Ocean’s 8, réalisé par Gary Ross

Cinq ans, huit mois, 12 jours… et le compteur tourne toujours ! C’est le temps qu’il aura fallu à Debbie Ocean pour échafauder le plus gros braquage de sa vie. Elle sait désormais ce qu’il lui faut : recruter une équipe de choc. À commencer par son « associée » Lou Miller. Ensemble, elles engagent une petite bande d’expertes : Amita, la bijoutière, Constance, l’arnaqueuse, Tammy, la receleuse, Nine Ball, la hackeuse et Rose, la styliste de mode. Le butin convoité est une rivière de diamants d’une valeur de 150 millions de dollars. Le somptueux bijou sera autour du cou de la célèbre star Daphne Kluger qui devrait être l’objet de toutes les attentions au cours du Met Gala, l’événement de l’année. C’est donc un plan en béton armé. À condition que tout s’enchaîne sans la moindre erreur de parcours. Enfin, si les filles comptent repartir de la soirée avec les diamants sans être inquiétées…

Mon avis : Hello, hello ! Aujourd’hui, pour bien commencer la semaine, je vous parle de Ocean’s 8, sorti au cinéma tout récemment ! Bien qu’à mes yeux, le film n’est pas exceptionnel (et je vous expliquerai pourquoi), il possède tout de même des qualités qui m’ont fait apprécier mon visionnage. Sachez que je n’ai pas vu les opus précédents, et que je pourrais ne pas avoir compris certains clins d’œil.

Bon, déjà le casting est juste sublime. Pour le coup, j’ai vraiment aimé certains personnages. Cate Blanchett est badass au possible, Sarah Paulson est excellente en kleptomane invétérée, et j’ai été bien contente de retrouver Mindy Kalling, Rihanna ou encore Helena Bonham Carter. Pour moi, ce sont clairement les personnages les plus intéressants. Ensuite, concernant la réalisation, j’ai beaucoup aimé visualiser les étapes du braquage, ainsi que découvrir les révélations au fur et à mesure du film. Du coup, le réalisateur nous tient bien en haleine et on suit le tout avec plaisir. Il est clair que l’ensemble est très hollywoodien mais c’est quelque chose qui va très bien à ce genre de film.

Néanmoins, je trouve que le film manque d’écriture au niveau des personnages. Moi qui adore Sandra Bullock, je trouve que ça manque un peu d’enjeu et au final, on en sait très peu sur son personnage, si bien qu’on a du mal à vraiment s’y intéresser. Je l’ai vraiment trouvée fade comparée aux autres.  Evidemment, en traitant d’autant de personnages, le film n’a pas le temps de se pauser réellement, et c’est dommage ! Idem pour le personnage de l’ex-amant de Bullock, dont j’ai oublié le nom, tant il est transparent et inutile. Et deuxième gros point de déception, c’est les incohérences et les trucs « un peu trop gros » auquel on ne croit pas… Sincèrement, c’est à se demander si parfois ils ne foutent pas de notre gueule… Le braquage semble trop facile et l’inspecteur, joué par James Corden, ne semble pas vraiment investi dans son enquête.

Voilà, pour moi, Ocean’s 8 n’aura rien eu à proposer de particulièrement exceptionnel. Mais il fait son job, il divertit, et c’est déjà très bien ! J’espère que si les scénaristes se penchent sur une suite, que de meilleures idées jailliront. A découvrir pour vous faire une idée.

Le truc en + :  Jennifer Lawrence s’est vu offrir un rôle mais a dû le refuser en raison de conflits d’horaire.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | 2 commentaires

IZombies, saison 3

 

Liv découvre qu’il existe plus de zombies à Seattle que ce qu’elle croyait. En réalité, une société militaire privée emploie une petite armée de zombies dans le but de se préparer pour le jour où les humains apprendront leur existence. Major a été innocenté pour les crimes du Tueur du Chaos, mais il est toujours considéré comme un paria. Il réussit à trouver un travail au seul et unique endroit qui accepterait de l’engager. Pendant ce temps, Blaine est accusé de mentir.

Mon avis (risque de spoilers) : Coucou ! Aujourd’hui, je vous parle de la troisième saison de Izombie. Je n’aime pas dire ça mais il faut le reconnaître, je me lasse petit à petit de cette série, et pourtant je l’adorais au début (mes avis sur les saisons 1 et 2). Ce qui est fou, c’est que je ne trouve pas spécialement qu’elle perd en qualité, les épisodes sont plutôt bons, mais vraiment, je me désintéresse peu à peu de ce qu’il se passe ! 

