Cocky bastard de Vi Keeland et Penelope Ward

Chance est frimeur, charmeur, amusant. Aubrey est sérieuse et sort d’une déception amoureuse. Et même si ce n’est pas son type d’homme, il est plutôt irrésistible.
Ils vont se rencontrer au fin fond du Nebraska. Tous deux à un tournant de leur vie, ils se dirigent chacun vers la Californie. Le destin va faire en sorte qu’ils fassent route ensemble. Leur histoire paraît toute tracée mais Chance n’a pas tout dit et la fin du voyage ne correspond pas forcément à ce qu’Aubrey avait prévu.
Le destin leur offrira-t-il une seconde chance ?

Mon avis : Hello, hello ! On se retrouve aujourd’hui pour parler livre avec une très chouette romance que j’ai découvert récemment ! Cocky Bastard se divise clairement en deux parties distinctes mais toute aussi sympa l’une que l’autre. J’ai adoré les personnages. Ils ont de la répartie, sont très affirmés et également très drôles. L’histoire est complètement addictive et j’ai toujours eu  un faible pour les road trips de ce genre (sur le début, ça m’a un peu rappelé Loin de tout que j’avais beaucoup aimé également). Au milieu du livre, on a droit à un petit twist que je n’avais pas vu arriver et je le mentionne car il est rare que ce genre de livre me surprenne de cette manière.

Au delà de ça, les deux auteures n’oublient pas l’émotion et les sentiments, et j’ai beaucoup aimé la manière dont Chance va prendre le temps de conquérir Aubrey. Il y a un côté très romantique que j’ai bien apprécié. Arrivée à la fin, je n’avais pas envie de quitter cette histoire tant je m’y sentais bien. Vraiment un très joli moment, que je vous conseille. C’est un livre parfait pour cette saison, qui plus est. 🙂

« Parfois il faut tout perdre pour comprendre ce dont on à réellement besoin. »

Pour découvrir Vi Keeland :

Boss Man

Pour découvrir Penelope Ward :

Room Hate
Step Brother

Envie de l’acheter ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | 2 commentaires

Le cercle littéraire de Guernesey, réalisé par Mike Newell

Londres, 1946. Juliet Ashton, une jeune écrivaine en manque d’inspiration reçoit une lettre d’un mystérieux membre du Club de Littérature de Guernesey créé durant l’occupation. Curieuse d’en savoir plus, Juliet décide de se rendre sur l’île et rencontre alors les excentriques membres du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates dont Dawsey, le charmant et intriguant fermier à l’origine de la lettre. Leurs confidences, son attachement à l’île et à ses habitants ou encore son affection pour Dawsey changeront à jamais le cours de sa vie.

Mon avis : Hello tout le monde, je reviens aujourd’hui avec mon avis sur Le cercle littéraire de Guernesey, pour lequel j’ai eu un véritable coup de cœur ! J’avais lu le livre dont est tiré cette histoire Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates il y a de ça plusieurs années, et j’avoue n’en avoir que peu de souvenirs. Du coup, j’ai redécouvert cette histoire d’un œil nouveau, et je l’ai tout simplement adoré !

Tout est génial dans ce film. L’histoire d’abord qui est touchante, réaliste et pleine de sentiments profonds. Le casting ensuite, avec surtout Lily James que j’ai trouvé vraiment adorable dans ce rôle. Elle porte très bien le rôle et on s’attache beaucoup à elle. Le rythme du film est bien mené, et les alternances passé/présent permettent de ne jamais s’ennuyer.

La petite fleur bleue en moi a adoré la petite romance incrustée dans l’histoire. Sans être totalement gnangnan, j’ai trouvé les personnages tellement chouette que j’ai même difficile d’en parler correctement aha. Le cercle littéraire de Guernesey m’a fait pensé au livre/film Elle s’appelait Sarah et je pense que si vous aimez l’un, vous apprécierez l’autre.

Bref, je vous conseille fortement de vous déplacer au cinéma. C’est un magnifique moment à voir sur grand écran, selon moi !

