Avec toi, je suis moi de Mily Black

Mélanie regrette déjà sa décision. Pourquoi a-t-elle accepté de rendre service à Gabriel, ce mec frimeur qu’elle a rencontré dans une soirée ? Elle a désormais deux mois pour lui apprendre à cuisiner et l’aider à gagner un pari. Vu qu’elle n’arrive même pas à soutenir son regard plus de quelques secondes sans rougir, ce n’est pas gagné… Elle qui a perdu toute confiance en elle et en sa capacité à plaire au sexe masculin se retrouve face à cet homme à l’allure sauvage et indomptable. Le genre à avoir toutes les femmes à ses pieds et pour qui la vie n’est qu’un jeu ; le genre qui ne s’intéressera jamais à elle…

Mon avis : Coucou les loulous! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur le livre Avec toi, je suis moi de Mily Black, sorti aux éditions Harlequin ce 9 octobre ! C’est par hasard, grâce à Netgalley, que j’ai pu lire ce roman… Et je ne regrette absolument pas vu que je l’ai lu d’une seule traite (Oui oui, la nuit a été courte). J’espère d’ailleurs qu’il aura droit un jour à sa version papier, car j’aimerais beaucoup qu’il rejoigne ma bibliothèque.

Dans cette histoire, on rencontre Mélanie, héroïne ayant très peu de confiance en elle, qui n’assume pas son corps (trop mince et trop plat à son goût) et qui semble être toujours la cinquième roue du carrosse, partout où elle va. Pourtant, un jour, le beau Gabriel va venir chambouler sa petite vie bien établie. Ayant besoin de cours de cuisine, il va demander de l’aide à la jeune femme. Eeeeet sincèrement, ça donne un concentré subtil et adorable à lire. C’est divertissant, sensible, juste. Vraiment, je pourrais lui trouver des tonnes de qualificatifs du genre. C’est une lecture qui a clairement frôlé le coup de cœur. En plus, c’est légèrement épicé sans vouloir en faire trop. C’est la première fois que je lisais un roman de l’auteure (j’avais uniquement lu des nouvelles), et ça me donne juste envie de lire tout ce qu’elle a écrit. J’ai vraiment adoré sa plume. Avec toi, je suis moi est vraiment le genre de livre qu’on ne sait pas lâcher. Et arrivé, à la fin, on est triste de quitter les personnages.

Je ne peux donc que vous conseiller ce roman. Je suis persuadée que vous passerez un bon moment avec cette romance rafraîchissante ! J’ai adoré.

ASTROLOGIE #12 – LE VERSEAU

Coucou tout le monde! On se retrouve aujourd’hui pour un article consacré à l’astrologie où je vais vous parler du onzième signe du zodiaque, le verseau. Si vous avez loupé mon article sur le capricorne, n’hésitez pas à le consulter ici.

Le verseau, quelques mots-clés

Du 21 janvier au 18 février
Planète associée : Uranus
Signe d’air
Signe masculin
Archétypes : l’humaniste, l’inventeur, le non-conformiste

Son caractère

Les + :

Les natifs du verseau sont des personnes humanistes et solidaires. Ils sont également très indépendants et se démarquent par leur originalité. Ils sont créatifs et ont un attrait pour la nouveauté. Ils ont une certaine intuition intellectuelle et sont perfectionnistes. Les verseaux sont avant-gardistes et aiment s’investir dans des projets. Et encore plus quand c’est pour une cause. Ce sont aussi des personnes très paradoxales : ils sont plutôt timides et calmes, mais ils peuvent également déborder d’énergie. Ils ont un côté solitaires et sont en même temps très sociables.

Les – : 

Les verseaux sont souvent incompris et marginaux. Ils ont un côté excentriques et contestataires. Ils dégagent également une certaine froideur. Ils sont exigeants et sont parfois trop individualistes et même inaccessibles. Ce sont souvent des personnes bordéliques, irréalistes et peu fiables. Et puis, on leur reproche aussi leur côté inflexible et caractériel.

Alors, reconnaissez-vous des verseaux de votre entourage ?

