A l’attaque de nos PAL #4

Hello, hello ! On se retrouve aujourd’hui pour le rendez-vous du A l’attaque de nos PAL, en partenariat avec ma copinaute Sphinxou.

Rappel des règles du challenge : Nous choisissons tous les mois 3 livres dans la PAL de l’autre et le but est d’en sélectionner un, de le lire et de le chroniquer.

Le choix de Sphinxou pour Mai :

Jean et Clara devraient bientôt se séparer :
elle regagnerait Versailles, il retournerait dans la clandestinité.
– Pourquoi êtes-vous allé à l’école ? demanda-t-elle.
– Je voulais apprendre.
– Et qu’avez-vous appris ?
– L’alphabet, l’écriture, l’arithmétique… comme tout écolier, je suppose.
– Vous comptiez en faire quoi ?
Il haussa les épaules.
– Je ne sais pas au juste. Ceux qui gouvernent savent,
alors je pensais que c’était bien de savoir.
Que ça améliorerait ma vie.

Et si le passé avait été différent, quel serait notre présent ?
Un monde scindé en deux.
Les riches détenant le savoir, les pauvres condamnés à l’ignorance.
Il y a ceux qui acceptent, s’oublient dans le silence.
Mais il y a ceux qui se battent pour qu’une société plus juste émerge enfin.

Mon avis: Ce genre de rendez-vous est juste parfait pour sortir de ma zone de confort, et pour déterrer des livres qui sont dans ma PAL depuis bien longtemps. Je suis ravie d’avoir découvert ce bouquin car c’est pour moi une réelle belle découverte. Pierre Bordage est un excellent écrivain, autant accessible pour les ados que pour les adultes. Ce n’est pas un roman que je qualifierai d’addictif car j’ai du prendre le temps de le lire (on  constate quelques longueurs dans le premier quart), mais il est passionnant et surtout super intéressant.

L’auteur nous plonge donc dans une uchronie (récit d’événements fictifs à partir d’un point de départ historique) où le progrès sous toutes ses formes est censuré, spécialement pour les classes de la population les plus pauvres. L’éducation est réservée aux riches et les pauvres sont appelés les  « cous noirs », ils ne sont pas instruits et la culture et le savoir n’est pas pour eux. On suit deux personnages, Jean et Clara, que j’ai beaucoup aimé (et j’ai eu une préférence pour Jean!), l’un pauvre, l’autre riche. Jean n’ayant pas accès au savoir, il apprend clandestinement, pour sortir de sa condition et pour combattre le système en place. Le roman est donc rempli de rebondissements, et tout s’enchaine au fur et à mesure qu’on dévore les pages.

Évidemment, Pierre Bordage insiste continuellement sur l’importance du savoir dans notre société. On se rend compte de la chance qu’on a d’aller à l’école librement, et de choisir en métier. Vraiment, c’est un roman qui fait réfléchir, et qui remet beaucoup de choses en perspective!

Dans un certain côté, le livre m’a légèrement rappelé Entre chiens et loups de Malorie Blackman. Je pense que si vous l’avez aimé, vous pourriez aimer ce récit de Pierre Bordage. A découvrir ! 🙂

« Nous pensons, et vous aussi sans aucun doute, qu’un royaume digne de ce nom, une nation moderne, ne se construit pas en laissant l’écrasante majorité de sa population dans l’ignorance. »

Envie de l’acheter ?

Découvrez le livre sélectionné par Sphinxou (à venir). 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Rendez-vous | Un commentaire

Riverdale, saison 2

Tandis que Fred est entre la vie et la mort, les amis entourent Archie, bouleversé. Jughead et Betty enquêtent pour trouver ce qui a pu motiver le tireur…

Mon avis : Hello, hello ! On se retrouve aujourd’hui pour parler de la saison 2 de Riverdale, qui s’est terminée tout récemment… Plutôt mi-figue mi-raisin concernant ces 22 épisodes… Je lui accorde tout de même une bonne note même si au moment où j’écris ces lignes, je suis encore indécise. Disons que la série a toujours des qualités: il y a de l’action, les personnages sont plutôt attachants et vraiment, l’intrigue est prenante. Du coup, malgré tout, j’ai enchaîné les épisodes (avec une petite pause quand même) et j’ai suivi la série assidument. Mais malheureusement, plusieurs points viennent entacher la qualité que la série avait dans la saison 1.