Le truc en + : Le Cercle littéraire de Guernesey est un film adapté du roman épistolaire Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates écrit par Mary Ann Shaffer et Annie Barrows et paru en 2008 aux Etats-Unis. Le titre anglais du film, qui reprend celui du roman original, The Guernsey Literary And Potato Peel Pie Society est un des plus longs de l’histoire du cinéma.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | 17 commentaires

13 Reasons Why, saison 2

Le procès de l’affaire Hannah contre le lycée Liberty commence…

Mon avis (risque de spoilers) : Hello, hello ! Aujourd’hui, je reviens avec mon avis sur la deuxième saison de 13 Reasons Why. Ayant beaucoup aimé la première saison sortie l’année dernière, il était certain que je regarderai celle-ci. Et personnellement, je fais partie de ceux qui ont aimé, et qui ont regardé la série en seulement quelques soirées…

On retrouve donc l’ensemble des personnages de la première saison, 6 mois après le drame du suicide de Hannah. Chacun tente de faire face comme il  le peut, surtout quand commence le procès intenté contre l’école… Et sincèrement, à part les 2-3 premiers épisodes qui sont plus lents, je trouve que le reste s’enchaîne très vite, et l’ensemble est bien rythmé (selon moi en tout cas). J’étais sceptique quant au renouvellement de la série et franchement, je l’ai trouvée utile et intéressante. Je me suis attachée aux personnages, j’ai souffert avec eux, et j’ai même pleuré à plusieurs reprises… La série laisse place à de nouvelles amitiés, de nouvelles relations, se tissant peu à peu après le drame, et j’avoue avoir beaucoup apprécié. J’aime penser que du malheur absolu peut jaillir des choses positives.

Il y a quelques points négatifs, comme les « apparitions » d’Hannah qui m’ont parfois saoulée et bon, comme beaucoup, je n’ai pas spécialement trouvé la fin nécessaire. Les scénaristes vont un peu trop loin à mon goût et malgré tout, on s’éloigne un peu du sujet de départ. Mais voilà, pour moi, cette saison vaut le coup d’oeil. Comme l’année dernière, c’est un petit coup de poing qu’on se prend en pleine face et dont on ne ressort pas vraiment indemne.

Le truc en + : Katherine Langford (Hannah) a auditionné pour les deux rôles de Hannah et Jessica, avant qu’elle obtienne le rôle principal féminin.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Séries TV | 4 commentaires

Everybody Knows, réalisé par Asghar Farhadi

A l’occasion du mariage de sa sœur, Laura revient avec ses enfants dans son village natal au cœur d’un vignoble espagnol. Mais des évènements inattendus viennent bouleverser son séjour et font ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui.

Mon avis : Coucou les loulous ! Aujourd’hui, je vous parle de Everybody Knows, un des derniers films que j’ai vu au cinéma. J’avoue que j’en avais peu entendu parler et c’est par hasard que j’ai fait la démarche d’y aller (c’est surtout grâce au casting, il faut le dire). J’en ressors plutôt mitigée dans l’ensemble, car j’ai beaucoup moins apprécié la deuxième partie (mais le film possède bon nombre de qualités!).

Dans ce que j’ai aimé, il y a tout d’abord l’ambiance du film. On est en Espagne, dans une fête de famille et l’ambiance est juste merveilleuse. J’ai adoré toutes les scènes du mariage, si typiques aux méditerranéens et aux familles espagnoles. J’ai également beaucoup aimé le choix des acteurs. Penelope Cruz particulièrement, est juste divine dans son rôle. Elle donne une force folle à son personnage de mère meurtrie. Javier Bardem est très impressionnant également, son personnage m’a beaucoup touché.

Autant la première partie est géniale, autant j’ai eu beaucoup de mal avec la suite. Certains retournements de situations surviennent mais l’ensemble n’est pas assez développé. Du coup, on ressort avec énormément de frustration. Quand le générique de fin apparaît à l’écran, c’est un grand « maiiiiis noooon » qui est sorti de ma bouche, tant il manque quelque chose à mes yeux. Le dénouement de l’enquête posée par le film n’est pas très surprenant et c’est dommage.

