Pause Cinéma !

Zoom sur Cyrano de Bergerac (Au cinéma et au théâtre)

Hello tout le monde! Nouvel article aujourd’hui. Pour ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux, vous le savez peut-être mais j’ai reçu un cadeau d’anniversaire de foooolie pour mes 30 ans. Ma meilleure amie m’a emmené voir l’adaptation de la pièce de Cyrano de Bergerac par Jamie Lloyd avec James McAvoy dans le rôle titre.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

🎉 Mes 30 ans 🎉 28 décembre 1989 – 28 décembre 2019 Ça y est, j’ai 30 ans! 🎉😍 J’ai passé une formidable journée et soirée hier, et tout ça orchestré par ma sœur @keeelly03 ! 💕 Je suis trop chanceuse. 😭 Et en plus de ça, j’ai eu la chance (et encore, le mot est si faible) de recevoir un cadeau de ma meilleure amie @hellow_submarine qui m’a littéralement coupé le souffle… Le 11 janvier, nous partons à Londres voir la pièce Cyrano de Bergerac avec @jamesmcavoyrealdeal dans le rôle principal. Autant vous dire que j’ai hyperventilé et pleuré. 😭😂 Au delà de la pièce, c’est aussi revivre un moment comme on en a tant partagé. 💜 (Bon j’écris ça et je chiale @marine_fawkes mdr). Quand on vous dit que « La vie ce n’est pas seulement respirer. C’est aussi avoir le souffle coupé », hé bien j’en ai eu l’exemple hier. Je t’aime comme une tonne de saumon fumé (bravo à celui qui aura la référence ciné). 💜❤️💜 #birthday #30years #love #family #friends #bestfriend #Jamesiloveyou

Une publication partagée par Kim 🎄🦌 (@kimysmile) le

Vu que mon anglais n’est pas parfait, je me suis plongée dans l’univers de Cyrano en regardant deux films (j’avais également commencé à lire la pièce de théâtre écrite par Edmond Rostand mais je ne l’ai pas terminée – c’était un peu compliqué à lire, et je préférais découvrir l’histoire de façon cinématographique #Shameonme). Aujourd’hui, je vous ai donc compilé mes différents avis sur les films et l’adaptation de la pièce de théâtre. Let’s go!

La première oeuvre que j’ai découvert, c’est Edmond, réalisé par Alexis Michalik et sorti l’année dernière. Je l’ai tout simplement adoré. Dans ce film, on va donc faire la connaissance d’Edmond Rostand, auteur de la pièce Cyrano de Bergerac. Au travers ce métrage, on va apprendre la genèse de la création de la pièce et tout ce qui a pu influencer l’auteur. Le casting est juste top (Mention spéciale pour Thomas Solivères qui est juste excellent!) et vraiment, l’histoire se suit avec beaucoup de plaisir. J’ai trouvé la réalisation passionnante, et je ne me suis pas du tout ennuyée. Le film est enjoué et possède un panache qui n’a rien à envier aux œuvres précédentes. 🙂

Et puis évidemment, je ne pouvais pas y échapper, j’ai regardé la version de Cyrano de Bergerac de 1990, réalisé par Jean-Paul Rappeneau et avec dans le rôle-titre Gérard Depardieu. Bien que j’ai trouvé le film assez long, j’ai juste été subjuguée par la prestations des acteurs (et surtout celle de Depardieu, il faut le dire). J’ai apprécié découvrir cette oeuvre, bien que tragique. Et c’était assez sympa de voir ce film après Edmond car j’ai adoré la scène du balcon dans le film avec Thomas Solivères et la voir prendre forme dans Cyrano de Bergerac était vraiment intéressant (et ça reste d’ailleurs ma scène préféré – également dans la pièce de théâtre dont je vais vous parler ensuite). Bref, un casting au service d’une pièce de théâtre (quasi conservée mot pou mot dans le film) qui ne laisse pas indifférent, c’est certain !

