Mes shootings préférés du mois de novembre !

Hello tout le monde ! Nouvel article aujourd’hui et je vous retrouve pour mes shootings photo préférés du mois. Let’s go !

 

Chris Hemsworth – GQ Australia – Novembre 2017

Kristen Bell – Shape Magazine – Novembre 2017

Armie Hammer – Out Magazine – Novembre 2017

Julianne Hough – Health Magazine – Novembre 2017

Margot Robbie – W Magazine – Novembre 2017


Rendez-vous sur Hellocoton !

 

Publié dans Personnalités | 3 commentaires

Ma participation au Prix Horizon

Hello, hello ! Dans le cadre de mon travail, j’ai l’occasion de participer à un prix littéraire belge. Ce prix, c’est le prix Horizon. Il a lieu tous les 2 ans, et met en évidence des seconds romans francophones ! Ces livres seront à lire entre décembre et mai, pour qu’on puisse élire le vainqueur le 19 mai 2018. Voici la sélection de cette année, n’hésitez pas à me partager vos avis si vous en avez lu certains ! 🙂

Benoît est un pèlerin de notre temps, un drôle de randonneur qui traverse la France, les yeux tournés vers les étoiles. Figure de clochard céleste, digne d’un roman de Kerouac, Benoît va à la rencontre de son destin avec douceur et naïveté.
Librement inspiré de la vie de Saint Benoît Labre, le vagabond mystique du XVIIIème siècle, Frère des astres est un « road-book », nourri de rencontres improbables, de paysages grandioses et de couleurs saturées. Frère des astres s’écoute comme une ballade folk de Johnny Cash.

 

 

À Budapest, Attila Kiss, 51 ans, travailleur de nuit hongrois, rencontre Theodora Babbenberg, 25 ans, riche héritière viennoise. En racontant la naissance d’un couple, Julia Kerninon déploie les mouvements de l’amour dans ses balbutiements. Car l’amour est aussi un art de la guerre, nous démontre-t-elle avec virtuosité dans son deuxième roman.

 

 

L’ombre sur la lune aurait prouvé à Magellan que la terre était ronde : tableaux de maîtres, footballeurs ou mafieux en parcourent la surface dans une circumnavigation infinie. À la croisée de ces univers en apparence éloignés, la passion de la Giganta, une Chinoise de deux mètres, pour une œuvre de Goya, réunit Attilio, un Sicilien qui a tué sa femme le jour de leur mariage, et Blanche, une discrète employée de musée qui se croit le sosie d’un célèbre footballeur. Depuis leur rencontre dans les tribunes d’un stade madrilène, la relation mouvementée d’Attilio et de Blanche les mènera jusqu’en Andalousie, le lieu de toutes les rédemptions et de tous les possibles.

 

Iris n’a pas de papiers. Hospitalisée après un accident de voiture, elle attend pour être opérée que Malo Claeys, avec qui elle habite, trouve un moyen de régulariser sa situation. Mais comment la tirer de ce piège alors que la vie qu’ils mènent ensemble est interdite, et qu’ils n’ont été protégés jusque-là que par la clandestinité ? C’est notre monde, à quelques détails près. Et celui-ci notamment : nous n’y sommes plus les maîtres et possesseurs de la nature. Il y a de nouveaux venus, qui nous ont privés de notre domination sur le vivant et nous font connaître le sort que nous réservions auparavant aux animaux.

 

 

Après vingt ans de silence un homme s’apprête à retrouver l’ami avec lequel il a tout partagé à l’époque de ses études à Paris, l’ami qu’il a trahi et qu’il n’a pas revu.
Un roman au pouvoir hypnotique proche de l’art cinématographique dans lequel le temps et l’espace ne se mesurent qu’à l’aune du point zéro de toute existence : le premier amour. Autour de ce centre de gravité de la révélation à soi tournoient les réminiscences, les évocations, les regrets qui lui sont associés et irriguent une vie. L’écriture, élégante et elliptique, accompagne le mouvement dansant de la mémoire quand elle se confie à l’attente.