Pour autant, je ne vous déconseille pas Everybody knows, bien au contraire. Je pense qu’il vaut le coup d’oeil, c’est juste qu’avec moi, un petite pointe de déception me transperce toujours. 🙂

Le truc en + : Les deux rôles principaux d’Everybody Knows ont été spécialement écrits pour Penélope Cruz et Javier Bardem. Ces derniers ont été attachés au projet dès le début et n’ont cessé de s’entretenir avec Asghar Farhadi durant les quatre années d’écriture.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | 4 commentaires

Bilan du mois – Mai 2018

Coucou à tous ! On se retrouve aujourd’hui pour le bilan du mois. Petit récap de ce que j’ai vu et lu, c’est parti ! 🙂 (Certaines miniatures vous donnent accès aux différentes chroniques éditées sur le blog).

Les livres

Les films

Les séries

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Rendez-vous | 4 commentaires

Les Renegades. 2, Nova de Rebecca Yarros

Landon Rhodes. Star incontestée des sports extrêmes, mondialement connu pour son talent fou et son audace. On dit qu’un jour une fille lui a brisé le cœur et que c’est ce qui l’a rendu imprudent, obstiné, parfois même irresponsable. Cette fille, c’est moi. On m’accuse d’avoir été une malédiction pour sa carrière, sauf que Landon et moi connaissons tous les deux la vérité : c’est lui qui m’a brisée. Pourtant, si j’embarque aujourd’hui pour la même croisière que lui, ce n’est pas pour me faire justice. Ce tour du monde, c’est le rêve d’une vie et je ne laisserai pas Landon Rhodes me voler plus que ce qu’il m’a déjà pris…

Mon avis : Coucou tout le monde ! On se retrouve aujourd’hui pour parler livre avec le deuxième tome de la saga Renegades de Rebecca Yarros. J’avais lu le premier tome Wilder l’été dernier, et j’avais passé un bon moment. C’est donc avec plaisir que je me suis plongée dans ce nouvel opus, mettant en scène Nova et Landon.

Je vous l’avoue, j’ai préféré le premier tome qui était une vraie nouveauté dans le genre. Une belle romance mêlant action, croisière dépaysante et même du suspens. Pour le coup, celui-ci est un peu en dessous même si le personnage de Landon est complètement craquant. La romance est mignonne mais ne m’a pas fait déclenchée des milliers d’émotions non plus. Je lis énormément ce genre donc disons que je n’ai vécu aucune surprise à la lecture de ce livre. Par ailleurs, l’écriture de l’auteure est toujours aussi fluide, addictive et facile à lire. C’est le genre de roman qu’on dévore en 2 soirées de lecture intensive.

Je pense que si vous avez aimé le premier qu’il est tout de même indispensable de lire celui-ci. On se remet très facilement dans cet univers atypique ! C’est un roman juste parfait pour des vacances au soleil ! 🙂

Envie de l’acheter ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | Laisser un commentaire

MILF, réalisé par Axelle Laffont

Trois amies d’enfance partent dans le Sud vider la maison de l’une d’entre elles, afin de la vendre. Pendant ces quelques jours, elles vont devenir les cibles privilégiées de trois jeunes garçons, pour qui ces femmes seules, approchant la quarantaine, sont bien plus séduisantes que les filles de leur âge… Cécile, Sonia et Elise découvrent avec bonheur,qu’elles sont des MILF !

Mon avis : Hello, hello ! Je vous parle cinéma aujourd’hui avec ma chronique sur MILF, premier film réalisé par l’excellente humoriste/comédienne Axelle Laffont. Bon, j’avoue que j’ai été agréablement surprise par ce long-métrage (mais pas autant que je l’ai été pour Larguées) mais il ne possède pas que des qualités, il faut le dire.

