My favorite half-night stand de Christina Lauren

Millie Morris, professeur, comme ses quatre meilleurs amis et collègues à l’université de Santa Barbara, est une célibataire endurcie. Après une aventure d’un soir avec Reid, l’un des membres du groupe, Millie crée un profil en utilisant son deuxième prénom  » Catherine « , une photo qui ne dévoile pas son visage, et le retrouve sur l’application en ligne. Les deux amis se lancent alors dans une relation sexuelle et romantique inattendue dans le royaume digital qui menace de détruire leur amitié dans la vie réelle. La narration alternée, en prose pour la majeure partie du roman, se conjugue avec textos, chats de groupe et messages échangés via l’application, qui s’invitent dans l’univers de Millie, Reid et ses amis, laissant entrevoir l’évolution originale et sexy de la romance et vous donnera envie de swiper !

Mon avis : Hello, hello ! Nouvelle chronique aujourd’hui avec mon avis sur le dernier roman du duo Christina Lauren, My favorite half-night stand. J’avoue que je n’ai pas été particulièrement transcendée par cette lecture.  Je n’ai pas trouvé ce roman mauvais, j’y ai même trouvé des éléments sympathiques (la bande d’amis surtout – qui m’a fait un peu penser à la série The Big Bang Theory) mais plusieurs choses m’ont empêchée de complètement adhérer à l’histoire d’amour en tant que telle…

En fait, on est là dans une histoire où le mensonge va être prépondérant. Le mensonge intentionnel, égoïste et malhonnête, et j’ai eu beaucoup de mal avec ça. Nos personnages sont amoureux, c’est indéniable, et tout le monde semble s’en rendre compte sauf eux. Et quand la bande d’amis va se lancer dans la folie des sites de rencontre, Millie, l’héroïne, va s’enfoncer peu à peu dans des mensonges, en se jouant de son meilleur ami, tout en tombant peu à peu amoureuse de lui…

Et par ce mensonge, Reid, le héros, va se retrouver à jouer sur plusieurs tableaux et ça m’a gênée, je l’avoue ! 😣 Surtout qu’il reconnaît assez vite son attrait pour sa BFF. Pourtant, c’est un personnage que j’ai beaucoup aimé, que j’ai trouvé tendre et sensible à bien des égards…mais vraiment, certaines manières de faire ne sont pas du tout passées avec moi. Et puis, pour moi, l’ensemble manque un peu de crédibilité. Ça m’a semblé un peu gros dans l’évolution des événements.

Par contre, la fin est plutôt sympa et adorable ! Mais ça n’a pas suffit à rendre cette lecture particulièrement marquante pour moi voilà tout ! J’avais nettement préféré L’anti-lune de miel, sorti l’an dernier. Une petite déception donc, sans pour autant avoir été désagréable à lire !

« Reid, l’unique raison pour laquelle j’ai réussi à m’ouvrir autant, c’était parce que je savais que c’était toi. »

La couverture VO

D’autres chroniques :

Games of books
Fifty shades darker
My Books

D’autres livres du duo d’autrices :

Love and other words
Josh & Hazel ou comment ne pas tomber amoureux
Saga Beautiful
L’anti-lune de miel

19 thoughts on “My favorite half-night stand de Christina Lauren

  1. Je crois l’avoir déjà dit sous un livre que tu as chroniqué, les histoires de mensonges dans un but pas très bienveillant, j’aime pas particulièrement – à part dans les thrillers, mais bon, pas dans les romances, quoi.

  2. J’adore les autrices alors j’ai noté de le lire mais ce que tu dis sur le mensonge me refroidit un peu, comme toi, ça pourrait clairement ne pas me plaire ce côté-là… à voir donc !

  3. Ah, dommage, mais comme toi, le mensonge m’insupporte…
    Je reste tentée mais ce ne sera pas une priorité. Si un jour, tu découvres un livre du duo du même acabit que L’anti-lune de miel, je suis preneuse. Depuis cette romance, quasiment aucune romance contemporaine n’a su autant me faire vibrer.

  4. Oh c’est dommage en général j’adore les Christina Laurens mais les points qui t’ont dérangée pourraient me déranger aussi, alors je vais attendre encore un peu et plutôt lire ses autres titres encore dans ma PAL ^^

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.