The boy next door de Penelope Ward

Chelsea se remet difficilement de la rupture avec son copain, Elec, mais elle a bien l’intention de tourner la page lorsqu’elle déménage et s’installe dans un nouvel appartement à San Francisco. Quant à elle, elle poursuit son travail d’éducatrice dans un centre qui accueille des ados. Tout irait pour le mieux si elle n’avait pas un voisin très irritant, un certain Damien, qui a en plus deux chiens qui aboient toute la journée, qui la réveillent régulièrement. Impossible de s’entendre avec cet homme arrogant, qui ne veut faire aucun effort. Mais il n’est pas facile d’éviter celui qui vit juste à côté de chez soi, surtout qu’il n’est pas qu’un simple voisin mais également le propriétaire de l’immeuble ! Au fil de leurs rencontres, Chelsea découvre en Damien une personne différente de ce qu’elle pensait et elle commence à s’interroger sérieusement sur lui. Pourquoi a-t-il l’air si seul et semble refuser tout engagement ? Cette question devient de plus en plus importante quand Chelsea se rend compte qu’elle est en train de craquer pour Damien. Et si lui aussi tombe visiblement sous son charme, il garde une distance prudente avec elle qui l’inquiète. A-t-elle une chance de s’engager dans une liaison durable avec cet homme qui reste très mystérieux ? Leur amitié naissante a-t-elle une chance d’évoluer vers une relation amoureuse ?

Mon avis : Coucou tout le monde! Aujourd’hui, je débute la semaine avec une chronique lecture. 🙂 Je vous parle de The boy next door de Penelope Ward. Pour la petite histoire, nous retrouvons ici un personnage féminin que nous avions déjà rencontré dans Step Brother. Chelsea est un peu le personnage qui a enduré la plus grosse rupture de sa vie dans le roman précédent. Et c’est encore difficile quand on la retrouve dans cette histoire. Par bonheur (ou pas en fait), elle va faire la connaissance de Damien, qui n’est autre que son voisin de palier. Et entre eux, ça va tout de suite être électrique.

Pour tout vous dire, j’ai nettement préféré cette romance, par rapport à la précédente (même si dans mon cœur, pour l’instant, c’est Room Hate qui reste mon préféré dans les romans de l’auteure que j’ai lu). On retrouve la plume de Penelope Ward, et surtout des personnages forts et intéressant, qu’on prend un vrai plaisir à suivre. En plus, on traverse un florilège d’émotions pendant toute notre lecture. On rit énormément mais on ressent également beaucoup d’empathie par les épreuves que les personnages traversent (surtout Damien, qui, une fois qu’on apprend ses failles, se révèle le petit ami parfait).

The boy next door est donc une romance pétillante et sexy qui m’aura fait passer un super moment. Une très bonne lecture que je vous conseille plus que fortement.

« Pourtant, dans la vie, il ne faut parfois pas attendre le bon moment. Une situation inattendue peut réunir les gens de façon totalement imprévue. »

La couverture VO

Mes avis sur d’autres livres de Penelope Ward :

Cocky Bastard
Room Hate ♥
Step Brother

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | 6 commentaires

Colette, réalisé par Wash Westmoreland

1893. Malgré leurs quatorze ans d’écart, Gabrielle Sidonie Colette, jeune fille à l’esprit rebelle, épouse Willy, écrivain aussi égocentrique que séducteur. Grâce à ses relations, elle découvre le milieu artistique parisien qui stimule sa propre créativité. Sachant repérer les talents mieux que quiconque, Willy autorise Colette à écrire – à condition qu’il signe ses romans à sa place. Suite au triomphe de la série des Claudine, il ne tarde d’ailleurs pas à devenir célèbre. Pourtant, tandis que les infidélités de Willy pèsent sur le couple, Colette souffre de plus en plus de ne pas être reconnue pour son œuvre…

Mon avis : Coucou ! Aujourd’hui, je vous parle du film Colette retraçant l’histoire de
Gabrielle Sidonie Colette, devenue une figure de la littérature française dans les années 1900. J’adore les biopics donc j’étais très impatiente de découvrir celui-ci. Et je ne suis pas déçue car j’ai passé un très bon moment au cinéma.