Dans les points positifs, j’ai adoré l’audace du film. Axelle Laffont livre un film piquant, actuel et même osé je dirais. Et dans le paysage des comédies françaises, elle sort son épingle du jeu. En plus, je trouve que par les personnalités de 3 femmes différentes, la réalisatrice parvient à tirer un portrait intéressant de l’image qu’on peut avoir des MILF (bon sang que j’aime pas ce mot – ces femmes séparées, ou célibataires, frôlant la quarantaine, qui ont envie de séduire et se sentir encore « femme », en utilisant largement leur potentiel de séduction). J’ai également beaucoup aimé le rapport posé entre l’amour et la séduction, qui n’est parfois séparé que d’un rien.

Dans les points négatifs, je dirais d’abord qu’il y a un manque cruel de profondeur dans le propos. Le sujet est tellement intéressant (il y a une scène où le personnage d’Axelle Laffont m’a énormément touchée – vers la fin et je trouve dommage que l’on n’a pas approfondit tout ça) qu’il semble survolé. On insiste beaucoup sur le caractère sexuel des choses, en oubliant certaines autres phases d’une relation, et c’est dommage également. Je n’ai pas spécialement apprécié la plupart des dialogues qui, à mon sens, ne volent pas très haut, et entachent bien trop souvent le film.

Bref, un avis en demi-teinte pour moi ! MILF ne mérite pas spécialement un visionnage au cinéma mais pourquoi pas plus tard, à sa sortie en DVD. 🙂

Le truc en + : Le terme MILF, qui est aujourd’hui beaucoup utilisé, signifie en anglais « Mother I’d Like to Fuck », littéralement « Mère que j’aimerais baiser » en français, et renvoie avant tout à un style pornographique centré sur des femmes qui ont entre 35 et 65 ans. S’il existe depuis le milieu des années 1990 dans la pornographie, c’est via le cinéma que le mot MILF a été popularisé, grâce au film American Pie sorti en 1999.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Pause Cinéma ! | 2 commentaires

A l’attaque de nos PAL #4

Hello, hello ! On se retrouve aujourd’hui pour le rendez-vous du A l’attaque de nos PAL, en partenariat avec ma copinaute Sphinxou.

Rappel des règles du challenge : Nous choisissons tous les mois 3 livres dans la PAL de l’autre et le but est d’en sélectionner un, de le lire et de le chroniquer.

Le choix de Sphinxou pour Mai :

Jean et Clara devraient bientôt se séparer :
elle regagnerait Versailles, il retournerait dans la clandestinité.
– Pourquoi êtes-vous allé à l’école ? demanda-t-elle.
– Je voulais apprendre.
– Et qu’avez-vous appris ?
– L’alphabet, l’écriture, l’arithmétique… comme tout écolier, je suppose.
– Vous comptiez en faire quoi ?
Il haussa les épaules.
– Je ne sais pas au juste. Ceux qui gouvernent savent,
alors je pensais que c’était bien de savoir.
Que ça améliorerait ma vie.

Et si le passé avait été différent, quel serait notre présent ?
Un monde scindé en deux.
Les riches détenant le savoir, les pauvres condamnés à l’ignorance.
Il y a ceux qui acceptent, s’oublient dans le silence.
Mais il y a ceux qui se battent pour qu’une société plus juste émerge enfin.

Mon avis: Ce genre de rendez-vous est juste parfait pour sortir de ma zone de confort, et pour déterrer des livres qui sont dans ma PAL depuis bien longtemps. Je suis ravie d’avoir découvert ce bouquin car c’est pour moi une réelle belle découverte. Pierre Bordage est un excellent écrivain, autant accessible pour les ados que pour les adultes. Ce n’est pas un roman que je qualifierai d’addictif car j’ai du prendre le temps de le lire (on  constate quelques longueurs dans le premier quart), mais il est passionnant et surtout super intéressant.

L’auteur nous plonge donc dans une uchronie (récit d’événements fictifs à partir d’un point de départ historique) où le progrès sous toutes ses formes est censuré, spécialement pour les classes de la population les plus pauvres. L’éducation est réservée aux riches et les pauvres sont appelés les  « cous noirs », ils ne sont pas instruits et la culture et le savoir n’est pas pour eux. On suit deux personnages, Jean et Clara, que j’ai beaucoup aimé (et j’ai eu une préférence pour Jean!), l’un pauvre, l’autre riche. Jean n’ayant pas accès au savoir, il apprend clandestinement, pour sortir de sa condition et pour combattre le système en place. Le roman est donc rempli de rebondissements, et tout s’enchaine au fur et à mesure qu’on dévore les pages.