 

 

À 45 ans, Majda se réfugie chez ses vieux parents d’origine immigrée, après un séjour en hôpital psychiatrique. Fille aînée d’une fratrie de sept enfants, la seule à avoir fait des études universitaires, elle aurait dû pourtant s’élever dans l’échelle sociale. Durant le mois d’août, alors qu’elle reste confinée dans le petit appartement familial d’une cité du Var, on revisite avec elle les non-dits familiaux, notamment le drame vécu dans son adolescence.

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Coin Littéraire... | 10 commentaires

Lire avec les plus petits… #8

Coucou ! 🙂 On se retrouve aujourd’hui pour un article consacré à nos petites têtes blondes. Ces derniers temps, j’ai découvert quelques livres et j’avais envie de vous en parler. C’est parti !

Julia Donaldson, c’est l’auteure du célèbre album Gruffalo. Pour ce très joli album, cette grande dame britannique s’est associée aux jolis dessins de Rebecca Cobb, avec qui elle a déjà collaboré sur d’autres albums. L’histoire de La ballade de l’Ours nomade est très jolie…et mouvementée. Les planches sont superbes et c’est un joli objet livre. C’est un bel album pour s’évader et qui fera passer un bon moment à vos petites têtes blondes.

« Chaque week-end, les élèves de la classe d’Élisabeth emportent chez eux l’Ours Nomade avec qui ils vivent de chouettes aventures. Un jour, c’est au tour d’Olivier, le nouveau, de prendre soin de la mascotte de la classe. De retour à l’école le lundi, l’Ours Nomade n’est plus dans son cartable ! Précipité dans de folles péripéties, l’Ours égaré ne retrouvera sa chère classe qu’au terme d’un voyage mouvementé… »

Celui-ci, c’est mon coup de cœur de cette sélection. Ruby Tête haute est un beau grand album qui parle d’un sujet essentiel : la tolérance. Il a un très beau message anti-racisme qui m’a beaucoup touchée. Il nous conte l’histoire vraie de Ruby Bridges, première enfant noire à avoir intégrée une école pour enfants blancs. Moi qui adore les biopics, j’adore vraiment voir ce genre d’albums. C’est un vrai concentré d’émotions, qui est tout aussi bien pour les petits (en lecture accompagnée bien sûr) que pour les grands. Un coup de cœur ! 🙂

« Dans la Louisiane des années 1960, Blancs et Noirs ne se mélangent pas. Ruby ne peut pas aller à l’école près de chez elle, réservée aux Blancs : elle doit se rendre dans une autre école, bien plus loin de sa maison. Mais l’année de ses six ans, tout va changer. »

Dernier album pour aujourd’hui avec une jolie histoire aux éditions Hongfei culture. J’aime les histoires de loup, toujours adorée par les enfants (et par les grands). C’est un grand album aux magnifiques illustrations. L’histoire est douce et tendre et offre un joli message autour de l’amitié et des préjugés. Encore une belle parution à conseiller, surtout en cette période. 🙂

« Un matin, un jeune loup plein du désir de vivre sa vie et de trouver un ami quitte la meute. Mais partout dans la forêt, on pense qu’un loup est un loup, gourmand, effrayant et imprévisible. Aussi, tous les animaux le craignent et l’évitent. Même lorsque, tombé à l’eau, il court le plus grand des dangers et crie à l’aide. C’est alors qu’une main lui porte secours, la main d’un enfant… »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Le coin des petits | 9 commentaires

Maybe Someday de Colleen Hoover

Sydney, 22 ans, a tout pour elle : le mec parfait, Hunter, un bel avenir et un superbe appart’ en coloc avec sa meilleure amie. Jusqu’au jour où, grâce à Ridge, son mystérieux voisin musicien, elle tombe de haut : Hunter la trompe dès qu’elle a le dos tourné. Sydney décide alors de tout plaquer. Faute de moyens, elle est hébergée par Ridge. Ensemble, ils composent des chansons. Elle vibre lorsqu’il lui joue ses magnifiques mélodies à la guitare. Mais le cœur de Ridge est pris depuis bien longtemps. Pourtant, de son côté, il ne peut ignorer la force silencieuse qui le pousse vers Sydney. Ensemble, ils vont comprendre que les sens ne peuvent pas jamais trahir le cœur…

Mon avis : Hello tout le monde ! Petit article aujourd’hui sur un livre d’une auteure que j’aime particulièrement, Colleen Hoover. Ce livre, c’est Maybe Someday. J’en avais tellement entendu parler qu’il fallait que je le découvre. Hé bien, pour tout vous dire, j’ai largement préféré Ugly Love pour lequel j’avais eu un véritable coup de cœur. Ne vous méprenez pas, j’ai tout de même passé un très bon moment avec ce roman, car comme toujours, la plume de Colleen Hoover nous fait vibrer, et nous emmène dans une très belle histoire. Elle a un don pour décrire des personnages, pour nous faire les adorer.