Bien que très classique dans sa réalisation, le film nous expose très bien la vie étonnante de cette femme. Keira Knightley porte très bien le rôle et même si je ne l’apprécie habituellement pas (ne me jetez pas des cailloux), je reconnais que les films d’époque sont ceux qui lui vont le mieux. La photographie du film ainsi que les décors sont très jolis. On est plongés entièrement dans l’histoire, et on n’en décroche à aucun moment. Et puis, Colette, c’est un personnage qu’on aime apprécier, tant pour son côté révolutionnaire, que pour ses avancées dans le monde littéraire de l’époque. Le film aborde très bien sa sexualité, l’ouverture au monde et les carcans de l’époque. Vraiment, c’était super intéressant. Le reste du casting est également très bien, autant dans les acteurs connus que dans les autres !

Néanmoins, j’avoue que je regrette tout de même que le film s’arrête au moment où Colette s’émancipe réellement, et j’aurais aimé en savoir davantage sur sa vie (On a droit à des explications à l’écran, mais j’avoue que c’est un peu frustrant). Preuve que je me sentais bien dans le long-métrage!

Je n’ai plus qu’une chose à dire. Si vous en avez l’occasion, je vous conseille de voir ce film. C’est un très bon biopic. 🙂

Le truc en + : Les oeuvres de Colette ont été de nombreuses fois adaptées au cinéma, les plus connues étant Gigi de Vincente Minelli (1958) et Chéri de Stephen Frears (2009). L’écrivaine française a quant à elle été incarnée à l’écran par notamment Mathilda May dans Devenir Colette et par Marie Trintignant dans le téléfilm Colette, une femme libre réalisé en 2003 par sa mère Nadine Trintignant.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | 12 commentaires

Bilan du mois – Janvier 2019

Coucou à tous ! On se retrouve aujourd’hui pour un nouvel article. Petit récap de ce que j’ai vu et lu pendant le mois de janvier. C’est parti !  (Certaines miniatures vous donnent accès aux différentes chroniques éditées sur le blog).

Les livres

Ma meilleure lecture du mois :

Et les autres :

Les films

Le meilleur film du mois :

Et les autres :

Les séries

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | 4 commentaires

My escort love de Laura S. Wild – Mon avis sur la duologie

Constance Pradel est jolie, un peu timide, passionnée de dessin et surtout… vierge. Complexée par cette situation, elle décide de faire appel à un escort boy pour y remédier. C’est ainsi que Noah entre dans sa vie… Et s’il ne lui faisait pas seulement découvrir les plaisirs de la chair, mais aussi les émois de l’amour ? 

Mon avis : Hello, hello!  Aujourd’hui, on parle duologie livresque sur le blog, car ça y est, j’ai découvert la plume de Laura S. Wild avec sa saga My escort love. J’ai eu la chance de rencontrer l’auteure au Festival New Romance 2018, et le courant était immédiatement passé. Une de mes amies étant très fan de cette saga, il fallait vraiment qu’à mon tour, je m’y mette. Et je ne regrette absolument pas car j’ai adoré ces deux romans.

J’ai été emportée par la plume de l’auteure. L’histoire d’amour liant Constance et Noah nous fait penser à ce qu’il y a de plus pur dans l’attachement amoureux. Rien ne semble forcé, bien au contraire. Grâce à Noah, Constance va trouver la force de s’affranchir, de devenir enfin elle-même, tant dans ses envies professionnelles que personnelles. Elle va avoir le courage d’affronter les siens, après s’être laisser écrasée pendant des années. Et j’ai été très touchée par ce personnage. Évidemment, Noah est super aussi et je l’ai encore davantage aimé dans le tome 2, car il se remet beaucoup en question. J’ai également beaucoup aimé le fait que Laura S. Wild n’ai pas peur de faire faire des erreurs à ses personnages. Ils ont un côté profondément humains et vrais. La romance est belle, tendre et c’est un plaisir à découvrir. Dans les points positifs, je noterai également les personnages secondaires qui apportent du pétillant à l’histoire, et de la légèreté bienvenue à de nombreux moments.