Évidemment, Pierre Bordage insiste continuellement sur l’importance du savoir dans notre société. On se rend compte de la chance qu’on a d’aller à l’école librement, et de choisir en métier. Vraiment, c’est un roman qui fait réfléchir, et qui remet beaucoup de choses en perspective!

Dans un certain côté, le livre m’a légèrement rappelé Entre chiens et loups de Malorie Blackman. Je pense que si vous l’avez aimé, vous pourriez aimer ce récit de Pierre Bordage. A découvrir ! 🙂

« Nous pensons, et vous aussi sans aucun doute, qu’un royaume digne de ce nom, une nation moderne, ne se construit pas en laissant l’écrasante majorité de sa population dans l’ignorance. »

Envie de l’acheter ?

Découvrez le livre sélectionné par Sphinxou. 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Rendez-vous | 7 commentaires

Riverdale, saison 2

Tandis que Fred est entre la vie et la mort, les amis entourent Archie, bouleversé. Jughead et Betty enquêtent pour trouver ce qui a pu motiver le tireur…

Mon avis : Hello, hello ! On se retrouve aujourd’hui pour parler de la saison 2 de Riverdale, qui s’est terminée tout récemment… Plutôt mi-figue mi-raisin concernant ces 22 épisodes… Je lui accorde tout de même une bonne note même si au moment où j’écris ces lignes, je suis encore indécise. Disons que la série a toujours des qualités: il y a de l’action, les personnages sont plutôt attachants et vraiment, l’intrigue est prenante. Du coup, malgré tout, j’ai enchaîné les épisodes (avec une petite pause quand même) et j’ai suivi la série assidument. Mais malheureusement, plusieurs points viennent entacher la qualité que la série avait dans la saison 1.

Déjà, la série se prend, à mon goût, beaucoup trop au sérieux. Ce qui engendre un manque de réalisme flagrant dans plein de moments différents. En fait, ça ne colle plus du tout à la réalité, et ça m’a fortement dérangé (sérieux, enquêter sur des meurtres semblent tellement facile. On dirait qu’ils n’ont JAMAIS peur….hé ho, les gars, vous êtes des ados hein!). Ensuite, certains personnages sont à baffer, mais alors vraiment. Arrivée au 3/4 de la saison, je ne pouvais plus encadrer Betty et c’est malheureux car au fond, c’est un personnage que j’adore. Ensuite, l’intrigue autour des Serpents prend beaucoup trop de place et j’ai eu un profond désintérêt à de multiples reprises. Bon, et sérieux, l’épisode musical, il y a besoin d’en parler ? Je m’excuse mais non, là c’était pas possible !

L’ensemble ressemble à un plat pas trop mauvais mais qu’on aurait mal digéré. Je ne suis pas du tout dans l’attente de la prochaine saison (mais que voulez-vous, je suis un mouton, il est clair que je regarderai) et je reste un peu déçue… Heureusement, je suis fan de Junghead et FP, et ils sauvent cette saison, sans aucun doute !

Bref, une chronique mitigée pour une série au potentiel énorme. J’ai hâte d’avoir vos avis si vous l’avez suivie, au même rythme que moi. 🙂

Le truc en + :  Théâtre des aventures d’Archie Andrews et toute sa bande depuis 1941, Riverdale est une ville fictive. Depuis le lancement de la série de comics qui inspire la série, une foule de détails a été donnée sur cette commune. Problème : ces indications sont souvent contradictoires. A tel point que les observateurs pourraient parfois situer la ville dans le Midwest, sur la côte est américaine, mais aussi au Canada, en Angleterre… si ce n’est au Mexique.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Séries TV | 2 commentaires