Dans cette saison, une nouvelle intrigue prend place tout doucement, qui est l’invasion des Zombies dans la population humaine, mais de façon massive. Du coup, le secret a du mal à être maintenu ! Et vraiment, c’est intéressant, mais j’sais pas, dans le paysage des séries que je regarde, Izombie ne fait plus partie de mes préférées. Je trouve Liv parfois très agaçante car elle a tendance à être une vraie girouette (et je ne parle pas des moments où elle mange des cerveaux). Par contre, j’aime toujours autant Blaine, qui est le personnage le plus intéressant à mes yeux!

Pour l’anecdote, c’est assez rigolo de retrouver Jason Dohring (le fameux Logan de Veronica Mars) dans un rôle assez important. Je craque toujours autant pour le beau Major mais voilà au delà de ça, je n’y trouve plus vraiment mon compte…

Il est clair que je regarderai la suite, que je vais persévérer mais ça ne sera pas ma priorité. Si vous regardez cette série, je suis vraiment curieuse d’avoir votre avis. 🙂

Le truc en + : Izombie est une adaptation libre de la série de bandes dessinées du même nom créée par Chris Roberson et Mike Allred, et publiée chez DC Comics.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Séries TV | Un commentaire

Si on dansait de Rachel Joyce

 

À Londres, au bout d’une impasse délabrée, Frank n’est pas un disquaire comme les autres. Chez ce marchand de vinyles, une belle équipe de joyeux marginaux se serre les coudes, tous un peu abîmés par la vie.  Surtout, Frank a un don. Il lui suffit d’un regard pour savoir quelle musique apaisera les tourments de son client. Quitte à préconiser du Aretha Franklin à un obsessionnel de Chopin…
C’est ainsi que Frank fait la rencontre de Lisa, une mystérieuse femme au manteau vert. Après s’être évanouie devant sa boutique, elle le supplie de l’aider à comprendre la musique. Lors de leurs rendez-vous, Frank replonge dans sa propre enfance, revoyant sa mère, l’excentrique Peg, lui passer des vinyles sur sa vieille platine. Lui qui ne croit plus en l’amour depuis longtemps sent son cœur vibrer à nouveau. Et puis, un jour, Frank découvre le secret de Lisa. Le monde s’écroule, il disparaît.
C’est sans compter, pourtant, sur l’extraordinaire solidarité qui règne sur Unity Street. Car après le chaos, il n’est jamais trop tard pour faire renaître l’espoir et réapprendre à danser…

 

Mon avis :  Hello, hello! Je reviens aujourd’hui avec ma chronique à propos d’un livre que j’ai tout simplement adoré. Ce bouquin, c’est Si on dansait, écrit par la brillante Rachel Joyce. En 2015, j’avais lu la duologie qui l’a fait connaître au grand public (La Lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi et La lettre de Queenie) et j’ai été ravie de retrouver sa plume ! Parce que s’il y a bien une chose que j’adore chez cette auteure, c’est son écriture, si facile et si agréable à lire!

L’histoire de ce livre est tellement belle, j’ai adoré la petite bande d’amis travaillant à la boutique de vinyles.  J’ai également particulièrement aimé les passages dans le passé où Peg transmet sa passion de la musique à son fils. On a envie d’écouter chaque morceau, et de s’intéresser à tous les artistes dont l’auteure nous fait part, et c’est vraiment génial. Si on dansait est une vraie ode à la musique. Comme dans les deux précédents romans de l’auteure, je trouve que les personnages sont très bien écrit, et on sent la profondeur de chacun. De plus, ils permettent d’installer une vraie ambiance bon enfant durant tout le roman, et j’ai été très touchée par les liens se tissant au fur et à mesure, il y a une réelle solidarité qui ressort de ce livre.

Par ailleurs, si vous lisez le résumé, vous vous rendez vite compte qu’un personnage cache quelque chose et j’ai trouvé qu’il fallait bien longtemps avant que ça ne soit révélé et j’ai eu une toute petite pointe de déception quant au contenu de ce secret (je pense que c’est ce qui m’empêche de mettre le coup de cœur à ma lecture). Hormis ça, Si on dansait est un superbe roman, sensible et fort autour de la musique. L’objet livre est également très beau (bravo XO éditions!), c’est un bel objet à avoir dans sa bibliothèque.