Ce qui m’empêche de mettre la note coup de cœur, c’est quelques événements présents dans le second tome et peut-être également le fait que c’est une romance où les personnages n’ont pas peur de dévoiler leurs sentiments, et se disent des mots d’amour à tout va, tous les 5 mots. Et a certains moments, ça m’a semblé légèrement too much. Rien de grave, mais c’est vrai que je me suis fait plusieurs fois la réflexion.

Il est clair que je vous conseille My escort love, j’ai déjà hâte de découvrir l’autre saga de Laura S. Wild qui rencontre un succès assez fou ! Vous réentendrez parler d’elle sur mon blog, c’est sûr.

« Trois semaines. C’est le temps qu’il m’aura fallu pour tomber sous le charme de cette fille, de cette femme, qui est l’exact opposé de moi. »

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | 4 commentaires

La mule, réalisé par Clint Eastwood

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain. Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un « supérieur » chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à lui : l’agent de la DEA Colin Bates est plus qu’intrigué par cette nouvelle « mule ». Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre…

Mon avis : Hello, hello ! Aujourd’hui, on parle de La mule, dernière réalisation du grand Clint Eastwood. Pour ce film, il se retrouve derrière et devant la caméra et vraiment, même à 88 ans, il prouve une nouvelle fois un talent indéniable, quelle que soit la casquette qu’il porte. J’ai beaucoup aimé mon visionnage. 🙂

En fait, par ce film, on a l’impression que Clint Eastwood tente de nous faire passer des messages, comme s’il était en quête de rédemption. Il y a quelques années, j’avais lu une biographie sur lui, et quand on creuse un peu, on se rend compte à quel point il a pu négliger sa famille au profit de son travail, et que c’est un homme ayant quelques regrets sur sa vie passée. Et La mule traduit tellement tout ça qu’on ne peut qu’être profondément touché par le film. Ce film s’inspire de faits réels, et j’ai trouvé Eastwood totalement en phase avec ce personnage. On s’attache à lui malgré ses erreurs et on souhaite vraiment une réconciliation entre lui et sa famille (sa fille dans le film est d’ailleurs jouée par Allison Eastwood, sa vraie fille donc, et ça rajoute une certaine dimension aux relations évoquées).

Pour ce qui est du film en tant que tel, il est agréable à visionner, et les moments clés sont assez forts et percutant. La réalisation est classique mais bien menée, on a sans cesse envie de savoir ce qu’il va advenir des personnages.

Malgré tout, le film n’échappe pas à certains défauts. La première heure est plutôt longuette et la partie consacrée aux flics est plutôt sous-exploitée. En plus, Eastwood nous présente des personnages, qui au final, n’auront plus aucune importance par la suite, et c’est bien dommage. Mais j’avoue que ça n’a pas entaché mon ressenti par rapport au film.

Bref, un film à ne pas louper, selon moi ! 🙂

Le truc en + : La Mule est inspiré de la vie de Leo Sharp (Earl Stone dans le film), vétéran de la Seconde Guerre mondiale. Ce dernier est devenu dans les années 80 le transporteur de drogue le plus âgé et le plus prolifique du Cartel de Sinaloa.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | 8 commentaires

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, saison 3

Les orphelins Baudelaire pensaient avoir survécu au pire après avoir échappé à l’horrible attaque du comte Olaf au cirque. Malheureusement, le pire reste encore à venir : le comte et sa bande ont réussi à mettre la main sur Prunille ! De leurs côté, Violette et Klaus se précipitent vers une mort certaine. Les orphelins vont devoir survivre pour affronter le comte une bonne fois pour toute et découvrir les derniers secrets de cette histoire sordide. Ils devront donc être plus unis que jamais pour affronter les derniers dangers et leur ennemis de plus en plus nombreux.