Et pour terminer, j’ai gardé le meilleur pour la fin, il faut le dire! En allant voir la pièce de Jamie Lloyd, j’ai assisté à une expérience théâtrale que je n’avais jamais vécue auparavant (et pourtant, du haut de mes 30 ans, j’ai déjà été voir de nombreuses pièces et spectacles!). Pour tout vous avouer, au début, j’ai eu peur car ma compréhension de la langue n’était pas très bonne. Mais en connaissant bien l’histoire, j’ai pu rapidement bien profiter de ce qui nous était montré et m’ancrer complètement dans le récit.
C’est assez drôle, mais Cyrano de Bergerac, c’est quand même une pièce de cape et d’épée où le personnage principal a un nez assez proéminent. Mais ici, rien de tout ça. Chaque acteur est habillé normalement et sur scène, il n’y a que des chaises et des micros. Et là, vous vous prenez une claque, surtout au niveau de l’interprétation des acteurs (Bon, James McAvoy en tête – et je vous jure d’être super objective, mon amour pour lui s’est juste décuplé ahaha). C’est plein d’émotions, c’est fort, et tout m’a semblé si actuel, c’est dingue ! Certaines choses sont changées par rapport à l’histoire de base, mais c’est une adaptation, donc ça ne m’a pas gêné du tout.
Au niveau théâtral, la mise en scène est assez exceptionnelle, que ce soit dans les jeux de regards et la façon de rendre certaines scènes clés de la pièce (Celle du balcon par exemple est brillante d’inventivité).
Encore à l’heure où j’écris ces lignes, je me sens encore toute fébrile rien que d’y repenser. Vous savez, ça fait partie des moments qui vous marquent pour longtemps…
Enfin bref, je pourrai faire des éloges sans plus pouvoir m’arrêter, mais c’est un coup de cœur absolu. Merci ma petite Marine, si tu me lis, tu sais déjà tout, mais tu as réalisé un de mes rêves, et ça n’a pas de prix.

Little Women, réalisé par Greta Gerwig

Une nouvelle adaptation des « Quatre filles du Docteur March » qui s’inspire à la fois du grand classique de la littérature et des écrits de Louisa May Alcott. Relecture personnelle du livre, Les filles du Docteur March est un film à la fois atemporel et actuel où Jo March, alter ego fictif de l’auteur, repense à sa vie.

Mon avis : Hello tout le monde! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur Little Women, sorti au cinéma en France en ce début d’année. Pour l’anecdote, je suis belge et j’ai donc été obligée de traverser la frontière pour aller voir ce film vu que par chez moi, il ne sort que mi-février. Logique quand tu nous tiens… Je suis ravie de l’avoir découvert car pour ma part, je ne connaissais pas l’histoire des filles du Dr March. Je n’ai ni lu le livre, ni vu les adaptations qui ont suivies, et fleuries au fil des années. Donc autant dire que j’y allais sans AUCUN à priori, et surtout pour le casting 4 étoiles!

Et j’en ressors satisfaite dans l’ensemble, j’ai beaucoup aimé ! L’histoire se suit avec beaucoup d’intérêt et la réalisation donne du rythme à l’histoire. On est dans une alternance de passé/présent (qui est bien menée) et c’est assez sympa de découvrir les filles à des moments différents de leur vie. Le casting sert totalement le film, et j’ai apprécié l’ensemble des actrices (et acteurs). Je regrette simplement d’avoir été obligée de la voir en VF, car certains passages perdent en crédibilité à cause de ça (Le personnage d’Amy dans la période de l’enfance est vraiment désagréable à écouter et très « gaga »). Malgré la qualité du casting, j’ai trouvé que l’écart d’âge entre l’enfance et la vie adulte n’était pas très clair, et pas très cohérent (surtout avec Beth en fait). Elles semblent tellement avoir le même âge que je me suis un peu perdue.

Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est ce portrait de femmes, liées comme jamais, avec tout ce qu’elles peuvent traverser dans la vie. Les petits et grands bonheurs, mais aussi les drames. Et j’ai été beaucoup émue tout le long, il faut le dire. On sent que Greta Gerwig a voulu en faire un film féministe et tendre à la fois, où l’amour ne semble pas être la réponse à tout. Malgré tout, le film n’échappe pas à quelques longueurs (mais je trouve ça presque inévitable au vu du propos) et je l’ai trouvé un peu long par moment.

Bref, j’ai beaucoup aimé et j’ai quelques mini-réserves c’est sûr, mais sincèrement, je ne peux que vous le conseiller, autant pour le casting, que pour la réalisation ! 🙂

Le truc en + : Les Filles du Docteur March porte à l’écran le roman de Louisa May Alcott qui a déjà donné lieu à bon nombre d’adaptations. À l’origine, le livre a été publié en deux parties : l’enfance des sœurs March puis leur vie une fois adultes. Greta Gerwig a décidé de rompre cette chronologie en mettant en place des allers-retours entre les deux périodes avec pour fil rouge l’histoire de Jo.

Manhattan Lockdown, réalisé par Brian Kirk

Une course-poursuite infernale pour appréhender deux tueurs de flics à New York. L’inspecteur Davis est prêt à tout pour les coincer, d’autant qu’une gigantesque machination se dessine derrière leurs agissements. Pour les piéger, il va complètement isoler l’île de Manhattan, fermant l’ensemble de ses ponts, dans une spectaculaire opération… La traque peut commencer.

Mon avis : Hello tout le monde! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur Manhattan Lockdown, sorti au cinéma récemment. Un thriller haletant qui m’a fait passer un très bon moment. Certes assez classique dans sa construction (et son dénouement), le métrage a tout de même la bonne idée de miser quasi entièrement sur son rythme. Et on peut dire que ça marche très bien. Il dure à peine 1h40, du coup, on ne ressent aucun ennui et le scénario va droit au but… La réalisation est bonne et je n’ai d’ailleurs rien à lui repprocher de particulier.

Côté casting, on retrouve l’excellent Chadwick Boseman (notre T’Challa de Black Panther), mais aussi Sienna Miller, Taylor Kitsch ou encore J.K Simmons. Du beau monde, et du talent mis à profit! J’ai beaucoup aimé que le film se passe sur peu de temps, ça rajoute une dimension encore plus oppressante et ça maintient l’attention du spectateur. Les plans de la ville de nuit sont assez sympa et ça rend très bien visuellement.

Brian Kirk mise donc ici sur un thriller efficace, même si pas particulièrement marquant non plus. Je recommande mais plutôt en DVD qu’au cinéma. 🙂

Le truc en + : Le film est mis en scène par Brian Kirk, à qui l’on doit de nombreux épisodes de séries prestigieuses comme Boardwalk Empire, Game of Thrones ou Luther, laquelle se centrait déjà sur un policier, joué par Idris Elba. 

#MovieChallenge20 – Ma participation

Hello tout le monde! Cette année, j’ai très envie de participer au challenge organisé par Lilylit et Tinalakiller !

Règles du jeu

Le concept est simple : il faut regarder un film pour chaque catégorie, durant l’année 2020. Les films choisis peuvent être sortis cette année, ou pas (mais certaines catégories imposent une date de sortie).

Possibilité de tenir compte du Challenge sur les réseaux sociaux, SensCritique, nos blogs, ou simplement le faire chez nous, avec un petit carnet pour noter les films vus par exemple.

Pour ma part, je ferai un récapitulatif sur une page dédiée, sur le blog ! 🙂

Le Movie Challenge fonctionne avec 4 paliers. On remporte une médaille tous les 10 films vus.

Une page sur le blog de Lilylit tiendra la liste des gagnant(e)s de chaque médaille, donc surtout, quand vous passez un palier, signalez-vous !