Bref, vous avez compris ! A découvrir ! 🙂

« Le jazz, c’est une histoire d’espace entre les notes. C’est ce qui se passe quand vous écoutez vos silences et vos fêlures. Car c’est là que les choses arrivent, quand vous avez le courage de sauter sans filet de sécurité… »

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | 3 commentaires

Mes shootings préférés du mois de juin!

 

Hello tout le monde ! Nouvel article aujourd’hui et je vous retrouve pour mes shootings photo préférés du mois. Let’s go !

Anne Hathaway – Glamour Magazine – Juin 2018

Michael B. Jordan – Essence Magazine – Juin 2018

Elle Fanning – Vanity Fair – Juin 2018

Rihanna – Vogue Magazine – Juin 2018

Sarah Paulson – Bustle – Juin 2018

Sandra Bullock – Instyle US – Juin 2018

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Personnalités | Un commentaire

Lire avec les plus petits… #11

 

Coucou ! 🙂 On se retrouve aujourd’hui pour un article consacré aux plus petits. Ces derniers temps, j’ai découvert quelques livres et j’avais envie de vous en parler. C’est parti !

Je commence cette petite sélection avec un petit album jeunesse ADORABLE. Si petit est publié aux éditions HongFei Cultures, maison d’éditions que j’admire beaucoup car les parutions sont toujours un peu différentes, et ça fait du bien dans le paysage de l’édition jeunesse. Florian Pigé est ici auteur/illustrateur et parle avec beaucoup de délicatesse du tout petit. Le texte est court mais vraiment poétique. Concernant les illustrations, elles sont magnifiques (j’avais déjà aimé son coup de crayon dans Le secret du loup). Il utilise ici une technique qui semble proche des tamponnage, et je trouve ça magnifique.

« Un petit, grimpé sur un rocher, fait face à un vide immense. Il n’a pas l’air inquiet. Il n’est pas seul. Un grand apparaît et lui parle. Le petit n’a peur ni de l’aventure ni de l’inconnu, explore les recoins de son univers, fait des bêtises, et parfois a besoin d’un peu d’aide. Aujourd’hui, il est tout petit, mais demain, il ira loin. »


J’enchaîne avec un album aux illustrations juste magnifiques. Sincèrement, si au hasard d’une librairie, vous avez l’occasion d’ouvrir Petite baleine, vous comprendrez pourquoi j’ai autant été subjuguée. C’est un beau grand album, publié chez Kaléidoscope et écrit pour l’auteure anglaise Jo Weaver. Pour le coup, et pour la compréhension du texte, l’album est plus accessible pour les enfants un petit peu plus grand que pour l’album précédent. C’est un magnifique objet livre à offrir je trouve, spécialement pour un fan de l’univers marin. Les illustrations sont toutes dans les tons bleus foncés, ce qui ajoute une belle unité à l’ensemble. Vraiment, pour moi, c’est un coup de cœur !

« Petite Baleine est née dans les mers du Sud. L’heure est venue pour sa maman de l’emmener dans les eaux poissonneuses du Nord rejoindre leur famille. Le voyage est long et éprouvant mais maman Baleine veille et Petite Baleine est particulièrement courageuse… »


Et je termine avec un album que je connais par cœur car je le lis à une classe d’enfant régulièrement lors d’animations à la bibliothèque où je travaille. En ce moment, nous recevons une exposition sur l’auteure/illustratrice Anne Brouillard et je suis tombée amoureuse de son travail. J’ai décidé de vous parler des aventuriers du soir, mais j’aurais pu vous en présenter bien d’autres. Celui-ci possède des illustrations juste magnifiques et le texte qui les accompagne est tout mignon ! Je crois que c’est le genre d’histoire qui parle à tous les enfants. Il y a un soucis du détail vraiment incroyable, je vous conseille fortement de découvrir le travail de cet artiste, c’est sublime !