Maybe Someday a une très belle qualité, c’est l’émotion ! C’est vraiment le mot qui me vient quand je pense à ce roman. J’ai ri mais j’ai surtout pleuré avec les personnages, au vu de tout ce qu’ils traversent. La musique a également une belle place dans le bouquin, et j’avoue que vu que j’adore ça, j’ai particulièrement apprécié. Mon petit bémol est juste que j’ai trouvé le roman un peu longuet par moment. Il y a quelques moments où il se passe peu de choses, et j’ai parfois un peu décroché malheureusement.

Bref, dans l’ensemble, j’ai passé un super moment, mais pour l’instant Ugly Love n’a pas encore été détrôné pour moi ! 🙂

« Il n’y a que vingt-six lettres dans l’alphabet. On n’imagine pas tout ce qu’on peut tirer de vingt-six lettres. On n’imagine pas tout ce qu’on peut faire ressentir en les mêlant pour former des mots. »

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Coin Littéraire... | 13 commentaires

The Happy TAG

Bonjour Bonjour !

Oui … Je sais … Encore un TAG ? Mais pas n’importe lequel !

J’ai toujours détesté le mois de novembre, cette période où il fait trop souvent gris, la pluie, la nuit qui arrive dès 17h … Mais cette année, j’ai décidé d’être en mode Happy Mood  ! Alors, voici un Happy Tag, que j’ai trouvé sur le blog de Camille

♡ Mes 5 happy films

Love Actually – Dirty Dancing – Mamma Mia – California Man – Le Roi Lion

Même si je verse ma larmichette à chaque passage du Roi Lion, je ne peux m’empêcher d’adopter la Hakuna Matata attitude avec Timon & Pumba ! Et California Man … Vous ne connaissez sûrement pas ce film, mais il est culte chez moi. Je le regardais souvent plus petite, et d’ailleurs, je pense que je le regarderais une nouvelle dans le mois ^^

 

♡ Mes 5 happy séries

This is Us – Fresh off the boat – Devious Maids – How I met your Mother – One Tree Hill

Avec une grande préférence pour la première et la dernière, même terminée. This is us me fait pleurer à chaque épisode, et me donne toujours envie de chérir ma famille encore plus. Quant à One Tree Hill, elle m’a accompagné durant ma vingtaine, et reste encore dans mon coeur comme étant ma série préférée 🙂

 

♡ Mes 5 happy livres

Les pages de notre amour – Que du bonheur (Ou presque) – Demain est un autre jour – Les derniers jours de Rabbit Hayes – Le petit grumeau illustré

De la romance, du feel-good, de la bande dessinée … Ces cinq livres m’ont arraché des sourires et des rires, et je les garde bien précieusement dans ma bibliothèque :).

 

♡ Mes 5 happy chansons

Un autre monde (Téléphone) – Azul (Cristian Castro) – Run the world (Beyoncé) – Loca (Shakira) – Wannabe (Spice Girls)

Pour ne citer qu’elles. J’ai d’ailleurs encore chanté « Un autre monde » à tue-tête dans ma voiture hier matin. Et puis, les Spice Girls … J’étais obligée 🙂

Et vous êtes toutes Happy nominées 🙂

Elsa

Publié dans Mes Tags | 4 commentaires

Stranger Things, saison 2

En 1984, à Hawkins dans l’Indiana, un an a passé depuis l’attaque du Démogorgon et la disparition d’Onze. Will Byers a des visions du Monde à l’envers et de son maître, une créature gigantesque et tentaculaire. Plusieurs signes indiquent que les monstres vont franchir le portail et revenir sur la ville.

