a perdu de vue depuis longtemps et va rencontrer… en personne. Cette Vie en question prend les traits d’un vieil homme malheureux, reflet de l’existence chaotique et désespérée de Lucy qui déteste son travail, délaisse ses amis et fuit sa famille. Mais qu’elle le veuille ou non, Lucy Silchester a un rendez-vous qu’elle va bien devoir honorer…

bon

Mon avis : La vie et moi de Cecelia Ahern est un livre original. A chaque roman, Cecelia Ahern m’étonne, et m’emmène vers une voie que je n’imagine pas. Elle crée une nouvelle fois des personnages atypiques, tant par leur personnalité que par leurs comportements dans la vie. Sur ce point, je continue d’accrocher avec cet auteur.

Malgré cela, Lucy, personnage très hésitant, ne parvient pas toujours à me tenir en haleine, sa tête de mule parvient à m’énerver et me fait quelque peu décrocher de l’histoire. Il lui faut tellement de choses pour qu’elle ouvre les yeux que cela en devient agaçant. Du coup, la lecture s’est parfois avérée difficile. Également quelques longueurs par ci par là fait que c’est un des roman de l’auteur que j’ai le moins aimé.

En bref, un roman sentimental original mais pas assez creusé à mon goût…

« Votre vie est là, avec vous. Alors, en plus d’offrir de l’amour et de l’affection à vos époux, épouses, parents, enfants et amis qui vous entourent, n’oubliez pas d’en faire autant pour votre vie, parce qu’elle vous appartient. »

Hotel Transylvanie, réalisé par Genndy Tartakovsky

Bienvenue à l’Hôtel Transylvanie, le somptueux hôtel de Dracula, où les monstres et leurs familles peuvent enfin vivre leur vie, se détendre et faire « monstrueusement » la fête comme ils en ont envie sans être embêtés par les humains. Pour l’anniversaire de sa fille, la jeune Mavis, qui fête ses 118 printemps, Dracula invite les plus célèbres monstres du monde – Frankenstein et sa femme, la Momie, l’Homme Invisible, une famille de loups-garous, et bien d’autres encore… Tout se passe très bien, jusqu’à ce qu’un humain débarque par hasard à l’hôtel et se lie d’amitié avec Mavis…

VRAIMENT_BON

Mon avis : Hotel Transylvanie est un film d’animation coloré, plein de vie avec une histoire originale, dans un monde qui ne pourra que vous plaire ! Ce qui est bien avec les films d’animation actuels, c’est qu’ils sont accessibles autant  pour les petits que pour les grands. Sous ses airs gentils, le film parle subtilement de la différence, du rejet, et favorise la diversité (enfin, je trouve! C’est ce qu’on perçoit en tant qu’adulte).

Bien sûr, c’est un film pour enfants donc on a droit à quelques gags un peu « en dessous », quelques longueurs et surtout le manque de chansons originales. Il y aurait du y en avoir plus, comme celle chantée par Dracula à Mavis au début. Mais à côté de ça, c’est un film plein de tendresse, rempli d’humour et qui regorge de tout un tas de bons sentiments !

En bref, un bon moment familial à conseiller pour tous les âges…

Le truc en + : Dans la chambre de Mavis, on peut voir un portrait sur un mur ressemblant fortement à Selena Gomez, la voix du personnage.

1 181 182 183