Les paliers

10 catégories remplies > Movie Challenge en chocolat

20 catégories remplies > Movie Challenge de bronze

30 catégories remplies > Movie Challenge d’argent

40 catégories remplies > Movie Challenge d’or

Les catégories

  • Un film dont le titre est issu d’une chanson
  • Un film avec un(e) journaliste
  • Un film réalisé par une femme
  • Un film avec une voix off
  • Un film qui se déroule à la campagne
  • Un buddy movie
  • Un film avec un personnage atteint d’un handicap
  • Un court-métrage
  • Un film qui n’est pas sorti en salles en France
  • Un film choral
  • Un premier film
  • Un film sur le monde du travail
  • Un film réalisé par un(e) acteur/trice qui joue dedans
  • Un film tourné dans la région de mon enfance
  • Un survival
  • Un film qui se déroule avant le XXe siècle
  • Un film avec un caméo de réalisateur/trice
  • Un film d’animation européen
  • Un film qui n’est ni en anglais ni en français
  • Un film dont l’affiche est jolie
  • Un film français d’avant 1980
  • Un film avec un titre en un mot
  • Un film qui aurait dû avoir un Oscar
  • Un film adapté d’une pièce de théâtre
  • Un film en noir et blanc
  • Un film qui m’a fait découvrir un(e) acteur/trice
  • Un film avec un meurtre
  • Un film avec un jeu
  • Un film sorti l’année de naissance d’un de mes parents
  • Un film avec une scène chantée ou dansée
  • Un film avec un(e) acteur/trice que j’adore
  • Un film féministe
  • Un film muet
  • Un film avec un titre comestible
  • Un western
  • Un film adapté d’un livre que j’ai lu
  • Un film autour d’une grossesse
  • Un film d’un(e) réalisateur/trice asiatique
  • Un film de guerre
  • Un film ayant remporté le prix d’interprétation à Cannes

Retrouvez donc mon avancée dans ce challenge ici. A mi-parcours, je ferai également un récapitulatif ! 🙂

Bon challenge à ceux qui participent !

Les vétos, réalisé par Julie Manoukian

Au cœur du Morvan, Nico, dernier véto du coin, se démène pour sauver ses patients, sa clinique, et sa famille. Quand Michel, son associé et mentor, lui annonce son départ à la retraite, Nico sait que le plus dur est à venir. « T’en fais pas, j’ai trouvé la relève. » Sauf que… La relève c’est Alexandra, diplômée depuis 24 heures, brillante, misanthrope, et pas du tout d’accord pour revenir s’enterrer dans le village de son enfance. Nico parviendra-t-il à la faire rester ?

Mon avis : Coucou tout le monde! Nouvel article sur le blog avec mon avis sur ma première séance de cinéma de 2020. J’aime commencer une nouvelle année en beauté et pour le coup, avec Les vétos, ça a plutôt pas mal débuter.

Dans ce film, il va être question du métier de vétérinaire, spécialement dans les campagnes. Au travers de personnages attachants, avec qui on s’émeut autant qu’on a le sourire aux lèvres, la réalisatrice (qui signe ici son premier film) nous livre un film tendre qui m’a fait passer un joli moment. J’ai beaucoup apprécié la prestation des acteurs et surtout l’évolution dont ils font preuve (surtout Noémie Schmidt). Il y a des scènes avec les animaux très très jolie et beaucoup d’émotions s’en dégagent à de nombreux moments.

Dans la construction, c’est un peu (trop) classique peut-être, mais Les vétos nous présente une profession avec ses difficultés mais également ses petits moments de grâce. Et il fait clairement son taf. Ce n’est peut-être pas le film marquant de ce début d’année, mais il a sa petite place bien méritée.

Pour ma part, je vous le recommande. Peut-être pas au cinéma, mais il sera parfait pour une soirée cocooning ! Un bon moment pour moi. 🙂

Le truc en + : Avant de se lancer dans le cinéma, Julie Manoukian a fait des études de lettres. L’idée des Vétos lui a été soufflée par le producteur Yves Marmion.