Mon avis : Hello tout le monde! On se retrouve aujourd’hui pour parler de la saison 2 de Stranger Things, pour laquelle j’ai eu, à nouveau, un véritable coup de cœur (Si vous voulez voir mon avis sur la première saison, c’est par ici). Pour ma part, j’ai trouvé cette deuxième saison encore meilleure et, avec mon chéri, on l’a dévorée en 2 soirées !

J’ai tellement aimé retrouver tous les personnages de la série, et l’intrigue proposée dans cette saison, tournant principalement autour de Will, beaucoup plus présent (logique!) dans cette saison. On s’attache encore plus à eux et le rythme est tellement intense qu’on ne peut s’arrêter très longtemps. Il y a une réelle tension émotionnelle puissante qui nous tient très fort. La psychologie des personnages est encore plus approfondie, et c’est ce qui renforce l’empathie et nos différents ressentis, tout au long des épisodes.

La nostalgie des années 80 est toujours bien présente, et il est clair que ça ajoute une belle qualité à la série. J’ai aimé les relations qui unissent les personnages. On laisse de la place à l’amitié, aux relations fraternelles, ou même à l’amour. J’ai vraiment trouvé ça très intelligent. Dans la presse, on parle très souvent des enfants mais j’ai adoré également tous les autres personnages (Winona Ryder et David Harbour – D’ailleurs, j’ai eu un coup de cœur pour la relation tissée entre Hopper et Eleven, beaucoup d’émotions!).

Je n’ai pas envie d’en dire plus. Sincèrement, regardez cette série, c’est une pépite.

Le truc en + : La coupe de cheveux que Winona Ryder arbore dans Stranger Things est inspirée de celle de Meryl Streep dans Le Mystère Silkwood, que celle-ci a tourné en 1983 sous la direction de Mike Nichols.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Séries TV | 6 commentaires

La fille dans le brouillard de Donato Carrisi

Une jeune femme est enlevée dans un paisible petit village des Alpes italiennes. Le coupable est introuvable, et voilà que la star des commissaires de police, Vogel, est envoyé sur place. De tous les plateaux télé, il ne se déplace jamais sans sa horde de caméras et de flashs. Sur place, cependant, il comprend vite qu’il ne parviendra pas à résoudre l’affaire, et pour ne pas perdre la face aux yeux du public qui suit chacun de ses faits et gestes, il décide de créer son coupable idéal et accuse, grâce à des preuves falsifiées, le plus innocent des habitants du village : le professeur d’école adoré de tous. L’homme perd tout du jour au lendemain (métier, femme et enfants, honneur), mais de sa cellule, il prépare minutieusement sa revanche, et la chute médiatique de Vogel.

Mon avis : Hello, hello ! On se retrouve aujourd’hui pour parler bouquin avec ma dernière réception, grâce à l’opération Masse Critique de Babelio. J’ai ENFIN pu découvrir l’auteur Donato Carrisi (rendu célèbre avec le livre Le chuchoteur) mais j’avoue que j’aurais aimé le découvrir avec un autre roman que celui-ci, car le résumé ne me tentait pas plus que ça au final.

Malgré tout, La fille dans le brouillard parle d’un sujet très actuel, et qui résume tellement bien notre société d’aujourd’hui : la place des médias dans les enquêtes de police. Et on peut dire que l’auteur traite très bien du sujet. Les personnages sont bien dessinés et on capte très bien la personnalité de chacun. Le style de l’auteur est très accessible et pour le coup, j’ai trouvé la traduction vraiment bonne.

Néanmoins, j’avoue que j’ai eu du mal avec le rythme de l’histoire, qui trainasse un peu (et je pense que c’est dû surtout aux nombreux retours dans le passé et distorsion du temps en général). L’ensemble est un peu mou, et je n’ai pas ressenti les palpitations habituelles que me donne un thriller. Et pour cela, je suis quand même quelque peu déçue.

Bref, plutôt mi-figue, mi-raisin pour moi mais je ne peux réfuter les qualités du roman. J’espère me replonger rapidement dans un roman de l’auteur.

« La télévision avait cet effet-là. Comme si les mots et les gestes prenaient une consistance nouvelle. »


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Coin Littéraire... | 6 commentaires