Mon avis : Coucou tout le monde! Aujourd’hui, je vous retrouve pour parler série car ce week-end, j’ai enfin mis le point final à la série concernant les orphelins Baudelaire. Et comme pour la deuxième saison, ce fut une véritable déception. Je me suis d’ailleurs forcée à la terminer pour enfin connaître le fin mot de l’histoire…. Et même la toute fin, je ne l’ai pas trouvée à la hauteur.

Je pourrai faire une énumération assez longue de tout ce qui m’a déplu mais en résumé, c’est vraiment au niveau de l’histoire que ça n’a pas fonctionné avec moi. Je me suis ennuyée pendant tout le visionnage, et je n’ai plus trouvé aucun intérêt à l’histoire. En plus, les personnages sont bêtes (et de plus en plus au fil de la série), et le tout est tellement répétitif, que ça m’a donné le tournis. Les méchants sont tellement caricaturaux et insipides que vraiment, je n’ai plus pu accrocher – et c’est drôle, car au départ, c’est ce que j’aimais dans la première saison.

Evidemment, je reconnais la qualité de réalisation ainsi que le talent des acteurs, mais malheureusement, ça ne suffit pas! Un conseil, si vous n’avez pas encore commencer cette série, ne vous y plongez pas forcément. Il y a bien d’autres choses, bien meilleures !

Le truc en + : Le comte Olaf possède un tatouage distinctif sur la cheville. Dans la première saison, Neil Patrick Harris portait un faux tatouage, jusqu’à ce qu’il décide de se faire réellement tatouer. Dans les deux saisons suivantes, c’est donc un vrai tatouage qu’arbore l’acteur.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Séries TV | 4 commentaires

Lilly the Kid de Lisa Mars

Lilly est amoureuse de Simon depuis qu’elle est enfant. Il est beau, intelligent, joue de la guitare, compose ses propres chansons et… a neuf ans de plus qu’elle. Le prince charmant idéal (ou presque). Simon ne regarde pas Lilly comme elle le voudrait. Pour lui, elle ne sera jamais que « Kid » : la petite sœur complice qu’il n’a jamais eue, celle avec qui il passe tous ses étés. Pourtant, le jour des dix-sept ans de Lilly, tout va basculer… Lorsqu’ils se retrouvent, sept ans plus tard, plus rien ne les lie. Simon est devenu une star internationale de rock ; Lilly travaille dans l’événementiel en province. À défaut de rattraper le temps passé, pourront-ils changer le futur ?

Mon avis : Coucou tout le monde! On se retrouve pour parler bouquin avec le premier roman de Lisa Mars, sorti l’an dernier, et qui me tentait énormément. Il faut dire que j’avais lu énormément d’avis positifs et que le synopsis annonçait une jolie histoire. Et je ne me suis pas trompée, ce roman était juste un petit bonbon à déguster d’une seule traite.

Il est court (200 pages) et va droit au but. On a une alternance de points de vue, mais aussi une alternance d’époques vu qu’on découvre le passé de nos personnages et ce qui les a mené à leur relation conflictuelle actuelle. Lilly the Kid est une vraie jolie romance, au sens brut du terme. De plus, la moitié, on a droit à un petit retournement de situation que je n’avais pas vu venir, et ça fait plaisir de se laisser surprendre de cette façon. J’ai beaucoup aimé les personnages, et je me suis énormément attaché à Lilly !

La relation entre nos personnages est belle et tendre, et semble naître comme une évidence. Et ce fut magique à lire. Vraiment, je ne peux que vous conseiller ce joli roman. Et puis, petite mention spéciale à cette jolie couverture qui change un peu de ce qu’on voit habituellement dans la romance !