Broken de Laura Devillard et Jane Devreaux

Je croyais ma vie parfaite, j’imaginais que rien ne pouvait m’atteindre… j’avais tort. Je m’appelle Colyna Macklean. Je suis allongée sur un lit d’hôpital, dans un corps qui refuse de fonctionner. Je suis incapable de bouger, la douleur et l’ennui me collant à la peau, et cette envie furieuse de me laisser sombrer ! Puis, il est entré dans ma vie. Je suis Mozart Stanlo. Ma batterie me nargue, je ne pourrai plus jamais jouer, je vais devoir affronter le regard des curieux pour le restant de mes jours, mais pour elle, je suis prêt à tout, y compris à enfreindre les règles.

Mon avis : Hello tout le monde ! Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler d’un livre avec lequel j’ai fini 2019. J’ai eu la chance d’être contactée par Jane Devreaux afin de découvrir cette nouvelle parution, écrite à quatre mains avec Laura Devillard, qui signe ici son premier livre. Broken est une histoire d’amour, mais pas que, qui va traiter principalement du handicap, et qui m’a profondément émue.

Les deux auteures nous livrent une histoire touchante, vraie et qui aborde un sujet primordial : la différence (et à ma grande surprise, pas qu’au niveau du handicap). Colyna et Mozart sont des personnages forts, finement décrits et auxquels on s’attache vraiment fort. On ne peut qu’être touchés par ces deux survivants, que ce soit dans leur reconstruction, que dans les épreuves diverses qu’ils vont traverser tout au long de l’histoire. Au travers de cette histoire, les auteures nous parlent aussi des liens familiaux, d’acceptation de soi, de trahison et de confiance.

Le style est fluide, Broken se dévore littéralement. La romance en tant que telle est très belle et j’ai aimé que tout ne soit pas trop facile (mais qu’on ne sombre pas dans le mélo non plus). Tout et bien dosé et on sent une réalité assez bluffante, qui rend l’émotion d’autant plus forte.

Bref, un excellent moment que je recommande. Je trouve ça important de pouvoir soutenir l’auto-édition, et je compte bien me procurer le bouquin en format papier car je trouve l’objet-livre (et la couverture) très très joli !

« C’est comme les secondes de silence qui précédent une explosion, le moment de répit avant l’inévitable chaos, je suis sous le choc, perdue dans un brouillard qui refuse de se dissiper. Je ne sais plus quoi ressentir, où diriger ma colère. La rancune et les remords, ce n’est pas une solution, pourtant, ils menacent de m’engloutir. »

Cats, réalisé par Tom Hooper

L’adaptation de la comédie musicale Cats. Une fois par an au cours d’une nuit extraordinaire, les Jellicle Cats se réunissent pour leur grand bal. Leur chef, Deuteronome, choisit celui qui pourra entrer au paradis de la Jellicosphère pour renaître dans une toute nouvelle vie.

Mon avis : Hello, hello! Dernier article de 2019 aujourd’hui avec mon avis sur Cats, l’adaptation cinéma de la comédie musicale du même nom. Ne passons pas par 4 chemins, j’ai détesté ce film… Je me suis ennuyée et j’ai trouvé le visuel absolument dégueulasse. Pour dire vrai, je ne connaissais que peu de choses sur la comédie musicale (en fait, juste la chanson Memory) donc je vous assure que j’y suis allée en essayant de n’avoir aucun à priori, et de me laisser simplement porter. Mais vraiment, ça ne l’a pas fait.