Déjà, la série se prend, à mon goût, beaucoup trop au sérieux. Ce qui engendre un manque de réalisme flagrant dans plein de moments différents. En fait, ça ne colle plus du tout à la réalité, et ça m’a fortement dérangé (sérieux, enquêter sur des meurtres semblent tellement facile. On dirait qu’ils n’ont JAMAIS peur….hé ho, les gars, vous êtes des ados hein!). Ensuite, certains personnages sont à baffer, mais alors vraiment. Arrivée au 3/4 de la saison, je ne pouvais plus encadrer Betty et c’est malheureux car au fond, c’est un personnage que j’adore. Ensuite, l’intrigue autour des Serpents prend beaucoup trop de place et j’ai eu un profond désintérêt à de multiples reprises. Bon, et sérieux, l’épisode musical, il y a besoin d’en parler ? Je m’excuse mais non, là c’était pas possible !

L’ensemble ressemble à un plat pas trop mauvais mais qu’on aurait mal digéré. Je ne suis pas du tout dans l’attente de la prochaine saison (mais que voulez-vous, je suis un mouton, il est clair que je regarderai) et je reste un peu déçue… Heureusement, je suis fan de Junghead et FP, et ils sauvent cette saison, sans aucun doute !

Bref, une chronique mitigée pour une série au potentiel énorme. J’ai hâte d’avoir vos avis si vous l’avez suivie, au même rythme que moi. 🙂

Le truc en + :  Théâtre des aventures d’Archie Andrews et toute sa bande depuis 1941, Riverdale est une ville fictive. Depuis le lancement de la série de comics qui inspire la série, une foule de détails a été donnée sur cette commune. Problème : ces indications sont souvent contradictoires. A tel point que les observateurs pourraient parfois situer la ville dans le Midwest, sur la côte est américaine, mais aussi au Canada, en Angleterre… si ce n’est au Mexique.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Séries TV | Un commentaire

2 romances made in Alfreda Enwy

Hello, hello ! Aujourd’hui, je reviens avec les deux dernières romances d’Alfreda Enwy que je n’avais pas encore lu. J’aime tellement cette auteure, sa plume et ses histoires! Une valeur sûre dans la romance, c’est certain ! 🙂

Johanna se l’était pourtant juré : plus jamais elle ne se laisserait approcher, et encore moins séduire, par un garçon. Si elle a accepté d’aller parler à Ryan, c’est uniquement pour rendre service à Poppy, sa meilleure amie. Elle était loin de penser que ces yeux bleus posés sur elle la troubleraient autant et lui feraient perdre tous ses moyens. Loin de penser aussi que ces sensations lui avaient manqué… Mais elle doit se reprendre, Ryan est tout sauf un homme pour elle, et il ne mérite certainement pas qu’elle renonce à sa nouvelle règle. Star de l’équipe de basket à l’ego surdimensionné et incorrigible dragueur, pour lui, l’amour n’est qu’une partie de plus. Non, vraiment, Johanna ne reviendra pas sur sa décision : elle n’a plus envie de jouer…

Mon avis : Love Play est le roman compagnon de Love Deal que j’ai lu récemment et que j’ai beaucoup aimé ! Hé bien, sachez que j’ai encore plus aimé celui-ci tant j’ai adoré les personnages. J’aime le côté piquant de la relation entre Ryan et Johanna. En même temps, c’est drôle, et puis en même temps, c’est un concentré intense d’émotions. Les personnages principaux du roman précédent sont bien présent et prennent de la place dans le roman, et j’ai beaucoup aimé également.

L’histoire d’amour est belle, intense et Alfreda Enwy traite de sujets qui m’ont beaucoup touchée, telle que la trahison dans la famille, l’homoparentalité et le pardon. Du coup, sincèrement, ça met de la dimension au roman, et une réelle profondeur. Et j’avoue que la fin m’a particulièrement bouleversée.