« C’est pas le prince charmant qui n’existe pas, juste les princesses qui ne croient plus aux contes de fées. »

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | Laisser un commentaire

Ben is back, réalisé par Peter Hedges

La veille de Noël, Ben, 19 ans, revient dans sa famille après plusieurs mois d’absence. Sa mère, Holly, l’accueille à bras ouverts tout en redoutant qu’il ne cède une fois de plus à ses addictions. Commence alors une nuit qui va mettre à rude épreuve l’amour inconditionnel de cette mère prête à tout pour protéger son fils.

Mon avis : Hello, hello ! Aujourd’hui, je vous retrouve pour parler cinéma avec mon avis sur Ben is back, mettant en scène la magistrale Julia Roberts et l’acteur désormais en vogue, Lucas Hedges. Un film fort, sur une relation mère/fils difficile. Comment réagir face à un adolescent toxicomane qui revient la veille de noël, en quête de rédemption ?

Ben is back possède bon nombre de qualités. Dans sa réalisation d’abord, où la tension monte crescendo. On sait qu’à un moment ou à un autre, le film va partir en cacahuète, mais on ne sait pas à quel moment. Les acteurs sont juste excellents, tout en retenue, et c’est beau à voir au cinéma. Le film a également la qualité de ne pas être trop long (1h40), ce qui fait que le rythme est soutenu ! Et j’ai également apprécié qu’on ne vire pas dans le thriller et que le film s’ancre vraiment dans le drame, ça permet de rester centrer sur le sujet que l’on traite, et de la bonne façon, en tout cas selon moi. Et je mentionnerai également le côté émouvant du film. La scène à l’église m’a particulièrement touché.

Néanmoins, j’ai trouvé aussi quelques défauts au film. Peut-être un côté un peu trop lisse qui nous empêche de se lâcher complètement, et de s’investir à 100% avec les personnages. En plus, j’avoue avoir du mal avec les fins si abruptes, et je suis donc ressortie du film complètement frustrée. On ne comprend pas le message, ni les pensées de Ben à ce moment-là, et vraiment, avec un sujet comme ça, il aurait été intéressant d’aller plus loin.

Ben is back est donc un bon film, mais qui n’échappe pas à quelques points négatifs. Je vous invite à vous faire votre propre avis car il vaut le coup d’œil.

Le truc en + : Julia Roberts n’a réclamé aucun changement dans le scénario de Ben is back mais elle a formulé une demande par rapport au casting. Impressionnée par la prestation de Lucas Hedges, le fils du réalisateur, nommé aux Oscars pour son rôle d’adolescent orphelin dans Manchester by the sea, elle a insisté auprès du réalisateur pour qu’il lui confie le rôle-titre

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | 8 commentaires

No love no limits de Mag Maury

Accro à l’adrénaline, Lucas n’obéit qu’à une règle : ne jamais s’attacher, toujours rester libre. Douce et sensible, Marie refuse de tomber amoureuse. Ils n’auraient jamais dû se rencontrer, mais le chien de Marie provoque un accident qui bousille la moto de Lucas. Et elle n’a pas les moyens de payer les réparations. Qu’à cela ne tienne, Lucas a une idée lumineuse ! Elle se fait passer pour sa copine, et il éponge sa dette. Simple, non ? Sauf quand chacun est la plus grande tentation de l’autre…

Mon avis : Coucou les loulous!  Aujourd’hui, on parle bouquins avec mon avis sur une nouvelle romance ! J’ai récemment lu No love no limits, publié aux éditions addictives ce mois-ci, et j’ai passé un super moment en compagnie de Marie et Lucas, nos protagonistes principaux.