King et Tyran (Saga Kingdom) de T.M. Frazier

King n’est pas vraiment le genre d’homme auprès de qui on cherche refuge. Chef d’un gang qui participe à toutes sortes de trafics, il a la surprise de trouver dans sa maison, lors d’une fête, une parfaite inconnue. Elle se fait appeler Doe, un surnom car elle est amnésique et ne connaît pas sa vraie identité. Elle vit aussi dans la rue et risque que sa vie quotidiennement. Comme ce jour où elle s’introduit chez KIng. A ses risques et périls. Malgré tout, elle est attirée par King comme un papillon par une flamme. Si c’est un homme brutal, violent d’habitude, il est aussi touché par Doe et son histoire. Mais qui est Doe exactement ? Son passé ne risque-t-il pas de ressurgir un jour ? King prend un risque s’il s’attache à elle mais n’est-il pas déjà trop tard ?

Mon avis : Hello, hello! Le Festival New Romance approchant à grand pas, je m’empresse de lire le plus de livres possibles provenant des auteures qui seront là, afin de pouvoir mieux échanger avec elles. J’avais eu l’occasion de rencontrer T.M. Frazier l’année dernière et j’avais été plutôt frustrée de ne pas avoir découvert son univers. Mais voilà, c’est maintenant chose faite, et je ne regrette pas car même si ces deux premiers tomes sont un peu trop sombres à mon goût, j’ai quand même été happée par l’histoire de King et Doe!

L’auteure nous propose ici une histoire sombre et forte à la fois. Pour ma part, j’ai préféré le deuxième tome car je trouve que dans le premier, on passe bien trop vite de la haine à l’amour, sans bien comprendre le pourquoi du comment. Heureusement, tout ça s’améliore au fil des pages…et ce même du côté de la construction de l’histoire en tant que telle. Au début, ça m’a semblé un peu brouillon et très fouillis, mais dés que tout semble bien posé, les pages se tournent sans qu’on ne puisse plus s’arrêter. La romance est bien entendu centrale, mais il n’y a pas que ça, bien au contraire. L’univers est construit, il y a des personnages secondaires très importants et l’histoire se complexifie au fur et à mesure. C’est addictif et intéressant, et j’ai lu ces deux tomes avec plaisir.

Malgré tout, ça ne restera pas de façon indélébile dans ma tête, ni dans mes tripes car il m’a manqué un je ne sais quoi pour complètement me hyper. T.M. Frazier nous propose ici une bonne histoire, mais dans un univers trop sombre à mon goût, voilà tout. Mais ça, c’est personnel. ^^ Mais si vous aimez ce genre de romances, alors je vous conseille l’univers de T.M Frazier à 1000%. 🙂

« Si j’ai appris quelque chose au cours des six derniers mois, c’est bien que la famille se définit de multiples façons. Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas ensemble que nous ne formons pas une famille. La famille est ce qu’on en fait, ce qu’on veut qu’elle soit. »

Les couvertures VO

Point séries #11 – Jane The Virgin (saison 5), Chicago Fire (saison 7), Teen Wolf (saison 1)

Coucou tout le monde! On se retrouve aujourd’hui pour parler séries avec mon avis sur mes derniers visionnages. Let’s go ! 🙂

De quoi ça parle (saison 5) ?

Jane fait une découverte choquante et se tourne vers Rafael afin d’obtenir des réponses mais il ne va pas lui donner l’explication qu’elle attendait. Pendant ce temps, le passé de Petra refait surface et pourrait compromettre son avenir avec JR. Au même moment, Jane et Petra doivent faire face à la mésentente de leurs enfants, ce qui va les remettre en question. Rogelio et River retravaillent ensemble mais une lutte de pouvoir ne va pas tarder à apparaître entre les deux. Quant à Xo, elle va subir un nouveau traitement médical…

Mon avis : Excellent

(Attention, spoilers). J’ai tellement aimé cette saison, qui est une belle conclusion à l’ensemble de la série. Il y a énormément d’émotions au fil des épisodes (j’ai beaucoup pleuré) mais également beaucoup de rebondissements complètement WTF. Mais en même temps, c’est Jane The Virgin, donc c’est tout à fait normal. 🙂 Puis bon, voir Rafael et Jane avoir ENFIN leur happy end, c’était juste magique. Petite mention spéciale également pour l’avant-dernier épisode où on voit les acteurs parler de la série. J’ai trouvé ça très original et parfait pour clôturer la série en beauté.