Vraiment une duologie géniale que je vous conseille fortement ! Un régal. 🙂

« Est-ce qu’on mérite vraiment l’amour de quelqu’un ? C’est n’importe quoi. On aime et parfois on est aimé en retour, voilà tout. »

Professeur d’art à l’université, Conrad enchaîne les aventures sans lendemain. À 32 ans, il est en pleine remise en question : il aimerait trouver sa muse, celle qui rallumera chez lui la flamme créatrice, celle auprès de laquelle il se réveillera chaque matin. Quand il rencontre Samantha, il tombe instantanément sous son charme. Cette femme le subjugue, le fascine, et il devine qu’il lui plaît ; pourquoi s’obstine-t-elle alors à le repousser ? Depuis ce diagnostic qui a bouleversé sa vie, Samantha n’est plus la même. Si sa maladie l’a forcée à reprendre sa vie en main et à revoir ses priorités, ses cicatrices lui rappellent sans cesse la trahison de son propre corps ; un corps qui est devenu un étranger. Et si elle-même ne parvient pas à s’accepter, comment un homme pourrait-il l’aimer ?

Mon avis : Et j’enchaîne avec Breaking My Heart qui est un one-shot très beau également. Celui-ci est plus fin dans le sens où il touche le sujet de la maladie. Bien que légèrement plus prévisible dans son déroulement, j’ai été profondément touchée par le personnage de Samantha. Elle est dans une reconstruction, une acceptation d’elle-même, et on sent les difficultés qu’elle rencontre.

La romance est intense et le personnage de Conrad est à tomber. J’ai beaucoup aimé sa détermination par rapport à Samantha, le fait qu’il s’accroche à elle et la respecte au niveau de ses décisions. Comme toujours avec Alfreda Enwy, c’est un roman qu’on dévore rapidement. Vraiment une belle histoire. A lire selon moi. 🙂

« Elle était étrange, mais il devait admettre qu’il adorait ce petit grain de folie. Elle n’était pas simplement jolie, elle était vivante et rayonnante. »

Envie de l’acheter ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | Un commentaire

Forever my girl, réalisé par Bethany Ashton Wolf

Après avoir quitté sa ville natale depuis 8 ans une star de la country revient et retrouve son amour de jeunesse…

Mon avis : Hello, hello ! On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un film romantique que j’ai adoré ! Il est passé totalement inaperçu et je l’ai découvert par hasard. Forever My Girl est une petite romance adorable mettant en scène le trop beau Alex Roe (souvenez-vous, c’était le beau Evan dans La cinquième vague) dans une histoire d’amour sur fond de musique country. Alors BIEN SÛR, c’est pour les amateurs du genre, parce que sinon, il est clair que ça va vous donner envie de vous marrer…car OUI, c’est cliché, OUI c’est super romantique mais bon, moi j’adore ! C’est un petit bonbon acidulé qui m’a enfermée dans mon monde de bisounours, et bon sang, ça fait du bien.

Dans les histoires d’amour, j’aime quand les protagonistes ont déjà eu une histoire, et que le passé les poursuit encore. J’aime également quand on met des enfants en scène et la petite Billy est juste adorable. Forever My Girl réunit donc tous ces ingrédients, tout en restant tout gentillet ! On a le bonheur de voir Alex Roe chanter et j’écoute désormais la BO en boucle dans ma voiture! Pas grand chose d’autre à dire si ce n’est que la réalisation est certes bien trop classique, mais efficace dans l’ensemble.

Une chose est sûre, je conseille ce film à tous les amoureux de l’amour (dieuuu sait que c’est cliché mais bon, on se refait pas hein!). Un joli film sans prétention que j’ai adoré 🙂 !

Le truc en + : Forever my girl est l’adaptation du roman éponyme de Heidi McLaughlin.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | Un commentaire

The Mindy Project, saison 6

Alors que Mindy s’adapte à la vie conjugale avec Ben, Jeremy tente de prendre les choses au niveau suivant avec Anna, et Tamra prend une décision qui change sa vie…

Mon avis (spoilers) : Coucou tout le monde! Aujourd’hui, je vous parle de la sixième et dernière saison de The Mindy Project… C’est toujours difficile pour moi de clôturer une série définitivement, de dire au-revoir à des personnages que j’ai tant aimé. Mes avis sur chacune des saisons sont d’ailleurs disponible sur ce blog, c’est dire comment la série m’aura suivi ces dernières années.