« Dans la forêt sauvage, Gaspard, son lapin et la chatte Mimi ont construit une cabane. Ils partent à la pêche pour le dîner, avant d’aller découvrir le monde… » 

Et vous, un coup de cœur à me partager ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Le coin des petits | 8 commentaires

Escobar, réalisé par Fernando León de Aranoa

Impitoyable et cruel chef du cartel de Medellin, Pablo Escobar est le criminel le plus riche de l’Histoire avec une fortune de plus de 30 milliards de dollars. « L’empereur de la cocaïne » met la Colombie à feu et à sang dans les années 80 en introduisant un niveau de violence sans précédent dans le commerce de la drogue. Fascinée par son charisme et son pouvoir, la très célèbre journaliste Virginia Vallejo, va s’apercevoir qu’on ne s’approche pas de l’homme le plus dangereux du monde impunément…

Mon avis : Coucou les loulous ! Je reviens aujourd’hui avec ma chronique sur Escobar, que j’ai vu au cinéma hier. Comme vous le savez peut-être, j’adore les biopics et ne regardant pas la série TV Narcos, c’est tout un pan de l’histoire que j’ai appris à mieux connaître grâce à ce film. Et sincèrement, j’ai beaucoup aimé.

L’histoire est racontée du point de vue de Virginia Vallejo (P. Cruz) et est en fait l’adaptation de son livre Amando a Pablo, odiando a Escobar. Cette journaliste a été la maîtresse du baron de la drogue pendant des années. Elle narre donc l’entièreté du récit, et j’ai trouvé l’ensemble assez passionnant. Evidemment, la qualité du casting n’y est pas pour rien, bien au contraire. Javier Bardem est méconnaissable et incarne complètement le personnage (j’ai regardé un documentaire suite au film, et vraiment, c’est impressionnant de voir ensuite le talent de Javier Bardem, qui est totalement dans le rôle). Penelope Cruz, comme d’habitude, est merveilleuse et divine dans son rôle. Dans les plus connus, on retrouve aussi Peter Sarsgaard, mais plus discret dans son personnage.

J’ai également beaucoup aimé la réalisation. Dans les biopics, le problème, c’est souvent les longueurs. Et pour le coup, et ce, malgré les 2 heures de film, on ne s’ennuie pas. Je me suis vraiment passionnée tout le long. Le film respecte une chronologie plutôt classique mais ça ne m’a pas gêné, au contraire.

Par ailleurs, on m’a souvent dit qu’Escobar était plutôt charismatique dans son « règne » mais je trouve que dans le film, ça ne se sent pas vraiment. J’ai trouvé qu’à quelques moments, ça manquait d’intensité pour réellement comprendre le magnétisme qu’il provoquait partout où il passait.

Voilà, pour moi Escobar tire son épingle du jeu, de par le point de vue qu’il prend. A côté de ça, le biopic reste classique mais vraiment très agréable à regarder si comme moi, vous souhaitez combler quelques lacunes historiques ! C’est également un bon film qui mérite d’être vu, selon moi. 🙂

Le truc en + : Escobar marque la 6e collaboration entre le couple Pénélope Cruz et Javier Bardem, qui se sont donnés la réplique pour la première fois en 1992 dans Jambon, Jambon de Bigas Luna. Ils se sont ensuite retrouvés dans En chair et en os de Pedro Almodovar, Vicky Christina Barcelona de Woody Allen, Cartel de Ridley Scott et Everybody knows d’Asghar Farhadi.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | 6 commentaires

Pas facile d’être une fille facile d’Anna Premoli

Jordan débarque à New York avec un plan bien précis : trouver un mari. Pas le genre craquant mais pauvre comme Job. Un mari qui lui assurera sécurité et sérénité. Décidée à épouser un médecin – chef de service, évidemment –, elle dégote un petit boulot de serveuse pile en face d’un hôpital. Mais le matin de sa première journée de travail, elle s’évanouit… et reprend connaissance dans les bras d’un jeune médecin très beau mais surtout très endetté…

Mon avis : Hello, hello ! On se retrouve aujourd’hui pour parler bouquin avec une lecture que j’ai trouvé super rafraichissante et qui m’a fait beaucoup de bien.  Pour la petite info, c’est la première publication que je lis du nouveau label LJ des éditions J’ai lu, entièrement consacré aux comédies romantiques ! Et en tant que fan du genre, je suis plus que ravie. Pour cette première lecture, j’ai choisi le titre Pas facile d’être une fille facile d’Anna Premoli, auteure italienne que je ne connaissais pas du tout.

Si je devais résumer ce bouquin d’un seul mot, je dirais pétillant. Ce roman est rempli d’humour, si bien qu’on s’y sent vraiment bien. On est clairement dans un livre chick-lit où l’héroïne va apprendre que la vie ne nous mène pas toujours là où on l’attend. Le duo Jordan/Rory fonctionne très bien et j’ai vraiment été attendrie lors de plusieurs scènes.