En ayant maintenant vu toutes les saisons, je ne peux que confirmer à quel point je conseille cette série à tout le monde. C’est le genre de série doudou parfaite par temps maussade. Un vrai rayon se soleil qui me manquera beaucoup !

Mes avis sur les saisons précédentes : S1 S2 S3S4

De quoi ça parle (saison 7) ?

Dans leur combat au service de Chicago, les pompiers de la caserne 51 sont une nouvelle fois confrontés à de périlleuses missions ainsi qu’à des drames personnels. Severide et Kidd sont désormais en couple, mais de nombreux obstacles pourraient perturber le quotidien du jeune couple. En parallèle, Boden fait face aux conséquences de la perte de son poste de commissaire, et Brett accueille Emily Foster, sa nouvelle partenaire dans l’ambulance 61.

Mon avis : Excellent

A chaque fois, je laisse passer du temps entre les saisons de Chicago Fire, et là, la série me manquant énormément, j’ai tout simplement binge watché cette septième saison. et puis, comme toujours, j’ai adoré ! C’est vraiment une de mes séries préférées. Je suis tellement attachée aux personnages, aux relations tissées entre eux. Il ne passe pas 2 épisodes sans que j’ai au moins chialé une fois aha. Cette saison est clairement dans la continuité des précédentes, avec son lot de dramas et de moments heureux. C’est également la première saison sans Gaby Dawson, et je suis la première étonnée qu’elle ne me manque absolument pas. Je trouve que ça rouvre les possibilités pour le personnage de Casey (qui est toujours mon préféré ♡) et ça fait du bien à la série. Et puis, j’ai adoré les petits nouveaux, Emily et Ritter, qui sont juste géniaux ! J’espère vraiment qu’on les verra toujours autant dans la saison suivante.

Vous l’aurez compris, je suis une fan de cette série, et au fil des années, je continue à vous la conseiller ! 🙂

Mes avis sur les saisons précédentes : S1S2S3S4S5S6

De quoi ça parle (saison 1) ?

Scott McCall est un lycéen de Seconde pas très athlétique, un peu gauche et socialement exclu. Mais une seule morsure de loup-garou change tout et lui procure d’extraordinaires pouvoirs surnaturels. Il devient alors la star de son équipe de lacrosse et sort avec la nouvelle fille arrivée en ville… mais les nouveaux pouvoirs de Scott l’entraînent également au milieu d’une guerre entre loups-garous et chasseurs.

Mon avis : Vraiment bon

Hé ouiiii, une guerre après tout le monde, j’ai commencé Teen Wolf ! Une série que mon chéri adore, et qui m’a toujours été grandement conseillée. Et j’ai beaucoup aimé cette première saison (si on oublie les effets spéciaux qui sont juste dégueu aha). Je sais pas pourquoi, mais dans un sens, ça me rappelle un peu ce que je ressentais quand je regardais Buffy contre les vampires quand j’étais jeune adolescente. Comme la plupart des fans de cette série, je suis en surkiff total sur le personnage de Stiles (et sur ses interactions avec Derek, ça m’éclate complètement aha). Par contre, j’ai vraiment du mal avec Alisson, et j’espère que ça s’améliorera par la suite.

Mais vraiment, dans l’ensemble, j’aime beaucoup ! Je suis contente d’avoir commencer, et d’avancer petit à petit.

ON LIT/REGARDE QUOI CETTE SEMAINE ? #8

Nouvelle semaine! Du coup, petit tour d’horizon sur ce que je compte lire et regarder cette semaine. Let’s go! 🙂

Côté lecture, j’espère lire 3 bouquins cette semaine, avec 2 nouvelles sorties de chez Hugo New romance, et 1 lecture pour mon challenge du moment.

Côté cinéma, 3 films me tentent mais je doute avoir l’opportunité de les voir tous les 3. 🙂

Et puis, côté séries, je compte avancer dans la quatrième saison de Chicago Med et dans la quatrième et dernière saison de Life in Pieces.