Pour le coup, cette fin est en demi-teinte car légèrement bâclée à mon goût (mais j’avoue qu’il est rare qu’une fin de série me convienne complètement). Mindy Kaling a tout de même eu la bonne idée de terminer les histoires en court et de donner un aperçu de la vie de chacun, et c’est tant mieux. Pour Mindy, on a droit aux retrouvailles avec Danny et c’est tant mieux, car il n’aurait pas pu en être autrement. Disons que ça arrive quelque peu comme un cheveu sur la soupe. Mais je pense qu’elle a fait plaisir aux fans, et c’est le principal.

La saison fait 10 épisodes et c’est vrai que c’est assez peu au final. On sent qu’on n’a pas pris le temps de développer de nouvelles intrigues (bon, il y en a quand même, mais rien de fou-fou) mais c’est tristement que j’ai terminé la série.

Bref, voilà donc maintenant une série finie que je continuerai de conseiller, car c’est une vraie bonne sitcom ! 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Séries TV | Laisser un commentaire

Album coup de cœur #7 – Elephanz

Hello tout le monde! Je vous retrouve aujourd’hui pour parler musique avec un album trop peu connu à mon goût. Je vous parle donc du deuxième album d’Elephanz qui porte le même nom que le groupe ! Un petit bijou d’électro-pop à découvrir. 🙂

Elephanz est un groupe français de pop rock formé en janvier 2008 par les frères Jonathan et Maxime Verleysen originaires de Nantes en France.

Je vous partage mes 5 morceaux préférés :

Je commence avec le single Maryland qui est certainement ma préférée. La version radio est un duo avec la chanteuse Eugénie. Mais j’avoue que j’aime beaucoup également la version uniquement chanté par Elephanz.

Blowing like a storm reste en tête et est dansante,  j’adore ! Je vous conseille vraiment de l’écouter. En plus, je trouve le clip plutôt sympa !

American Lover est chantée en grande partie en français et son petit côté électro est vraiment sympathique ! Et puis le texte est super. 🙂

Les autres n’étant pas disponibles sur YouTube, je vous partage la playlist de l’album via Deezer. Mes deux autres préférées sont Hey Girl et Sorry is not enough.

Et sinon, vous connaissez ce groupe ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Musique | 2 commentaires

#Avislittéraires – spécial romance

Hello tout le monde ! On se retrouve aujourd’hui pour parler livres avec mes avis sur deux de mes dernières lectures, c’est parti !

Comment se pardonner d’avoir bradé son honneur pour de l’argent ? Casey a un casier judiciaire chargé, un parcours difficile, et plus personne qui ne le retienne. Il décide de quitter Baltimore, objectif : décrocher une seconde chance.Julia n’ a qu’une passion : les chevaux. Cavalière de haut niveau et étudiante brillante, elle a planifié son avenir. Intérêt pour les hommes : zéro. Lorsque Casey est embauché dans le haras de la famille de Julia, leur attirance est immédiate, imprévisible et brûlante. Pourtant, alors qu’elle est prête à tout changer pour lui, il la repousse. Casey se dérobe et refuse de livrer ses secrets…

Mon avis : J’ai bien aimé cette histoire! Rien d’étonnant car j’appréciais déjà l’auteure vu que j’avais déjà lu quelques livres et nouvelles d’elle. Pour tout vous dire, ce n’est pas mon préféré mais la romance est adorable et j’ai aimé suivre les personnages. La narration est externe et j’avoue préférer quand on est vraiment dans les pensées des personnages. La plume de Pauline Libersart est agréable, fluide et franchement, on dévore ce roman très facilement.

Quand je dis que ce n’est pas mon roman préféré, c’est également parce que il se passe dans le milieu équestre, et que ça ne m’intéresse pas du tout. Du coup, je n’ai pas été passionnée plus que ça. Par ailleurs, je me suis bien attachée aux personnages secondaires, et je lirai très certainement les suites. 🙂

Bref, une romance à conseiller même si elle ne m’a pas emportée plus que ça. Elle reste simple, sympathique, et si vous aimez l’auteure, je suis sûre que vous apprécierez cette histoire.

D’autres livres de Pauline Libersart : Paris entre amis, Pour un instant de vérité, Paris entre amants, Pour un instant d’incompréhension.