L’écriture de l’auteure est fluide, facile à lire, sans prise de tête. C’est un livre parfait à emmener en vacances et que je conseillerai également quand on est en baisse de moral. Vraiment un bon roman à découvrir.

« Accepter ses limites n’est pas un défaut. L’essentiel est de se connaitre et de savoir ce qui nous rend heureux. »

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | Laisser un commentaire

This is us, saison 1 ou mon coup de ❤ de fouuuu !

Il y a en moyenne à travers le monde 18 millions d’êtres humains qui partagent le même jour d’anniversaire. Mais il existe une famille, répartie entre New York et Los Angeles, dont quatre des membres sont nés le même jour.

Mon avis : Hello tout le monde! Je vous retrouve aujourd’hui, certainement avec au moins avec 2 ans de retard…aha ! C’est bien après tout le monde que j’ai enfin mis le nez dans This is Us…et mon dieu, la claque que je me suis prise. J’ai l’impression que cette série révolutionne quelque chose, même si je n’arrive pas tout à fait à définir quoi. Je la trouve tellement spéciale, tellement belle que j’en suis tombée amoureuse.

Je n’ai pas envie d’en dire trop concernant le scénario car pour ma part, j’ai été assez surprise de la chronologie des événements, et de l’originalité dont elle fait preuve. Mon coup de cœur va surtout à l’écriture de chaque personnage. Je les trouve tous géniaux et je me suis vraiment très fort attachée à eux. Ma préférence, comme beaucoup je pense, va à Jack (Milo Ventimiglia) qui est le personnage le plus fort et le plus attachant, mais tous les autres sont excellents aussi. La série est remplie de moments magiques et émouvants. Sincèrement, si vous vous mettez à cette série, sortez vos kleenex, les émotions sont au rendez-vous à tous les épisodes.

Visuellement, c’est magnifique également, surtout les moments entre Jack et Rebecca. Vraiment, This is Us est une série qu’on dévore sans s’arrêter. Je regrette d’ailleurs de ne pas m’y être mise plus tôt. Par ailleurs, je n’ai pas encore enchaîné avec la deuxième saison car j’ai envie de faire durer le plaisir le plus longtemps possible. Mais sincèrement, This is Us est LA série à ne pas louper, je pense que vous ne serez pas déçus.

Le truc en + : Alors qu’elle interprète la mère, Mandy Moore est la plus jeune de tout le casting.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Séries TV | 4 commentaires

Le scarabée bleu d’Emmanuelle Jappert

Anicha vit dans une oasis reculée du Maroc. Elle passe le plus clair de son temps à dévorer des livres. Seulement, en se coupant ainsi des autres et du monde, elle oublie les joies simples de l’existence. Jusqu’au jour où elle rencontre un scarabée bleu, posé sur une pivoine. L’insecte devine en elle un potentiel hors du commun… Il va alors l’entraîner dans une quête initiatique à travers Marrakech, puis Tanger, avant d’arriver en Égypte. Après bien des épreuves, Anicha va y découvrir son destin !

Mon avis : Coucou à tous ! Aujourd’hui, on parle littérature avec une de mes dernières lectures, aux éditions Eyrolles. Le scarabée bleu d’Emmanuelle Jappert est un roman rempli de métaphores philosophiques et qui fait appel à des réflexions profondes. J’ai beaucoup aimé ce mélange clairement installé depuis le début. On est plongé dans une espèce de conte où le voyage initiatique en est le point de départ. A travers mes différentes lecture, ce livre est sort du lot pour son côté atypique. J’avoue qu’il faut parfois laisser tomber certaines barrières pour entrer pleinement dans le roman. Et ce n’est qu’à partir de ce moment-là qu’on peut profiter pleinement de l’histoire d’Anicha.

Par ce roman, Emmanuelle Jappert touche à plein de thématiques telles que le passage à l’âge adulte, la relation avec ses parents, l’ouverture au monde et la vie en général. J’ai vraiment aimé les différentes leçons de morale qu’on retrouve dans le bouquin (mais il n’est jamais moralisateur, et c’est tant mieux!). D’ailleurs, l’écriture de l’auteure est facile à lire et c’est à mentionner quand on est dans ce genre de bouquin !