Bon déjà, quand j’ai lu le synopsis, je savais déjà que j’allais passer un bon moment. J’aime beaucoup ce scénario : deux personnes se retrouvant, par un concours de circonstance, à se faire passer pour un couple pendant une durée donnée. (Dans le genre, j’avais d’ailleurs beaucoup aimé Une semaine avec lui de Monica Murphy ou Love deal d’Alfreda Enwy). Et j’ai vraiment passé un super moment grâce à la plume de Mag Maury, auteure que j’ai découvert grâce à ce bouquin. Elle a un humour assez prononcé, et tout le roman en est donc teinté. On retrouve, mêlé à cela, une pléiade d’émotions, surtout grâce aux personnages, qui sont très bien écrits. Il y a d’ailleurs quelques scènes assez fortes, qui m’ont beaucoup émues. Les personnages et leur passé sont très intéressants et on apprend à les connaître au fil des pages, et on s’attache très fortement à eux.

No love no limits est une romance épicée et adorable qui je pense pourra plaire à bon nombre d’amateurs de romance ! L’histoire est super sympa, et on ne s’ennuie pas une seule seconde ! A découvrir selon moi…. 🙂

« C’est parfois dans un sourire, dans un regard, que sont cachés les mots qu’on n’a jamais su dire. Je réalise soudain que je m’apprête à connaitre de nombreux tourments. »

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | 2 commentaires

Gilmore Girls, une nouvelle année

Trois générations de femmes Gilmore font face au changement et à la complexité des liens familiaux qui les unissent pendant une année à Stars Hollow.

Mon avis : Quel plaisir de retrouver mes héroïnes chéries, après les avoir quitter récemment, à la fin de la saison 7 ! Si vous avez vu mon article consacré à Gilmore Girls, vous savez que j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette série, et qu’il me tardait donc d’enchaîner avec les 4 nouveaux épisodes, sortis en 2016.

Hé bien, pour être honnête, j’ai un peu traînassé…car j’ai trouvé les épisodes bien trop longs (1h30 chacun quand même) et je n’ai pas trouvé d’intérêt à tous les événements (toute la partie musicale m’a vachement ennuyée par exemple, j’ai même avancé quelques scènes). Ces nouveaux épisodes font énormément de clins d’œils à la série originelle, et même si c’est sympa par moment, ça semble un peu redondant quand on vient juste de visionner les 7 saisons précédentes. J’avoue également n’avoir pas compris certains comportements des personnages, que je les ai parfois trouvé bien loin de ce qu’ils étaient auparavant. On est bien d’accord qu’on change au fil du temps, mais je sais pas…je n’ai pas adhéré à la relation Rory/Logan par exemple et au comportement de Rory en général en fait, ou même à l’idée de Lorelaï de faire appel à une mère porteuse… Et puis, il y a beaucoup de choses inutiles, et à côté de ça, on survole complètement certains personnages, qui auraient mérités d’être approfondis (On en parle de Lane, qui fait uniquement de la figuration, pour ainsi dire?!).

Evidemment, je vois également de nombreux points positifs. Déjà, c’est magnifique d’offrir ce happy end tant attendu pour Luke et Lorelaï, qui le méritent tellement. J’ai vraiment été très émue grâce à eux. On retrouve également la qualité des dialogues et l’humour caractéristique de la série, et de ce côté là, c’est un réel plaisir. J’ai adoré l’hommage fait à Edward Herrmann (Richard Gilmore), malheureusement décédé. Il y a vraiment de belles scènes poignantes (notamment l’échange téléphonique entre Lorelaï et Emily lors du dernier épisode). Et puis, la relation Rory/Lorelaï est toujours aussi adorable, même 10 ans après la fin de la saison 7.

Petit mot sur la scène finale totalement frustrante (IL NOUS FAUT UNE SUITE!!!) et qui relance clairement l’intérêt des spectateurs. C’est une fin intelligente, qui donne de l’espoir et correspond bien à la série, mais c’est une torture de nous laisser comme ça…

Bref, une saison indispensable pour tous les fans qui se respectent, mais mi-figue, mi-raisin concernant l’ensemble. Du bon et du moins bon, voilà tout… 🙂

Le truc en + : Dans cette nouvelle saison, Rory a le même âge qu’avait Lorelaï dans le 
tout premier épisode de la saison 1.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Séries TV | 6 commentaires