 

Depuis le décès tragique de son fils, la vie d’Ally n’a plus aucun sens. En dépit du soutien inconditionnel de ses proches, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même. Jusqu’à sa rencontre avec Sam, barman dans un club à la mode. Derrière sa carrure de colosse se cache en réalité un jeune homme fragile. Il est lui aussi hanté par de terribles fantômes : élevé par un père violent, Sam craint d’avoir hérité de son tempérament agressif. Et pour éviter de commettre l’irréparable, il refuse de s’engager dans la moindre relation sérieuse. Pourtant Ally va ébranler toutes ses résolutions et, pour elle, Sam se sent enfin capable de dominer ses pires instincts. Mais guérir les blessures infligées par le passé n’est pas si facile, surtout pour deux êtres aussi torturés…

Mon avis : Et j’enchaîne avec Love Hurts que j’ai vraiment beaucoup aimé ! Découvert par hasard sur un blog, j’ai vraiment dévoré cette lecture. J’aime quand les personnages ont des passés difficiles (non, je ne suis pas sadique promis) et que l’histoire d’amour est compliquée, ça ne rend l’ensemble que plus beau et plus touchant. La plume d’Ellie Ach est addictive et vraiment légère. C’est le genre de lecture que l’on avale en deux temps trois mouvements. L’histoire d’amour est tellement jolie, avec beaucoup de sentiments. Je suis moi aussi tombée un peu amoureuse de Sam (bon j’avoue, j’ai un nombre incalculable de bookboyfriends ahaha) et de son histoire avec Ally.

Bref, rien de nouveau sous le soleil mais une belle histoire d’amour, parfaite pour cette belle saison.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | Laisser un commentaire

Deadpool 2, réalisé par David Leitch

L’insolent mercenaire de Marvel remet le masque !
Plus grand, plus-mieux, et occasionnellement les fesses à l’air, il devra affronter un Super-Soldat dressé pour tuer, repenser l’amitié, la famille, et ce que signifie l’héroïsme – tout en bottant cinquante nuances de culs, car comme chacun sait, pour faire le Bien, il faut parfois se salir les doigts.

Mon avis : Hello les loulous ! Aujourd’hui, on se retrouve pour parler du dernier opus de Deadpool, qui sort au cinéma ce 16 mai. J’avais vraiment aimé le premier film et il me tardait de découvrir celui-ci au cinéma.

Il faut le dire, retrouver le personnage complètement déjanté de Deadpool est plutôt jouissif. J’ai participé à un marathon diffusant les deux films à la suite, et sincèrement, je trouve les deux de même qualité (ce qui est chouette, surtout quand il y a un changement de réalisateur). Les vannes s’enchaînent, sans temps mort, en ne se prenant jamais au sérieux. Tout est bourré de références Marvel, DC Comics, ou de culture en général, et franchement, ça rend le film encore plus drôle à mes yeux. Deadpool 2 est rythmé, amusant à tout niveau, et vraiment, Ryan Reynolds prend à cœur le personnage, et ça rend l’ensemble encore plus crédible et hilarant. Dans cet opus, on retrouve une pléiade de nouveaux personnages, que j’ai beaucoup aimé (spécialement Cable et Domino). Comme toujours, la musique est géniale et parfois aux antipodes de la scène qui se déroule sous nos yeux, mais ça ajoute encore plus un côté déjanté et fou au film. Et pour ça, j’ai adoré !

Evidemment, il y a quelques scènes quelque peu lourdingues, sur lesquelles on insiste un peu trop, mais ça ne gâche pas le film et c’est tant mieux. Et bravo au réalisateur qui n’a pas oublié quelques séquences d’émotion, disséminés ça et là, et qui ajoute de la profondeur aux événements.

Mention spéciale à la scène post-générique qui m’a fait mourir de rire. Bref, évidemment, je vous conseille Deadpool 2, surtout si vous avez apprécié le premier.

Le truc en + : Tim Miller devait diriger à nouveau la suite de Deadpool après avoir mis en scène le premier volet. Il a toutefois fini par renoncer en raisons de divergences artistiques avec l’acteur principal Ryan Reynolds. David Leitch, réalisateur de John Wick et Atomic Blonde, spécialiste de l’action, a donc été engagé.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | 10 commentaires

American Crime Story, saison 2

En 1997, le célèbre couturier italien Gianni Versace est assassiné à Miami, devant son domicile, par le tueur en série Andrew Cunanan. Alors que le monde people est en deuil, une des plus célèbres chasses à l’homme de tous les temps s’apprête à voir le jour.