Le film n’est qu’une succession de présentation de personnages (hormis 15 minutes à la fin). On a donc droit à un schéma répétitif et sans intérêt. Et même si certains acteurs s’en sortent plutôt bien (comme Idris Elba ou Jennifer Hudson), d’autres sont vraiment mauvais (Rebel Wilson en tête!!). Je n’ai pas accroché à l’univers fantasque car il tombe tel un cheveu sur la soupe. Ca aurait mérité une réelle introduction, pour comprendre davantage le pourquoi du comment (sur qu’est-ce qu’un Jellicle cat déjà!!). Au lieu de ça, le réalisateur a entièrement misé sur les chansons, qui s’enchaînent tel un dégueuli sans cohérence (sorry not sorry). Je le disais au début, mais visuellement, c’est un carnage. En 2019, il est encore possible d’avoir des effets spéciaux aussi dégueulasses ? J’en suis restée bouche-bée sur mon siège. Et puis, je ne vous parle même pas du côté malaisant que j’ai ressenti à de nombreux moments…

Sinon, un seul et unique point positif dans ce film, l’interprétation de Memory par Jennifer Hudson. Cette femme est un génie.

Bref, un flop total pour moi, que je ne vous recommande absolument pas. Une de mes plus grosses déceptions de l’année.

Le truc en + : La pièce Cats s’inspire du Guide Des Chats Du Viel Opossum de T.S. Eliot, un recueil de poèmes publié en 1939 que l’auteur avait écrits pour ses petits-enfants entre 1934 et 1935, et dans lesquels il décrit la vie des chats. Le compositeur Alan Rawsthorne fut le premier en 1954 à mettre en musique ces poèmes mais c’est grâce à Andrew Lloyd Webber que l’oeuvre devient connue à l’échelle planétaire. En 1980, Valerie Eliot, la veuve de T.S. Eliot, fait don à ce dernier de plusieurs poèmes inédits, dont « Grizabella ». Au-delà du théâtre, la chanson phare de Cats, « Memory » a été enregistrée par plus de 150 artistes, de Barbra Streisand à Liberace, en passant par Johnny Mathis et Barry Manilow.

Charlie’s Angels, réalisé par Elizabeth Banks

Les Charlie’s Angels ont toujours assuré la sécurité de leurs clients grâce à leurs compétences hors du commun. L’agence Townsend a maintenant étendu ses activités à l’international, avec les femmes les plus intelligentes, les plus téméraires et les mieux entraînées du monde entier – de multiples équipes de Charlie’s Angels affrontant les missions les plus périlleuses, chacune guidée par son propre Bosley.

Mon avis : Hello les loulous! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur Charlie’s angels, nouvelle réalisation d’Elizabeth Banks, qui prouve qu’en matière de comédie, elle a une vraie place à Hollywood. Car honnêtement, j’ai trouvé ça plutôt sympa (et je faisais partie des premiers septiques). Pour tout vous dire, je m’attendais à un film américain à l’humour bien gras et dégoulinant de bêtise. Et en fait, la réalisatrice nous montre qu’on peut faire un film fun sans tomber nécessairement dans la vulgarité mal placée.

Donc oui, Charlie’s angels est plutôt sympathique. C’est un film d’action plutôt cool, qui est là pour avoir sa propre identité et pas pour uniquement copier/coller ce qui a déjà été fait. Le film est rythmé et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Et puis, le plus gros point fort du film, c’est sans aucun doute Kristen Stewart, qui a le meilleur rôle du métrage. Je ne suis pas particulièrement fan d’elle mais dans ce film, on ne voit qu’elle et on voit clairement qu’elle s’amuse dans son personnage. Je l’ai vraiment beaucoup appréciée. Et enfin, niveau scénario, ça se défend. Il y a certaines ficelles vues et revues mais rien qui m’a empêché d’apprécier le film.

Côté points négatifs, j’avoue que pour moi, c’est surtout au niveau du choix de casting pour le personnage de Jane. Ella Balinska, que je ne connaissais pas du tout, est plutôt mauvaise et vraiment, j’ai eu du mal avec son personnage tout le long. Pour moi, c’est l’erreur de casting du film. Naomi Scott (vue dans Aladdin) a un jeu qui s’améliore au fil du film, mais c’était pas ouf non plus. Et enfin, j’ajouterai également le côté un peu poussif au niveau du girl power. C’et sympa, mais c’est parfois (souvent) à la limite du parodique.