Trilogie Bad Romance de Céline Mancellon

Hello, hello ! Aujourd’hui, 3 chroniques dans un seul article vu que j’ai lu récemment la saga Bad romance de Céline Mancellon. Le Festival du livre romantique approchant, je prends donc le temps de découvrir quelques auteurs qui seront là-bas ! ^^

Le jour – ou plutôt la nuit – où Chris rencontre Kate, ça ne se passe pas vraiment dans les règles de l’art. Lui a beaucoup trop bu et s’est trompé de tente, et elle, furieuse, le menace carrément. Chris n’est pourtant pas vraiment le genre de mec à qui on cherche des emmerdes. D’ailleurs, lui et son mode de vie de bad boy représentent tout ce que Kate tente d’éviter : les problèmes, elle en a déjà assez avec la mort de sa mère et la responsabilité de sa petite sœur sur les bras. Mais c’est compter sans l’étrange attirance qu’ils ont immédiatement l’un pour l’autre, presque à leur corps défendant…

Mon avis : J’ai passé un bon moment avec ce premier tome, qui m’a fait découvrir les personnages de Kate et de Chris. J’ai beaucoup aimé le fait que la romance est plus complexe que ce qu’elle parait au départ. Il y a de nombreux points positifs dans cette histoire, comme par exemple le tempérament des personnages. On a droit à des répliques piquantes et une romance qui est bien amenée dans un début très amour/haine. Le style de Céline Mancellon est addictif et on tourne les pages plutôt rapidement.

Néanmoins, on n’échappe pas à certaines longueurs qui m’ont parfois pesée. Pendant tout un moment, je ne me sentais pas avancer, et c’est souvent preuve que je m’ennuie. Mais l’auteure parvient tout de même à nous tenir en haleine grâce à la personnalité complexe de Chris. On s’attache vraiment à la romance, et l’auteure n’hésite pas à nous malmener, et ça, j’ai aimé !

Pour moi, ce premier tome ne sort pas forcément du lot dans le paysage de romances que je lis, mais il nous fait passer un bon moment, et au final, c’est tout ce que je lui demandais !

Charlie a été élevée au sein d’un gang de bikers tristement célèbre, les Black Angels. Les femmes y sont traitées comme des moins que rien, et être la fille du chef n’y change rien. Mais Charlie n’est pas du genre à se soumettre aux règles. Le respect, elle l’impose aux autres à coups de poing, quitte à se faire des ennemis. Le jour où elle fait la connaissance du mystérieux Logan et de l’arrogant Ray, elle ne se rend pas tout de suite compte que le destin a décidé de mettre sur sa route un tout autre genre d’obstacle, cette fois…

Mon avis : Alors, j’ai presque enchaîné avec le deuxième tome et il reste clairement celui que j’ai le moins aimé. Je l’ai d’ailleurs terminé en diagonale (ma spécialité quand je n’apprécie pas un roman aha). En fait, c’est simple, je n’ai pas accroché à cette histoire, qui est longuette pendant toute la première partie. Je trouve que l’intrigue ne décolle pas… Bon, ensuite, ça s’améliore et j’ai quand même développé un attachement pour les personnages, mais pas au niveau des émotions. Et dans une romance, ce que j’attends, c’est qu’elle me fasse vibrer…et malheureusement, ça n’a pas été le cas…

En plus, je trouve ce tome assez éloigné du précédent, ce qui parfois est un point positif, mais pas dans ce cas-ci. Il m’a fallu bien trop de temps pour me sentir impliquée… Dommage, mais avec moi, ça ne l’a pas fait.

Depuis l’incarcération de Kurt Bell, Don RedHawk est le président intérimaire des Black Angels, un gang de bikers dont la réputation sulfureuse n’est plus à faire. Une existence déjà bien compliquée… et plus encore quand le destin jette sur sa route Juliette Bell, la petite sœur de Kate. Car depuis que Don lui a sauvé la vie durant le braquage d’une épicerie, l’innocente – et tentante – Juliette cherche un moyen de le remercier, voyant en lui un super-héros qu’il n’est certainement pas. L’anneau de pureté que porte la jeune femme suffira-t-il à tenir le beau et dangereux Don à distance ? Juliette sait combien sa sœur déteste les bikers, mais est-elle encore capable d’écouter la voix de la raison ? En a-t-elle seulement envie ?