Mon avis : Hello tout le monde! Je reviens aujourd’hui avec mon avis à propos de la deuxième saison d‘American Crime Story. Pour redéfinir le contexte, il faut savoir que cette série a été créée par Ryan Murphy et que chaque saison nous raconte un événement dramatique étant d’origine naturelle, ou encore d’origine criminelle. La première saison se penchait sur le procès d’O.J. Simpson et je l’avais tout simplement adoré ! Il me tardait donc de découvrir cette deuxième saison, consacré à l’assassinat de Versace, et plus précisément même au parcours d’Andrew Cunanan, le meurtrier du célèbre couturier. 

Et franchement, j’ai tout autant adoré. Je sais que beaucoup de gens ont été déçus et j’en comprends les raisons. Déjà, on ne s’intéresse que très peu au parcours de Versace (j’ai l’impression que seule sa sexualité est clairement énoncée et que le reste est un peu oublié). Et puis, le gros HIC de cette saison se situe dans la chronologie des événements, qui est complètement confuse car on ne comprend pas toujours dans quel ordre les événements se sont déroulés. Mais sincèrement, ce qui rend cette saison unique, c’est la prestation de Darren Criss, qui est tout simplement exceptionnel dans son rôle. Il m’a complètement bluffée et je pense vraiment qu’il ira loin. Rien que pour lui, il FAUT que vous regardiez cette série !

Je me passionne pour les biopics et j’ai appris énormément de choses en regardant cette série. Les personnages secondaires sont également très bien et ça faisait plaisir de voir Penelope Cruz et Ricky Martin dans de tels rôles secondaires. J’ai également beaucoup aimé la bande son, qui monte crescendo, comme les événements.

Bref, j’ai adoré et je vous conseille cette série. Je peux déjà vous dire que la troisième saison sera centrée sur une affaire criminelle ayant eu lieu pendant les événements de l’Ouragan Katrina en 2005.

Le truc en + : Connu pour ses rôles dans FBI : duo très spécial et Magic Mike, Matt Bomer se lance derrière la caméra, en réalisant l’épisode 8 de la saison 2. Ce n’est pas la première collaboration entre Matt Bomer et Ryan Murphy, puisque celui-ci l’avait déjà dirigé dans un épisode de Glee et dans la saison 5 d’American Horror Story.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Séries TV | Laisser un commentaire

Dans la brume, réalisé par Daniel Roby

Le jour où une étrange brume mortelle submerge Paris, des survivants trouvent refuge dans les derniers étages des immeubles et sur les toits de la capitale. Sans informations, sans électricité, sans eau ni nourriture, un couple tente de survivre à cette catastrophe et de sauver leur fille… Mais les heures passent et un constat s’impose : les secours ne viendront pas et il faudra, pour espérer s’en sortir, tenter sa chance dans la brume…

Mon avis : Hello, hello ! On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un film que j’ai découvert au cinéma la semaine dernière et que j’ai tout simplement adoré ! Ce film, c’est Dans la brume, avec l’excellent Romain Duris et la magnifique Olga Kurylenko.  L’histoire est simple mais efficace, et nous tient en haleine d’une façon assez bluffante. Les effets spéciaux sont bien fait, et sans vouloir en faire trop (et ça change des gros blockbusters américains du genre…il faut le dire!).

On s’attache vraiment beaucoup aux personnages, et du coup, l’émotion ressentie est très forte. La peur s’installe rapidement, insidieusement, et on s’accroche à l’espoir de survie superbement bien posé par le réalisateur. Et puis, il faut le dire, TOUS les personnages sont bien écrits (je me suis également surprise à être très émue par le couple de personnes âgées présent dans le film).

Il n’y a qu’une seule chose qui m’empêche d’attribuer la note coup de cœur au film, c’est la fin. Pour dire vrai, je ne l’ai pas très bien comprise, et ce, même après avoir lu plusieurs choses au sujet du film. Mais ce qui est sûr, c’est que ça ne laisse pas indifférent. Le film pose beaucoup de questions intéressantes !

Bref, Dans la brume est un excellent film que je vous conseille très fortement.

Le truc en + : Daniel Roby souhaitait que le décor du film ressemble vraiment à un immeuble typique de Paris pour que les parisiens qui verront le film sentent que ça pourrait leur arriver, et que ça se passe au coin de chez eux.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | 10 commentaires