Bref, Charlie’s angels n’est pas le meilleur film d’action de cette année mais c’est un chouette divertissement ! Et c’est très bien comme ça. 🙂

Le truc en + : Contrairement aux deux précédents volets, Charlie’s Angel version 2019 fait la part belle aux armes à feu. Dans Charlie et ses drôles de dames et sa suite, Drew Barrymore (qui était productrice sur les films) voulait en effet que les trois héroïnes utilisent uniquement leurs compétences en arts martiaux.

Point films #8

Hello tout le monde! Nouveau point films aujourd’hui où je vous partage des minis impressions sur mes derniers visionnages. N’hésitez-pas à me partager vos avis. 

Une jeune diplômée du lycée arrive à Harvard et n’a aucune idée sur la façon dont elle doit s’intégrer.

Carrie Pilby est une excellente surprise, j’ai beaucoup aimé ce film, pourtant inconnu au bataillon aha. Il nous rappelle à quel point c’est difficile de trouver sa place dans ce monde. L’actrice principale est juste parfaite dans le rôle. C’est un film que je recommande sans hésiter.

Echo est déterminée à découvrir la vérité concernant le meurtre de sa sœur Zoé en s’appuyant sur son journal intime. Elle se retrouve vite plongée dans le monde sombre de sa sœur et apprend qu’une petite décision peut entraîner des conséquences tragiques.

Saving Zoë, c’est l’adaptation d’un bouquin du même nom mais que je n’ai pas lu. Le synopsis me tentait bien et j’avoue que niveau scénario, le film est plutôt intéressant. Malheureusement, la réalisation est nulle, et je me suis ennuyée tout au long de mon visionnage. J’essayerai de lire le livre pour pouvoir découvrir l’histoire. Mais voilà, je ne vous conseille pas spécialement ce film.

Une femme n’est pas sûre que le mariage soit pour elle, et n’ose pas s’engager avec son compagnon. Mais lorsqu’elle se retrouve invitée à 15 mariages la même année, elle commence sérieusement à se poser des questions.

Alors, celui-ci, c’est l’énoooorme flop de cette sélection. Je crois que j’ai une aversion pour l’actrice principale Sarah Hyland. Le film est nul, pas drôle et pas romantique du tout (alors qu’il aurait pu). Ne vous fiez pas à cette jolie affiche, ça n’en vaut pas le coup.

Brooklyn. Charlie est bibliothécaire. Il est atteint d’un trouble rare, la cataplexie. Quand il est submergé par une émotion forte – notamment la joie – il perd le contrôle de ses muscles. Par conséquence, il évite les individus, les lieux et les événements qui pourraient déclencher des émotions mais c’était sans compter l’apparition de la spontanée Francesca dans sa vie.

Alors, pour celui-ci, je suis plutôt faible car j’adore Martin Freeman. Il a une candeur qui me fait fondre, il ne faut pas chercher à comprendre. aha Et cette petite romance sans prétention m’a fait passer un bon moment. Ca manque un peu de dynamisme mais ça m’a divertit et c’est le principal.

Née à New York, Rachel Chu n’est jamais allée en Asie. En accompagnant son fiancé Nick Young au mariage de son meilleur ami à Singapour, Rachel est donc enchantée de découvrir le continent de ses ancêtres…même si elle redoute un peu de rencontrer la famille de son fiancé. Il faut dire que Nick a omis quelques détails d’importance. Car il est non seulement l’héritier d’une des familles les plus riches du pays, mais aussi l’un de ses célibataires les plus recherchés. Rachel devient alors la cible de toutes les jeunes femmes de la bonne société singapourienne en mal de maris et, pire encore, de sa future belle-mère. Si l’amour ne s’achète pas, l’argent rend les situations parfois bien complexes…

Et je termine par mon dernier visionnage avec Crazy Rich Asians qui est très souvent recommandé ! Et j’ai pas mal aimé. 🙂 C’est un film plutôt original, et me retrouver dans une ambiance asiatique m’a vraiment bien plu. L’histoire d’amour est choupi et le film est dynamique, pile comme il faut. 🙂

Hiver 2019-2020 – CES FILMS QUE J’ATTENDS !