2 romances made in Alfreda Enwy

Hello, hello ! Aujourd’hui, je reviens avec les deux dernières romances d’Alfreda Enwy que je n’avais pas encore lu. J’aime tellement cette auteure, sa plume et ses histoires! Une valeur sûre dans la romance, c’est certain ! 🙂

Johanna se l’était pourtant juré : plus jamais elle ne se laisserait approcher, et encore moins séduire, par un garçon. Si elle a accepté d’aller parler à Ryan, c’est uniquement pour rendre service à Poppy, sa meilleure amie. Elle était loin de penser que ces yeux bleus posés sur elle la troubleraient autant et lui feraient perdre tous ses moyens. Loin de penser aussi que ces sensations lui avaient manqué… Mais elle doit se reprendre, Ryan est tout sauf un homme pour elle, et il ne mérite certainement pas qu’elle renonce à sa nouvelle règle. Star de l’équipe de basket à l’ego surdimensionné et incorrigible dragueur, pour lui, l’amour n’est qu’une partie de plus. Non, vraiment, Johanna ne reviendra pas sur sa décision : elle n’a plus envie de jouer…

Mon avis : Love Play est le roman compagnon de Love Deal que j’ai lu récemment et que j’ai beaucoup aimé ! Hé bien, sachez que j’ai encore plus aimé celui-ci tant j’ai adoré les personnages. J’aime le côté piquant de la relation entre Ryan et Johanna. En même temps, c’est drôle, et puis en même temps, c’est un concentré intense d’émotions. Les personnages principaux du roman précédent sont bien présent et prennent de la place dans le roman, et j’ai beaucoup aimé également.

L’histoire d’amour est belle, intense et Alfreda Enwy traite de sujets qui m’ont beaucoup touchée, telle que la trahison dans la famille, l’homoparentalité et le pardon. Du coup, sincèrement, ça met de la dimension au roman, et une réelle profondeur. Et j’avoue que la fin m’a particulièrement bouleversée.

Vraiment une duologie géniale que je vous conseille fortement ! Un régal. 🙂

« Est-ce qu’on mérite vraiment l’amour de quelqu’un ? C’est n’importe quoi. On aime et parfois on est aimé en retour, voilà tout. »

Professeur d’art à l’université, Conrad enchaîne les aventures sans lendemain. À 32 ans, il est en pleine remise en question : il aimerait trouver sa muse, celle qui rallumera chez lui la flamme créatrice, celle auprès de laquelle il se réveillera chaque matin. Quand il rencontre Samantha, il tombe instantanément sous son charme. Cette femme le subjugue, le fascine, et il devine qu’il lui plaît ; pourquoi s’obstine-t-elle alors à le repousser ? Depuis ce diagnostic qui a bouleversé sa vie, Samantha n’est plus la même. Si sa maladie l’a forcée à reprendre sa vie en main et à revoir ses priorités, ses cicatrices lui rappellent sans cesse la trahison de son propre corps ; un corps qui est devenu un étranger. Et si elle-même ne parvient pas à s’accepter, comment un homme pourrait-il l’aimer ?

Mon avis : Et j’enchaîne avec Breaking My Heart qui est un one-shot très beau également. Celui-ci est plus fin dans le sens où il touche le sujet de la maladie. Bien que légèrement plus prévisible dans son déroulement, j’ai été profondément touchée par le personnage de Samantha. Elle est dans une reconstruction, une acceptation d’elle-même, et on sent les difficultés qu’elle rencontre.

La romance est intense et le personnage de Conrad est à tomber. J’ai beaucoup aimé sa détermination par rapport à Samantha, le fait qu’il s’accroche à elle et la respecte au niveau de ses décisions. Comme toujours avec Alfreda Enwy, c’est un roman qu’on dévore rapidement. Vraiment une belle histoire. A lire selon moi. 🙂

« Elle était étrange, mais il devait admettre qu’il adorait ce petit grain de folie. Elle n’était pas simplement jolie, elle était vivante et rayonnante. »

Envie de l’acheter ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Coin Littéraire... | 2 commentaires