Et je terminerai avec un petit clin d’oeil pour la couverture qui est juste sublime. Un superbe objet livre à avoir sur ses étagères. Je vous le conseille si vous êtes friands de ce genre de livre pas comme les autres. J’ai beaucoup lu qu’on le comparait au Petit Prince, et je suis plutôt d’accord ! A découvrir. 🙂

« Regarde cette pivoine. C’est toi, en fait. Elle représente ce que tu es. Je te l’ai apportée pour qu’elle te guide. Prends soin d’elle comme de toi-même. Si elle perd de son éclat, tu sauras que tu fais fausse route. Si tu as confiance en toi et en la vie, elle resplendira. Si tu la perds, tu t’égareras… »

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | 2 commentaires

Jurassic World: Fallen Kingdom, réalisé par Juan Antonio Bayona

Cela fait maintenant quatre ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème et complexe de luxe Jurassic World. Isla Nublar a été abandonnée par les humains alors que les dinosaures survivants sont livrés à eux-mêmes dans la jungle. Lorsque le volcan inactif de l’île commence à rugir, Owen et Claire s’organisent pour sauver les dinosaures restants de l’extinction. Owen se fait un devoir de retrouver Blue, son principal raptor qui a disparu dans la nature, alors que Claire, qui a maintenant un véritable respect pour ces créatures, s’en fait une mission. Arrivant sur l’île instable alors que la lave commence à pleuvoir, leur expédition découvre une conspiration qui pourrait ramener toute notre planète à un ordre périlleux jamais vu depuis la préhistoire.

Mon avis (risque de petits spoilers) : Hello, hello ! On se retrouve aujourd’hui pour parler du deuxième opus de Jurassic World, que j’ai vu au cinéma hier lors d’un marathon des deux films. J’avoue que j’ai vraiment apprécié redécouvrir le premier que je n’avais plus vu depuis sa sortie en 2015. Et je peux vous le dire, c’est vraiment utile de le revoir avant d’aller voir le deuxième.

J’avoue que j’ai légèrement moins apprécié ce second opus. On sent le changement de réalisateur et j’ai trouvé quelques points qui m’ont dérangé. Déjà, j’ai été triste de ne vivre que si peu de moments sur l’île. Je lie l’univers de Jurassic Park à du dépaysement total et pour le coup, être enfermé les 3/4 du film dans un manoir m’a un peu gêné. J’ai également trouvé certains éléments bien trop tiré par les cheveux…(comme l’histoire tournée autour de Maisy…sérieux, y’a que moi qui ai tiqué par rapport à ça?). Et enfin, je n’ai pas du tout aimé le méchant, qui encore une fois, a pour seul enjeu le fait de vouloir faire du pognon. Alors, c’est mignon, mais franchement ça manque un peu d’épaisseur…LOL De plus, j’ai déjà lu plusieurs critiques qui reprennent toutes les faiblesses du scénario, est c’est assez impressionnant.

Au delà de ça, il y a plus d’humour dans ce deuxième film et vraiment, on reconnait la touche Chris Pratt, et moi j’adore. Son personnage est génial et j’aime le duo qu’il forme avec Bryce Dallas Howard ! Dans cet opus, on découvre 2 chouettes nouvelles têtes jouées par Justice Smith (qui m’a fait mourir de rire à plusieurs reprises) et Daniella Pineda. Les scènes d’action sont impressionnantes et la qualité d’image m’impressionne toujours autant ! C’est un excellent divertissement qui fait son job, nous tenir en haleine pendant plus de 2h! Croyez-moi, le film a été diffusé de 23h à 1h du matin, et à aucun moment, je n’ai eu envie de m’endormir. J’ai trouvé le suspens mieux mené dans cet opus, il y a un sentiment d’angoisse qui s’installe rapidement, et c’est vraiment bien fait !

Voilà, pour moi, il faut y aller sans avoir d’attentes extravagantes. Jurassic World : Fallen Kingdom est un bon divertissement de cinéma, rudement bien filmé, que je vous conseille ! Mais il ne restera pas gravé dans l’Histoire, voilà tout ! ^^

Le truc en + : Le tournage de Jurassic World: Fallen Kingdom a commencé le 23 février 2017 et s’est achevé le 10 juillet de la même année. Parmi les lieux où l’équipe de Juan Antonio Bayona a posé ses caméras, il y avait principalement des endroits situés dans la banlieue de Londres comme les célèbres studios Pinewood, le Langley Business Centre de Slough ou encore le comté du Berkshire. Plusieurs séquences ont également été réalisées dans le National Park de Brecon Beacons au pays de Galle ainsi que sur l’île d’Hawaï comportant de magnifiques plages et forêts.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | 6 commentaires