Mon avis : Aaah par contre, celui-ci, je l’ai vraiment aimé ! Cœurs imprudents est sans aucun doute le meilleur tome de cette saga. Et c’est surtout grâce à la pétillante Juliette. J’ai vraiment adoré ce personnage, tout frais et tout mignon. Et voir le gros dur Don craquer pour cette jeune femme, c’était juste adorable. J’ai tellement aimé voir leur relation évoluer, se mettre en place. C’est doux, et la façon dont ils vont baisser les armes m’a vraiment touchée…

Et puis, dans ce tome, on a la confrontation brutale de deux univers. J’ai aimé me plonger dans celui des bikers, avec leurs normes et leurs obligations. C’est fort et captivant à lire. Vraiment, si je ne devais qu’en conseiller un parmi cette saga, ce serait celui-ci ! Une belle romance comme j’adore… 🙂

Joker, réalisé par Todd Phillips

Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Il brosse le portrait d’Arthur Fleck, un homme sans concession méprisé par la société.

Mon avis : Hello, hello! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur le tant attendu Joker. Pour tout vous dire, je m’attendais à apprécier au vu des nombreuses critiques élogieuses sortant d’un peu partout, mais je ne m’attendais pas à prendre une telle claque… Todd Phillips réalise certainement LE film de sa carrière. Il n’avait, à son actif, que des comédies un peu lourdingues (c’est le réalisateur, entre autres, de la trilogie Very bad trip) et c’est d’autant plus étonnant de retrouver un film de cette qualité. On retrouve ici un long-métrage excellent en tout point, rien que dans le choix du casting, que dans la photographie (dés la première image, on est transporté dans l’univers de Gotham) que dans le choix des musiques… Tout est juste parfait.

Evidemment, ce qui rend le film aussi proche d’une perfection absolue, on ne va pas tourner autour du pot plus longtemps, c’est la prestation magistrale de Joaquin Phoenix. Il est méconnaissable, dérangeant, malaisant… Le Joker est certainement le méchant le plus énigmatique au monde. Difficile donc pour un acteur d’entrer dans la peau d’un tel personnage. On se rappellera pour très longtemps de la prestation de Heath Ledger, qui était plus que top…mais pour moi, Joaquin Phoenix parvient à surpasser l’entièreté des acteurs ayant joué le Joker. Il est en totale adéquation avec l’univers très glauque du film. Et puis, chapeau au réalisateur, car j’avais peur qu’en consacrant un film à ce personnage, on tombe dans un mélodrame autour d’un anti-héros auquel on s’attacherait. Pour ma part, ça n’a pas été le cas, et c’est ce qui rend la prestation de Joaquin Phoenix d’autant plus forte. Il y a presque un côté mystique autour de ce personnage, qui est plus que bluffant.

Vraiment, je vous invite à voir Joker. C’est presque une expérience cinématographique à part entière. Un film dingue, qui ne plaira peut-être pas à tout le monde, mais qui a le mérite de rester ancré dans le spectateur, même plusieurs heures après être sorti de la salles…

Le truc en + : Pour interpréter le Joker, Joaquin Phoenix a perdu du poids jusqu’à n’avoir plus que la peau sur les os. Il s’était déjà astreint à une telle discipline pour son rôle dans The Master de Paul Thomas Anderson. Pour le film de Todd Phillips, Phoenix a perdu 25 kilos !

ASTROLOGIE #11 – LE CAPRICORNE

Coucou tout le monde! On se retrouve aujourd’hui pour un article consacré à l’astrologie où je vais vous parler du dixième signe du zodiaque, le capricorne (qui est aussi mon signe astrologique aha). Si vous avez loupé mon article sur le sagittaire, n’hésitez pas à le consulter ici.

Le capricorne, quelques mots-clés

Du 22 décembre au 20 janvier
Planète associée : Saturne
Signe de terre
Signe féminin
Archétypes : l’homme d’affaires, l’administrateur, le bourreau de travail, le pessimiste

Son caractère

Les + : 

Les natifs du capricorne sont des personnes sur qui on peut compter. C’est le signe du zodiaque le plus sérieux. Ils sont responsables et sont plutôt ambitieux dans leur vie professionnelle. Ce sont des personnes devenues vite sérieuses dans l’enfance. Ils ont une grande capacité de réflexion, de prendre du recul. Ils ont tendance à se contenter de peu et ils cherchent à s’entourer de personnes de qualité. Ce sont également des gens qui ont besoin de solitude, et qui ont besoin d’avoir des buts à long terme. Honnête, loyal et surtout authentique, les capricornes restent toujours fidèle à la parole qu’ils ont donnée.