Hello, Hello! On se retrouve aujourd’hui pour un petit prévisionnel de ce que je compte aller voir au cinéma pour cet hiver ! Evidemment, cette liste est non-exhaustive, et surtout, n’hésitez-pas à me partager vos envies. Let’s go ! 🙂

Une nouvelle adaptation du classique de Louisa May Alcott, narrant l’histoire de quatre filles de la classe moyenne durant la Guerre de Sécession.

Inspiré de faits réels, Scandale nous plonge dans les coulisses d’une chaîne de télévision aussi puissante que controversée. Des premières étincelles à l’explosion médiatique, découvrez comment des femmes journalistes ont réussi à briser la loi du silence pour dénoncer l’inacceptable.

Hiver 1968. La légendaire Judy Garland débarque à Londres pour se produire à guichets fermés au Talk of the Town. Cela fait trente ans déjà qu’elle est devenue une star planétaire grâce au Magicien d’Oz. Judy a débuté son travail d’artiste à l’âge de deux ans, cela fait maintenant plus de quatre décennies qu’elle chante pour gagner sa vie. Elle est épuisée. Alors qu’elle se prépare pour le spectacle, qu’elle se bat avec son agent, charme les musiciens et évoque ses souvenirs entre amis ; sa vivacité et sa générosité séduisent son entourage. Hantée par une enfance sacrifiée pour Hollywood, elle aspire à rentrer chez elle et à consacrer du temps à ses enfants. Aura-t-elle seulement la force d’aller de l’avant ?

Après la perte de sa femme sept ans plus tôt, l’excentrique Dr. John Dolittle, célèbre docteur et vétérinaire de l’Angleterre de la Reine Victoria s’isole derrière les murs de son manoir, avec pour seule compagnie sa ménagerie d’animaux exotiques. Mais quand la jeune Reine tombe gravement malade, Dr. Dolittle, d’abord réticent, se voit forcé de lever les voiles vers une île mythique dans une épique aventure à la recherche d’un remède à la maladie. Alors qu’il rencontre d’anciens rivaux et découvre d’étranges créatures, ce périple va l’amener à retrouver son brillant esprit et son courage. Au cours de sa quête, le docteur est rejoint par un jeune apprenti et une joyeuse troupe d’amis animaux, dont un gorille anxieux, un canard enthousiaste mais têtu, un duo chamailleur entre une autruche cynique et un joyeux ours polaire, et enfin un perroquet entêté, le plus fiable conseiller et confident de Dolittle.

Vous connaissez l’histoire du flic, de l’oiseau chanteur, de la cinglée et de la princesse mafieuse ? Birds of Prey est une histoire déjantée racontée par Harley en personne – d’une manière dont elle seule a le secret. Lorsque Roman Sionis, l’ennemi le plus abominable – et le plus narcissique – de Gotham, et son fidèle acolyte Zsasz décident de s’en prendre à une certaine Cass, la ville est passée au peigne fin pour retrouver la trace de la jeune fille. Les parcours de Harley, de la Chasseuse, de Black Canary et de Renee Montoya se télescopent et ce quatuor improbable n’a d’autre choix que de faire équipe pour éliminer Roman…

Un baron de la drogue britannique décide de vendre son empire à des millionnaires américains.

Dans la banlieue d’un univers imaginaire, deux frères elfes se lancent dans une quête extraordinaire pour découvrir s’il reste encore un peu de magie dans le monde.