Les – : 

Les capricornes ont tendance à être dur avec eux-mêmes et avec les autres. Ils possèdent une armure par rapport aux sentiments. Ils sont vite trop sérieux, trop responsable et ils ont parfois du mal à se distraire. Ce sont également des gens qui ont un côté mélancolique, et qui peuvent paraître inaccessible. Ils ont un besoin de structure et de travail car à l’intérieur ils se sentent peu méritant et ont besoin de prouver sans cesse leur valeur. Se rapprocher émotionnellement des Capricornes est difficile car une fois qu’ils laissent quelqu’un entrer, ils ne veulent pas le laisser partir.

Alors, reconnaissez-vous des sagittaires de votre entourage ?

Pour me sauver de Kalypso Caldin

Depuis le drame qui l’a plongée dans le coma pour trois mois lorsqu’elle avait quinze ans, Sydney Blair a besoin d’aller toujours plus loin pour se sentir vivante. Adepte de la course à pied, cachant sa fragilité derrière une façade d’exubérance, elle enchaîne les paris avec les garçons pour tenter de ranimer ses sentiments. Sa dernière cible : Nojan Saïdi, ténébreux biker qui fréquente la même université qu’elle. Sydney est bien décidée à le faire tomber dans ses filets en un mois. Mais ce qu’elle ignore, c’est que Nojan lui aussi est marqué par la vie. Et que s’il pousse sa moto à une telle vitesse, c’est peut-être pour laisser derrière lui un passé tout aussi tragique que le sien…

Mon avis : Hello tout le monde! Nouvel article aujourd’hui avec mon avis sur Pour me sauver de Kalypso Caldin, sorti récemment chez Hugo & cie, collection Hugo Poche. Un roman qui me tentait énormément au vu de son résumé, et que j’ai tout simplement dévoré. L’auteure a un style d’écriture que l’on dévore, et ça a été un vrai régal !

Déjà, j’ai adoré les personnages. Spécialement celui de Sydney d’ailleurs. Sous ses airs très sûre d’elle, de joueuse qui n’a pas froid aux yeux, se cache une jeune femme en quête d’identité, d’émotions et de la personne qui parviendra à lui faire ressentir quelque chose de vrai, et ce, même si elle ne se l’avoue pas. J’ai adoré son caractère piquant et sa répartie. C’est clairement le genre de personnage féminin qu’on ne croise pas à tous les coins de rues, et ça a été un plaisir de la suivre, et de s’attacher à elle au fil des pages. J’ai beaucoup aimé Nojan aussi, car il m’a brisé le cœur à beaucoup de reprises. J’ai d’ailleurs versé quelques larmes dans ce roman, et ça avait toujours un rapport avec lui. La thématique des jumeaux et un sujet qui me touche beaucoup (mon mari ayant un jumeau lui-aussi) et j’ai aimé la façon dont le sujet a été traité ici.

Pour me sauver fait partie des livres qu’on ne sait pas poser. On le dévore en moins de temps qu’il faut pour le dire. C’est un roman fort, où l’émotion nous apparaît très réelle, brute. Je n’ai qu’une chose à dire, j’espère relire Kalypso Caldin dans ce genre à l’avenir, car j’ai vraiment adoré. Ce livre a frôlé le coup de cœur, et je ne peux que vous le conseiller.

« Peut-être que je me trompais, finalement. Peut-être que la douleur n’était pas le seul sentiment capable de me rappeler que je vivais toujours. « 

Bilan du mois – Septembre 2019

Coucou à tous ! On se retrouve aujourd’hui pour un nouvel article. Petit récap de ce que j’ai vu et lu pendant le mois de septembre. C’est parti !

Les livres

Ma meilleure lecture du mois :

Et les autres :

Les films

Le meilleur film du mois :

Et les autres :

Les séries

1 2 3 4 181